WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le festival, légitimation ou instrumentalisation d'un concept ?

( Télécharger le fichier original )
par Camille PLANTE
Groupe EAC - ESARTS : Ecole Supérieure de gestion de médiation des Arts 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3) Importance du directeur artistique

Bien qu'iL ne soit donc pLus nécessaire de convaincre Les poLitiques de L'utiLité des festivaLs, iL est essentieL de « les aider à préciser leur projet, de conserver le cap de leur exigence artistique comme de la formation de leur public >324. L'expérience prouve ainsi que Le rôLe des directeurs artistique est fondamentaL. RéeL vecteur de médiation entre Le pubLic et Les artistes, son rôLe est d'offrir un programme originaL, sans cesse innovant et renouveLé. En tant que spéciaListe, Le directeur artistique doit cependant conserver une Liberté de programmation, condition sine qua non quant à L'équiLibre de L'événement. La muLtipLication de partenaires financiers peut inciter, dans certains cas, Les programmateurs au vedettariat. En effet, « les directeurs de festivals ne conçoivent plus la présentation de spectacles de création sans la présence de valeurs sûres > 325. IL est tout à fait possibLe de se positionner en tant que festivaL de quaLité et pérenne, tout en offrant à son pubLic une programmation créative et La découverte de jeunes taLents. Pour exempLe, Les Transmusicales de Rennes, qui depuis vingt-huit ans est un événement

323 « EvénementieL : enquête de CLientèLe >, Bureau d'Etudes Jousset ConsuLtant, in Repères, hors série n°11.

324 FAIVRE d'ARCIER (Bernard), « Comment donner un avenir aux festivaLs ? >, Op.cit., page

12.

325 BENITO (Luc), « Les festivaLs de France : FestivaLs sous L'angLe économique >, Op.cit., page 24.

reconnu pour soutenir La nouveLLe génération d'artistes, ce que souLigne Le journaListe Christophe Basterra dans L'éditoriaL de L'édition 2006 : « A l'heure où l'on pense tout savoir, tout connaître, il reste les Transmusicales >326. Enfin, Le rôLe du directeur artistique se présente donc comme un arbitrage entre des Logiques artistiques et financières.

4) La reLation au pubLic

En France, et face à La muLtipLication des festivaLs et au contexte récent de « zapping cuLtureL >, iL est nécessaire pour Les organisateurs d'entrer dans une démarche d'accompagnateur et de fidéLisation du pubLic. « Il ne s'agit plus de réunir des adeptes mais d'aider chacun à se confronter en pleine connaissance de cause aux tendances éclatées de la vie artistique contemporaine >.327 Un festivaL ne doit pas être conçu uniquement pour Les artistes ou Les professionneLs mais doit, à terme, trouver sa justification et sa Légitimation dans une reLation construite de Longue durée avec son pubLic. IL est fortement conseiLLé de réaLiser une enquête pubLique ou audit sous forme de questionnaire afin de mieux Le percevoir et de L'anticiper sur La durée. Pour exempLe, en 2005, 70% des français n'ont jamais assisté à une représentation de spectacLe vivant328, un paradoxe entre une offre importante d'événements et un très fort potentieL de visiteurs. Mais tout ceLa n'est pas automatique et s'accompagne d'un Long travaiL de sensibiLisation du pubLic, qui entraînera Le succès et La pérennisation du festivaL.

5) Une inscription sur Le territoire

L'intégration du festivaL à La vie LocaLe n'est pas toujours évidente et ne doit pas être négLigée car d'eLLe dépendra La pérennité du festivaL. La réussite du projet est souvent Liée à son appropriation par Les habitants, en phase avec Les priorités, caractéristiques et contraintes du territoire : « une

326 Site des Transmusicales de Rennes, http://www.Lestrans.com/bLog.htm, consuLtation Le 16 décembre 2006.

327 FAIVRE d'ARCIER (Bernard), « Comment donner un avenir aux festivaLs ? >, Op.cit., page 8.

328 Informations notées par L'étudiant Lors d'un entretien oraL avec HELLIO (Bertrand), Le 18 septembre 2006.

manifestation qui néglige cette dimension aura toutes les peines du monde à s'implanter et rallier l'adhésion de la population locale »329. Une adhésion qui peut être motivée par Le soutien à La création LocaLe, par Le biais de résidences d'artistes ou L'organisation de trempLins Locaux. Ainsi inséré au tissu cuLtureL LocaL, Le festivaL tient un rôLe fédérateur et assure sa Longévité et profite du soutien actif de La popuLation LocaLe, comme au Festival Terre Neuvas à BobitaL, dans Les Côtes d'Armor où Les agricuLteurs aLentours offrent Le petit-déjeuner aux nombreux festivaLiers venus camper Le temps de L'événement330.

Un facteur suppLémentaire permet au festivaL de s'impLanter durabLement sur un territoire, grâce à La création d'une action cuLtureLLe menée à L'année. Pour exempLe, en ArLes, Les Rencontres Internationales de la Photographie n'ont sembLe-t-iL pas eu un impact particuLier sur Les fLux touristiques, mais La répétition annueLLe de ces rencontres, a conduit, d'une part, à La création d'un cycLe de formation qui s'étend sur tout L'été, et de L'instaLLation d'une EcoLe NationaLe de Photographie. Enfin, à La mise en pLace d'un très important fonds photographique qui donne Lieu à une série d'expositions temporaires tout au Long de L'année331.

Pour concLure, iL sembLe qu'au-deLà de La promotion de L'image du territoire où iLs s'impLantent, Les festivaLs qui s'intègrent parfaitement bénéficient d'une Légitimation essentieLLe à Leur pérennisation.

La réussite et La pérennisation d'un festivaL résuLtent d'une aLchimie compLexe. On ne cesse de Lui imposer des missions de pLus en pLus contradictoires : prendre en considération Le tissu cuLtureL LocaL et s'ouvrir en même temps à L'internationaL, surprendre Les critiques Les pLus pointus sans pour autant « effrayer » Les débutants, à La fois fidéLiser un pubLic et Le renouveLer, ou encore, proposer un programme rigoureux et de quaLité tout en restant dans La simpLicité, Le conviviaL, sinon Le divertissement. On peut aLors comprendre que certains directeurs de festivaLs restent perpLexes face à

329 MERCIER (Sophie) et BOUCHARD (Diane), Op.cit., page 40.

330 Informations notées par L'étudiant Lors d'un entretien oraL avec HELLIO (Bertrand), Le 18 septembre 2006.

331 BENITO (Luc), Les festivals en France : marchés, enjeux et alchimie, Op.cit., page 102.

Leur capacité à conciLier ces différents objectifs. ILs se tournent pLus natureLLement vers des soLutions de faciLité. L'évoLution du concept de festivaL et L'utiLisation aujourd'hui abusive du terme traduit précisément cette situation. Pourtant, ce phénomène ne sembLe pas avoir d'incidence sur L'offre des festivaLs car, comme Le souLigne Luc Benito, « on peut difficilement duper le public, et les médias encore moins, sur ce qu'est un véritable événement, même si le terme de festival ne lui permet plus de le distinguer des autres >.332

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net