WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diversité génétique des Rhizobia associés à† un champ de pois d'Angole (Cajanus cajan l.) à† Yamoussoukro (centre de la Côte d'Ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Kouakou Romain FOSSOU
Ecole supérieure d'agronomie de l'institut national polytechnique Félix HouphouŽt Boigny de Yamoussoukro - Diplôme d'agronomie approfondie  2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV.1 - ORIGINE ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE DE LA PLANTE

Le pois cajan ou pois d'Angole est la seule espèce domestiquée du genre Cajanus qui en compte 34 (VAN DER MAESEN, 2006). Il est originaire de l'Inde et résulterait de l'hybridation interspécifique entre ses parents proches sauvages que sont C. cajanifolia et C. scarabaeoides (NADIMPALLI et al., 1992). L'Inde serait son centre de domestication qui aurait lieu un peu plus de 2000 ans avant J.C. Après sa domestication, le pois d'Angole a été introduit successivement en Malaisie, en Afrique de l'Est puis en Egypte à travers la vallée du Nil. Par la suite, il a été introduit en Afrique de l'ouest, en l'an 2000 avant J.C (VAN DER MAESEN, 1990). On estime que, préalablement à la traite négrière, sa culture a été exportée de la République démocratique du Congo et de l'Angola vers le nouveau monde (Amérique) (VAN DER MAESEN, 1986). Plus tard, la traite négrière l'a introduite aux Antilles où il a été nommé pois des pigeons en 1962 (VAN DER MAESEN, 1986).

IV.2 - ZONES DE CULTURE ET IMPORTANCE DES PRODUCTIONS

Aujourd'hui, le pois d'Angole est présent sous tous les tropiques et occupe plus de 4 millions d'hectares dans le monde. Mais, sa culture est mieux adaptée et plus productive sous les tropiques semi-arides. Il est particulièrement cultivé dans le sous-continent indien où sa production représente plus de 70% de la production mondiale (FAOSTAT, 2007). Le Sud et l'Est du continent africain, particulièrement le Kenya, le Malawi, la Mozambique, la Tanzanie et l'Ouganda, constituent sa deuxième plus grande zone de culture (SINGH, 1991). Les autres zones de production d'importance sont le sud-est du continent asiatique, l'Afrique centrale et de l'ouest et enfin le continent américain (NENE et SHEILA, 1990).

Selon les statistiques de la FAO, la production mondiale de pois cajan entre 1999 et 2003 s'élevait à 3,1 millions de tonnes par an sur 4,3 millions d'hectares (ha) de culture. L'Inde (principal pays producteur) avait une production de 2,5 millions de tonnes (t) sur 3,4 millions d'ha. Les principaux pays producteurs d'Afrique ont été le Malawi (79 000 t), l'Ouganda (78 000 t), le Kenya (59 000 t), la Tanzanie (47 000 t) (VAN DER MAESEN, 2006).

IV.3 - TAXONOMIE DU POIS D'ANGOLE

IV.3.1 - Nomenclature

Le nom scientifique du pois d'Angole est Cajanus cajan (L.). Plusieurs synonymes de ce nom existent. Ce sont Cajanus bicolor DC., Cajanus flavus DC., Cajanus indicus Spreng et Cystisus cajan L. Il existe aussi une multitude de noms communs utilisés pour désigner la plante selon les pays et les langues (tableau 3).

Tableau III : Noms communs du pois d'Angole en quatre langues principales

Langues

Noms communs

Anglais

Congo pea, pigeon pea, redgram, yellow dahl

Français

ambrevade, pois d'Angole

Inde

arhar, tuver

Espagnol

cachito, gandul

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net