WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Enjeux énergétiques et logiques sécuritaires: une analyse du déploiement américain dans le golfe de Guinée

( Télécharger le fichier original )
par Gen-serbé SINIKI
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master en Gouvernance et Politiques Publiques 2010
  

précédent sommaire suivant

B. La problématique des alternatives à la dépendance et le scénario du futur

énergétique

La dépendance en matière énergétique est admise comme un problème majeur de sécurité par les grands consommateurs. En effet, le fait que la production interne ne suffît pas à permettre une autosatisfaction dans ce domaine a pour principale conséquence la hausse de l'importation. Cependant, les seules sources d'approvisionnement présentent des risques permanents de rupture. Pour s'en rendre compte dans l'histoire récente, on peut remonter jusqu'à 197451. Trente années après, la dépendance et les risques de rupture deviennent plus réels. Les analyses géopolitiques sur la question se recoupent fortement. En effet, pour les offres au niveau mondial, on peut dégager deux grands ensembles, chacun présentant des limites pouvant être cause d'insécurité énergétique.

> Le Moyen-Orient, très riche en pétrole et en gaz, se trouve loin des consommateurs européens et encore plus loin des Etats-Unis et du Japon. Il est caractérisé par une grande diversité de pays, de peuples, de religions et de régimes. Il a connu une histoire complexe depuis l'Antiquité jusqu'aujourd'hui. C'est une zone où les risques de conflits demeurent

49 La situation est similaire en Europe centrale où l'influence de la Russie sur les anciens Etats du bloc soviétique se fait sentir à travers la politique énergétique russe.

50 Philippe COPINSCHI et Pierre NOEL, « l'Afrique dans la géopolitique mondiale du pétrole », in Afrique contemporaine, Printemps 2003, pp. 35-36.

51 Lorsqu'en octobre1973, Israël entre en guerre contre les pays arabes (autrement appelée guerre du ramadan ou du kippour), ces derniers décidèrent d'un embargo contre les Etats-Unis, le Portugal, les Pays-Bas, l'Afrique du Sud et la Rhodésie, supposés soutenir « l'ennemi ». Mais, cet embargo a été levé en juillet 1974, après avoir échoué. Ce, parce que les grandes compagnies pétrolières, maîtresses des flux d'approvisionnement mondiaux en pétrole, avaient réparti la pénurie entre tous les pays industrialisés, ceux visés par l'embargo comme les autres.

nombreux mais qui possède aussi, heureusement, des facteurs de stabilité comme l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP).

> L'autre grande zone riche en hydrocarbures - la Russie et les deux pays riverains de la mer Caspienne orientale, le Kazakhstan et le Turkménistan-peut alimenter naturellement à l'ouest l'Europe et à l'est le Japon, la Corée du Sud et la Chine. Mais l'approvisionnement restera dépendant de la volonté de la Russie qui peut choisir en cas de déficit de production par rapport à la demande, de privilégier l'approvisionnement de l'Europe ou, au contraire, celui de l'Extrême-Orient52.

Il s'agit aussi de comprendre à travers une telle classification que la diversification des sources d'approvisionnement concoure à une pluralité de l'offre, ce qui permet aux grands consommateurs de recourir à d'autres régions en cas de difficultés. Les enjeux peuvent devenir militaires à la limite d'autant plus que cette diversification passe par la découverte, le contrôle et la sécurisation des nouveaux gisements et des détroits53. Aujourd'hui, on peut admettre avec Yves Lacoste que « la poudrière du Proche-Orient » donne à penser que les problèmes géopolitiques liés à la diversification des sources d'approvisionnement sont plus que jamais une préoccupation pour les consommateurs d'énergie, les Etats-Unis en tête54. De ce fait, l'émergence de nouveaux producteurs, ceux du golfe de Guinée en l'occurrence, révèle de grands enjeux géopolitiques.

L'augmentation de la consommation dessine le « pic pétrolier » qui devrait intervenir dans les trente prochaines années et qui supposerait une raréfaction réelle du pétrole dans le monde. Ce nouveau scénario de rareté, de plus en plus croissante et désormais acquise, suppose que « [les grandes puissances vont] devoir négocier une porte fort étroite, délimitée par les

capacités de montée en puissance des liquides non conventionnels, la réduction de l'intensitéénergétique, mais d'abord et avant tout par la compétition des émergents, a commencer par la

52 Ces deux ensembles sont ceux décrits par planète-énergie, disponible à planete-energies.com/géopolitique, consulté le 1er décembre 2009, 17h50.

53 Le cas du détroit d'Ormuz est de ce fait plus explicite. Il est le passage obligé de près de 20 % du commerce mondial dont 40 % des exportations du pétrole. Ce qui explique que les pays de la région -Iran, Oman, Émirats arabes unis et Arabie saoudite - sont visiblement dans un espace en menace permanente. D'où la surveillance d'ailleurs de la cinquième flotte américaine. Même situation pour le canal de Suez dont la fermeture entre 1967 et 1973 a obligé les Etats européens à contourner par le cap de Bonne Espérance et à construire des pétroliers plus grands.

54 Yves LACOSTE, « Géopolitique du pétrole » in Géopolitique, Paris, La Découverte, 2006, p. 47

Chine, qui selon l'agence US de l'énergie deviendra le premier consommateur mondial dans les cinq ans »55 . On comprend donc que « le futur énergétique dessine la géopolitique de demain»56 .

précédent sommaire suivant









Aidez l'hopital de Montfermeil

Moins de 5 interactions sociales par jour