WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Déterminants socio-culturels de la persistence de l'excision à  Pira (Bénin)

( Télécharger le fichier original )
par Fabien Affo
Université de Lomé (Togo) - DES 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III- Champ d'étude

1- Situation géographique de la commune de Bantè

Situé au nord du département des collines, Bantè est une commune d'enivrons 2695 km2 pour une population de 82.129 habitants. Elle est limitée au Nord par la commune de Bassila, au Sud par la commune de Savalou, à l'Est par les communes de Glazoué et Ouèssè et à l'ouest par la République du Togo (frontière).

Des routes asphaltées le relient à l'ensemble des communes limitrophes et des pays voisins.

Née du découpage territorial du 30 Mai 1978, la commune de Bantè se situe à près de 300 km de Cotonou et compte 34 villages avec neuf arrondissements qui sont : Agoua, Akpassi, Atokolibé, Bantè, Bobè, Gouka, Lougba, koko et Pira.

carte administrative de la commune de Bantè

Source : laboratoire de climatologie (UAC)

2- Historique du peuplement

L'installation des populations Ifè et Isha sur le site actuel date de longtemps. Elle trouve son explication dans les anciennes occupations des régions du Bénin par des peuples Yoruba venus du Nigeria. La présence des Ifè et Isha sur le site actuel est alors l'aboutissement de longs mouvements migratoires dus à de nombreuses guerres de conquêtes, de razzias à but esclavagiste ou des disputes survenues au moment de succession au trône. Il s'agit de la migration ancienne et celles récentes d'origine Oyo et Ilé-Ifè.

En effet, le peuple Ifè et Isha fut formé par trois vagues successives de migration. La première, plus ancienne, partit de Ilétcha, les deux plus récentes, de Oyo et d'Ilé-fè.

Les Isha d'origine Ilétcha constituent le groupe le plus important et le premier à s'installer sur le site actuel de Bantè. Il est effectivement parti de Ilétcha ou Ilutcha (maison des Ntcha) fuyant les guerres et razzias. Il s'est installé dans les régions de Kpokpo et de Kpessi au Togo après avoir traversé Tchaourou et Bassila. Mais ce n'était qu'une installation provisoire. Sous la pression des soldats Ashanti du Roi OPOKOU Wari de Koumassi (Ghana), le groupe a dû reculer. C'est au bout de ce recul que les Ntcha fondèrent les premiers villages de Banon, Bobè, Adjantè, Djédia, Kubètè, Koko, Lougba, Akpassi et Djagballo. Ce fut le 1er noyau qui donna naissance à l'actuel pays Isha de Bantè.

La migration d'origine Oyo, la plus récente, concerne deux groupes. L'un dirigé par un chasseur du nom de Obinti a eu un long séjour au pied des collines de Dassa-Zoumé puis à Ngbo-ogou (forêt) avant de rejoindre Djédia (actuel Ilé-lakoun de Bantè).

Après le groupe de Obinti, un autre, sous la conduite du chasseur Ogbéa est parti aussi de Oyo. Il a contourné la colline Kubètè pour s'établir à Illagbo à Akpassi. Ce sont ces migrations parties d'Ilé-Itcha et d'Oyo qui donna naissance à l'actuel peuple Isha situé dans la partie Nord.

Ensuite vinrent les Ifè qui occupent la partie Sud et qui seraient venus d'Ilé-Ifè sous la direction d'un guerrier appelé Odji. Ils ont traversé Agbassa, Igbo-Ilu-Odji (devenu Igbo-Nan-Odji) pour occuper aujourd'hui Ilé-Ilu-Odji ( Lozin).

En définitive, l'actuel pays Ifè et Isha est progressivement mis en place grâce à des mouvements migratoires d'origine Ilé-Itcha, Oyo et Ilé-Ifè au Nigéria. Le peuple Ifè et Isha (Nago de Bantè) a alors pour souche, l'ancien peuple Yoruba du Nigéria. Ce fait explique que la langue Ifè et Isha dérive du Yoruba et justifie l'intercompréhension linguistique et l'identité culturelle entre les Isha, les Yoruba, les Shabè et les Idasha.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net