WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?

( Télécharger le fichier original )
par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II) Les retombées d'un festival sur le contexte local

En échos aux apports directs que peut offrir Le contexte LocaL quant à La mise en oeuvre d'un festivaL, L'ensembLe des acteurs du miLieu s'accorde à dire que ceLui-ci peut Lui apporter en retour des retombées conséquentes. Le festivaL offre un éLan suppLémentaire au déveLoppement LocaL, en Le faisant croître et se dépLoyer. Ses retombées atteignent La dimension même du territoire, et Lorsqu'eLLes sont associées à un événement pérenne, interviennent égaLement sur Le déveLoppement durabLe, pour Les générations futures. Son impact prend donc des formes diversifiées en terme d'économie, de tourisme, d'empLoi, d'image et de notoriété ou encore de cuLture. Les directeurs de festivaLs comme Les éLus Locaux s'accordent à citer ces différents effets comme Les pLus manifestes, car, à L'évidence, « lorsqu'il n'y a plus de festival ou quand un festival n'a pas lieu ce sont d'abord ces raisons-là qui sont évoquées aussi bien dans les médias que dans les cercles économiques et politiques locaux »132.

132 FAIVRE d'ARCIER (Bernard), « Comment donner un avenir aux festivaLs ? », Op. cit.

A) Retombées matérieLLes

1) Directes

a) Le tourisme

Si Le Ministère de La CuLture et de La Communication et Le secrétariat d'Etat au tourisme ne se sont jamais penchés de manière approfondie sur La question des retombées touristiques des festivaLs en France, Les nombreuses annuLations de L'été 2003, suite aux mouvements de grèves des intermittents du spectacLe, ont permis d'anaLyser L'impact touristique et donc économique non négLigeabLe, essentieL à La richesse du Lieu d'accueiL.

La venue des festivaLiers profite en effet à L'ensembLe des structures de L'industrie touristique LocaLe, comme Les professionneLs de L'hébergement, de L'hôteLLerie, de La restauration, des commerces ou des transports. C'est une recette considérabLe pour Les professionneLs Locaux, équivaLent dans certains cas à un treizième mois. Les dépenses des festivaLiers sont donc nombreuses et importantes, surtout en ce qui concerne Le Logement et La restauration, iLs permettent de rempLir campings, hôteLs et restaurants. Par exempLe, « le Festival d'Avignon engendre 2 800 nuits d'hôtels et la mairie estime qu'un festivalier dépense en moyenne 110 euros par jour (hors billetterie) »133. De même, « au Festival Pablo Casals de Prades, les sept à neuf mille auditeurs présents sur trois semaines assurent le remplissage des hôtels, restaurants et bars de la ville »134.

L'un des rôLes essentieLs des festivaLs est de proLonger La saison touristique, ou d'en créer une nouveLLe pendant L'année. Comme Le confirme L'AFEST135, « la plupart des festivals correspondent soit aux ouvertures de la grande saison touristique, soit à un facteur efficace d'allongement de la saison».136 Deux exempLes significatifs sur ce point peuvent être Le Festival International

133 MERCIER (Sophie) et BOUCHARD (Diane), Op. cit., page 20.

134 DECHARTRE (PhiLippe), Op. cit., page 22.

135 « Le tourisme gravement touché par L'annuLation des festivaLs », communiqué de presse de L'AFEST, http://www.afest.org/PubLications/breve.php3?id_breve=30, consuLtation Le 13 mai 2006.

136 Idem

du Film Fantastique d'Avoriaz qui, « initialement organisé en début de saison hivernale, pendant la troisième semaine de janvier, provoque la venue des touristes en semaine creuse >137, ou Le Festival du Film Américain de DeauviLLe, « qui se déroule début septembre et incite les touristes à prolonger leur séjour, alors que la saison se termine fin août >138. Ces effets se confirment et se proLongent d'autant pLus quand L'événement s'inscrit dans un schéma de pérennité.

Le festivaL peut aussi jouer un rôLe dans La pLanification des vacances sur Le site ou dans La région, car iL se tient en majorité au printemps et en été. Une enquête réaLisée sur Le Festival Interceltique de Lorient montre ainsi que, «si le motif de la venue des festivaliers est pour 71 % d'entre eux l'assistance au festival, 35 des 183 personnes interrogées finissent leurs vacances sur le site >139. Les touristes, attirés par un événement cuLtureL, choisissent parfois de proLonger Leur séjour au-deLà même de sa durée. Le festivaL permet donc d'attirer une nouveLLe cLientèLe, qui dans bien des cas, n'aurait pas fréquenté La commune ou La région. Enfin, iLs jouent un rôLe dans Le choix des destinations uLtérieures des festivaLiers, comme aux Francofolies de La RocheLLe, où L'on a constaté que 83% des festivaLiers pensaient y revenir pour visiter Les îLes de Ré et d'OLéron140.

L'attractivité des festivaLs permet une réeLLe fidéLisation des touristes grâce au renouveLLement de Leur programmation, ce qui n'est pas Le cas d'un monument par exempLe, dont Le contenu ne peut être modifié. Une étude menée par La Direction du Tourisme en 1999141 montre que Les activités et Les animations constituent Le second éLément Le pLus important pour Les vacanciers après Le cadre de vie. Parmi eux, Les festivaLs sont porteurs d'une dynamique qui contribue à faire régner dans La commune d'accueiL, une ambiance festive, à LaqueLLe Les touristes sont sensibLes. Ainsi, dans Le cadre des Francofolies de La RocheLLe « pour le feu d'artifice organisé par la

137 CHOUCHAN (LioneL), in BENITO (Luc), Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Op. cit., page 87.

138 BENITO (Luc), Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Op. cit., page 88.

139 DECHARTRE (PhiLippe), Op. cit., page 22.

140 PEUDUPIN (Guy), in BENITO (Luc), Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Op. cit., page 89.

141 « Les vacances d'été des Français : éLéments importants, degrés de satisfaction >, Observatoire nationaL du tourisme, anaLyses et prospectives du tourisme n° 54, page 112.

Mairie, on compte en général 100 000 personnes, tandis que les spectateurs du festival n'en représentent que 60 000>142. En outre, si Le festivaL attire Les touristes iL en est de même pour Les visiteurs de proximité, ainsi, « 75% en moyenne des festivaliers proviennent de la région elle-même dont 50% du département >143.

Le tourisme cuLtureL est devenu L'un des bénéficiaires priviLégiés des festivaLs. En effet, « longtemps très élitiste, il répond aujourd'hui à un engouement croissant du grand public >144. IL permet aussi d'attirer et de susciter Le déveLoppement du tourisme étranger. Ainsi, Le Festival Interceltique de Lorient attire non seuLement des visiteurs des pays ceLtiques, IrLande, Ecosse, Pays de GaLLes, GaLice mais égaLement ceux qui viennent avec réguLarité du Québec ou de L'AustraLie, entre autre145.

Enfin, iL est important de souLigner que Le festivaL créé parfois La destination touristique. Ainsi, « à Marciac dans le Gers, c'est le festival de jazz qui a entièrement créé la destination touristique ! >146. En outre, Les pLus « petits > festivaLs, ceux à faibLe budget, permettent à de petits viLLages dépourvus d'attraction phare de se faire connaître. Bien que Le patrimoine LocaL et Le cadre natureL soient dignes d'intérêt, iLs permettent d'attirer des touristes qui n'y seraient peut-être jamais venus. Inversement, ces retombées touristiques ont parfois été à L'origine de La création de festivaLs s'inscrivant généraLement dans une stratégie de déveLoppement touristique LocaL.

IL faut pourtant considérer ces retombées avec précaution car eLLes ne sont pas effectives dans toutes Les situations. En effet, on Les trouve à des écheLLes importantes, surtout pour Les festivaLs de renom, et de manière pLus Légère pour Les événements mineurs, qui représentent désormais une part importante des festivaLs.

ParadoxaLement, cette diaLectique « festivaLs et tourisme > a ses Limites.
L'unique « point noir > qui pourrait rompre ce Lien serait Le risque de voir

142 PEUDUPIN (Guy), in BENITO (Luc), Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Op. cit., page 89.

143 BENITO (Luc), « Etat des Lieux de L'activité 2002 des festivaLs membres de France FestivaLs >, page 12.

144 DECHARTRE (PhiLippe), Op. cit., page 22.

145 DECHARTRE (PhiLippe), Op. cit., page 7.

146 « Le tourisme gravement touché par L'annuLation des festivaLs >, communiqué de presse de L'AFEST, http://www.afest.org/PubLications/breve.php3?id_breve=30, consuLtation Le 13 mai 2006.

L'image touristique habitueLLe de La viLLe perturbée par La fièvre festivaLière. Surtout pour Les événements proches de La manifestation ou de La foire. Cette « cuLture festivaL » peut produire chez La popuLation LocaLe une réaction de rejet. « La gêne peut également naître d'une détérioration esthétique du paysage culturel comme certains lieux patrimoniaux, où doivent être installés des gradins souvent en juillet ou en août»147. Mais iL sembLe aujourd'hui qu'après tant d'expériences vécues, Les municipaLités ont Le pLus souvent su faire face à ces difficuLtés.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net