WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux énergétiques et logiques sécuritaires: une analyse du déploiement américain dans le golfe de Guinée

( Télécharger le fichier original )
par Gen-serbé SINIKI
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master en Gouvernance et Politiques Publiques 2010
  

précédent sommaire suivant

B. L'aide publique américaine en oeuvre en Afrique

Le Commandement américain en Afrique inscrit l'aide dans le domaine social comme une de ses préoccupations majeures. La sécurité des Etats-Unis dépend de la sécurité globale qui elle-même dépend de la sécurité dans le domaine social des différents partenaires, nous le disons déjà. Pareille vision du monde concoure à l'établissement d'un commandement qui ne s'occupe plus seulement de la défense nationale au sens purement militaire du terme. Pour comprendre cette option politique, il convient de remonter à la période de la guerre froide pendant laquelle le gouvernement américain a beaucoup utilisé l'aide aux pays en développement comme outil diplomatique pour contenir l'expansion du communisme en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Aujourd'hui la menace soviétique détruite, cette aide a une visée hégémonique d'autant qu'elle sert d'instrument construction de la paix.

« La construction de la paix est une nécessité pour le gouvernement américain '>218. Et l'aide permet aux Etats africains bénéficiaires d'intégrer le processus de l'économie globalisée. Il s'agit aussi de dominer à travers le soft power219. Cette action correspond à l'intérêt des EtatsUnis de garantir un monde pacifié, prospère, capable de maintenir le niveau de vie des américains, tout en promouvant la démocratie et les droits de l'Homme. En défendant les valeurs chères au peuple américain, en faisant partager au monde entier grâce notamment à l'aide, le gouvernement américain renforce le pouvoir effectif du pays sur le destin du monde, donc sur l'Afrique aussi.

216 Dès octobre 2001, le secrétaire d'Etat Colin Powell avait déclaré que les ONG américaines constituaient « des multiplicateurs de forces '> et étaient « des instruments du combat '> américain contre le terrorisme. Barbara DELCOURT, cours de Théories de la sécurité, Université libre de Bruxelles, Année académique 2006-2007. P.117.

217 Sami MAKKI, << Guerre au terrorisme, paramilitarisme et droits de l'homme » in Le débat stratégique, n°80, Eté 2005.

218 LANCASTAR, <<foreign aid >>, in Foreign affairs, vol. 79, n°5, Septembre-Octobre 2000.

219 Contrairement au << hard power >> qui suppose de dominer par la force, le << soft power >> correspond à l'usage des moyens plus << doux >> mais qui présentent, in fine, les mêmes résultats de domination.

Un autre versant de l'aide publique dans le déploiement américain dans le golfe de Guinée est l'intervention humanitaire. On parle quotidiennement de désastre écologique, d'explosions démographiques, de drogue, de corruption, mais surtout d'épuration ethnique et les exemples dans l'histoire contemporaine africaine sont nombreux. Cette intervention est dirigée contre un adversaire, elle peut impliquer l'usage de la force et d'autres moyens coercitifs pour cesser des manquements massifs et violents au droit des personnes. Ceci est une option visible dans la présence américaine dans l'Afrique du golfe de Guinée qui intègre plusieurs types de lutte armée. Il y a des dynamiques groupusculaires (émiettement et radicalisation de la lutte), identitaires (recherches de spécificité souvent culturelle), communautaires (affirmation des l'unité nationale), autonomistes ou indépendantistes.

Un autre type d'aide est celle apportée aux Organisations de la Société Civile. Cette catégorie d'aide permet de comprendre que dans la nouvelle logique américaine, le peuple a un rôle grand à jouer. On est dans le paradigme de « l'universalisation de la démocratie »220
·
Il s'agit d'émanciper le peuple afin de construire des sociétés démocratiques et plus ouvertes au libre marché et aux investissements étrangers. Pour cela, les objectifs de sécurité nationale des Etats-Unis seront atteints puisque la frustration qui a conduit aux évènements du 11septembre 2001 est née au sein des peuples. Dans le golfe de Guinée, les organisations non gouvernementales américaines sont bien présentes aussi dans la partie Afrique centrale qu'Afrique de l'ouest. Sur le terrain, des ONG de promotion de la démocratie et des Droits de l'Homme servent de relais pour être en même temps des sources perspicaces d'information pour le gouvernement américain. Au Cameroun par exemple, il existe plusieurs organisations notamment le CRAT, FAMM et d'autres ONG qui se font les chantres de la politique américaine. On peut aussi assimiler les médias qui reçoivent de nombreuses aides de la part du gouvernement américain. Ils l'interface entre les gouvernants et les gouvernés : ils sont donc associés à cette entreprise par leur formation à la couverture des challenges, à la responsabilité et au professionnalisme dans l'information de la société.

En tout état de cause, si la dimension hégémonique demeure dans ce que l'intervention militaire apparait comme un instrument de domination et qu'elle se propose de défendre les intérêts occidentaux par la recherche d'un consensus sur l'expansion du commerce international, avec des nouveaux standards et l'ouverture des marchés du Sud,

220 La promotion de la démocratie, même si, elle est vue comme un projet de propagation des idéaux américains, répond aussi à la logique idéaliste selon laquelle, « les démocraties ne se font pas la guerre ».

donc des économies du golfe de Guinée, on peut comprendre que la politique humanitaire devient de ce point de vue un instrument de choix stratégique221.

Une lecture réaliste et néoréaliste de l'aide en tant qu'instrument ou composante de politique extérieure part du postulat que tout Etat cherche d'abord à accroître ses richesses et son pouvoir. L'aide s'inscrit alors dans une relation par laquelle les donateurs acceptent un effort financier pour conquérir des marchés, maintenir et accroître leurs aires d'influence et promouvoir les intérêts de leur classe dirigeant222.. Basons-nous sur la théorie néoréaliste qui affirme que tout Etat cherche plutôt à garantir sa sécurité et sa survie et que l'arène internationale est appréhendée comme un lieu anarchique. On peut comprendre que les EtatsUnis se préoccupent d'abord de leur sécurité. Et l'aide publique sert ainsi à promouvoir les intérêts politiques et économiques du gouvernement américain en lui permettant d'influencer, de récompenser ou de punir d'autres pays. Il n'est pas étonnant donc qu'il est plus efficace de présenter l'aide publique au développement au Congrès des Etats-Unis comme un système de défense stratégique que de faire référence à la lutte contre la pauvreté dans des pays éloignés pour faire voter les budgets requis223.

précédent sommaire suivant