WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diversité génétique des Rhizobia associés à† un champ de pois d'Angole (Cajanus cajan l.) à† Yamoussoukro (centre de la Côte d'Ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Kouakou Romain FOSSOU
Ecole supérieure d'agronomie de l'institut national polytechnique Félix HouphouŽt Boigny de Yamoussoukro - Diplôme d'agronomie approfondie  2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV.4.4 - Croissance, développement et rendement

La germination des grains de pois cajan semés a lieu 2 à 3 jours après semis (JAS), à des températures comprises entre 19 et 43°C. La levée est complète 2 à 3 semaines après le semis et le développement végétatif, qui débute lentement, s'accélère après 2 à 3 mois.

En général, la floraison (de 50% des plantes) commence 56 à 210 jours après le semis et la maturité de la graine est atteinte entre 95 et 260 jours. Toutefois, la durée totale du cycle de production est fonction des cultivars. En Inde par exemple, on distingue 10 groupes de cultivars, que l'on combine d'ordinaire en quatre catégories : les cultivars à maturité extra précoce, précoce, moyenne et tardive (120, 145, 185, et plus de 200 JAS respectivement).

Dans des conditions optimales de culture et en culture pure, les rendements en grains du pois cajan peuvent atteindre 5000 kg/ha. Toutefois, les rendements sont en général faibles (600kg/ha en moyenne en Afrique) et cela est dû en partie qu'une part considérable des grains est récoltée et consommée avant la maturité. Les rendements en fourrage de la plante sont de l'ordre de 3-8 t/ha. Comme combustible, on obtient généralement 7-10 t/ha, mais des rendements atteignant 30 t/ha ont été déjà enregistrés (VAN DER MAESEN, 2006).

IV.4.5 - Ennemis et maladies de Cajanus cajan

La maladie la plus importante du pois d'Angole est le flétrissement fusarien causé par Fusarium udum et présente dans toutes les grandes régions de culture (NIYONKURU, 2002). La forte humidité des sols favorise l'installation de l'agent pathogène qui infecte les vaisseaux des racines et des tiges et cause leur dessèchement progressif. Le virus de la mosaïque et de la stérilité du pois cajan (PPSMV) constitue tout de même sa principale maladie en Inde (VAN DER MAESEN, 2006). Les plantes atteintes par cette maladie présentent sur les feuilles, des symptômes caractéristiques de la mosaïque avec réduction ou absence de floraison (stérilité). Les baisses de rendement observées peuvent atteindre dans certains cas, plus de 90% (KANNAIYAN et al., 1984).

Parmi les ravageurs, les borers des gousses restent de loin les plus dangereux. Ces chenilles foreuses (Helicoverpa armigera, Maruca testutalis et Laspeyresia ptychora) peuvent dans certaines circonstances provoquer jusqu'à 80% de pertes. Elles sont d'ailleurs souvent précédées de punaises suceuses (Clavigralla tomentosicolis et Nezara viridula).

D'autres dégâts sont également causés par les nématodes, notamment les nématodes à galles (Meloidogyne spp.) et les nématodes réniformes (Rotylenchus spp.).

La lutte contre ces nuisibles repose sur l'utilisation de variétés résistantes, les rotations culturales ainsi que l'utilisation de produits chimiques (VAN DER MAESEN, 2006).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net