WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Diversité génétique des Rhizobia associés à† un champ de pois d'Angole (Cajanus cajan l.) à† Yamoussoukro (centre de la Côte d'Ivoire)

( Télécharger le fichier original )
par Kouakou Romain FOSSOU
Ecole supérieure d'agronomie de l'institut national polytechnique Félix HouphouŽt Boigny de Yamoussoukro - Diplôme d'agronomie approfondie  2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV.5 - IMPORTANCE DE LA CULTURE DU POIS CAJAN

Le pois cajan est une importante légumineuse à grains de la tribu des Phaseoleae tout comme les genres Phaseolus et Vigna (VAN DER MAESEN, 1990). Les intérêts de sa culture se situent à plusieurs niveaux : alimentation humaine et animale, agriculture, médecine etc.

IV.5.1 - Importance nutritionnelle du pois cajan

Le pois cajan est principalement cultivé pour ses grains dont la valeur nutritive est comparable à celle du haricot commun (Phaseolus vulgaris) (NIYONKURU, 2002). En effet, connus pour être une excellente source de protéines (21,7%), les grains mûrs du pois cajan sont une bonne source d'énergie (343 kcal par 100 g de partie comestible), de vitamines (A 28 UI, B6) et d'acides aminés essentiels (lysine, phénylalanine, valine, leucine et isoleucine). Les grains sont également riches en acides gras dont les principaux sont l'acide linoléique et l'acide palmitique (USDA, 2004 ; VAN DER MAESEN, 2006). La consommation de ces grains est surtout importante dans les pays tropicaux en développement (Inde, Kenya etc.).

En alimentation animale, le feuillage coupé constitue, frais ou conservé, un bon fourrage servant à nourrir le bétail. En effet, les feuilles sont riches en protéines (21-25%/Matière Sèche (MS)) et en fibres (30-35% de cellulose brute/MS) (GRIMAUD, 1988). Pour les animaux de pâturage, l'on peut réaliser des coupes tous les deux ou trois mois avec une productivité de 1,5 à 3,5 t de MS/ha/par coupe et une valeur azotée de 100 à 120 g de Matière Azotée Digestible (MAD)/100 kg de matière sèche (ANONYME, 2002). Par ailleurs, des essais, conduits en station, ont montré qu'une introduction de graines de pois cajan ayant subi un broyage comme seule transformation dans l'aliment des porcs et des volailles n'entraînait aucun trouble de croissance chez ceux-ci. Les pourcentages d'incorporation pouvant être atteints sont de 15% chez le porc à l'engrais et 25% à 30% chez le poulet de chair (GRIMAUD, 1988).

IV.5.2 - Importance agronomique du pois cajan

Le pois cajan offre de nombreux avantages aux agriculteurs à faibles ressources y à savoir du combustible, du matériel de clôture, l'amélioration de la fertilité et le contrôle de l'érosion des sols (SIAMBI et al., 1992). Il peut aussi être utilisé comme brise-vent et comme plante de couverture dans certaines plantations de cultures industrielles, notamment celles du caféier (BARRIOS et al., 1997 ; BASHIR et al., 1998). Egalement, grâce à son système racinaire étendu, à l'azote atmosphérique qu'il fixe et au mulch que procurent ses feuilles rejetées durant sa culture (Figure 8), le pois cajan améliore significativement la fertilité des sols (VAN DER MAESEN, 2006). A titre d'exemple, la plante peut fixer jusqu'à 235 kg d'azote par hectare de culture et s'avère de ce fait très intéressante pour une agriculture protectrice de l'environnement (PEOPLES et al., 1995). Quant aux résidus d'azote laissés par culture, ils avoisinent 40 kg/ha (VAN DER MAESEN, 2006) ; ce qui renforce la fertilité des sols pour les cultures en rotation.

Figure 8 : Feuillage rejeté par une culture de pois cajan en jachère améliorée

(TA BI, 2010)

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net