WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse du mécanisme de mobilisation des ressources par les municipalités : cas de la commune d'Abomey-Calavi

( Télécharger le fichier original )
par Comlan B. Thierry Tonassoumi TONOU
Université d'Abomey-Calavi (UAC) - DESS  2007
  

précédent sommaire suivant

PARAGRAPHE II : RENFORCEMENT DE LA COOPERATION DECENTRALISEE

Aux termes de l'article 84, alinéa1, de la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin «  la commune élabore et adopte son plan de développement. Elle veille à son exécution en harmonie avec les orientations nationales en vue d'assurer les meilleures conditions de vie à l'ensemble des populations. »

La cohérence des projets de développement est une des exigences fondamentales du plan de développement communal (PDC) lors de son élaboration, ce qui permet de mieux négocier avec les partenaires. Par conséquent, la mise en oeuvre du PDC doit tenir compte d'une démarche rationnelle.

La coopération décentralisée doit être considérée comme une source de financement du développement local.

Elle doit être promue dans les domaines d'intervention aussi variés tels que :

ü l'appui institutionnel ;

ü les échanges d'expertise ;

ü les échanges à caractère social, culturel et sportif ;

ü la protection de l'environnement ;

ü l'amélioration du cadre de vie ;

ü le développement économique et social.

La commune doit alors chercher des partenaires capables de soutenir sa vision du développement. Cette coopération permettra de promouvoir le développement local à travers :

ü le financement des micros projets et des infrastructures socioculturelles :

ü les échanges des pratiques et préoccupations en matière de développement ;

ü l'insertion socio économique de la jeunesse

PARAGRAPHE III : UNE SOLIDARITE INTERCOMMUNALE RENFORCEE

Les modicités du niveau de revenu des habitants surtout dans les petites communes, interdit de fondre un grand espoir quant à la mobilisation des ressources financière locales. Pour faire face à l'inégalité des moyens, les autorités peuvent mettre en place un mécanisme de péréquation intercommunale consistant à prendre aux communes les plus riches pour les redistribuer à l'ensemble des communes. Il s'agit d'une péréquation horizontale.

PARAGRAPHE IV : CREATION D'UNE BANQUE DE FINANCEMENT DES COLLECTIVITES LOCALES

Le recours à l'emprunt est une possibilité de financement du développement local, consacrée par la loi mais elle n'est pas encore mis en oeuvre par la Commune d'Abomey-Calavi, en raison des charges jugées trop élevées qui grèveraient les prêts proposés dans notre pays par les banques et les institutions de micro finances de la place.

La création d'une banque spéciale de financement des Communes, assortie de modalités souples et adaptées à la situation des Collectivités Locales, pourra stimuler chez celles-ci, l'engouement de s'engager dans cette voie pour financer, notamment les investissements générateurs de recettes en vue de l'amortissement de la dette ainsi créée.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.