WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'approche genre dans la gestion intégrée des ressources en eau dans l'arrondissement de Togoudo: cas de la commune d'Allada

( Télécharger le fichier original )
par Marc SOHOUNOU
Université d'Abomey-Calavi Bénin - Master en environnement et santé 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2. Situation sanitaire à Togoudo

La santé de la population d'un milieu dépend de plusieurs paramètres dont principalement les conditions hygiéniques, la qualité de l'eau consommée, l'éducation des populations à la base, bref, de l'assainissement du cadre de vie.

Cette partie du travail traitera de la situation en rapport avec la consommation de l'eau par les populations et de leur implication dans la Gestion des Ressources en eau.

3.2.1. Conditions hygiéniques

En milieu rural, les populations sont pour la plupart analphabètes. C'est le cas par exemple de la zone d'étude où 3 personnes sur 4 soit 75 % sont analphabètes. Cette situation ne permet pas de garantir les conditions minimales de santé. Ainsi les enfants de 0 à 7 ans, les femmes enceintes, les personnes du troisième âge et les ménages les plus démunis sont les plus touchés. Elles développent plusieurs maladies principalement celles issues de l'eau. Il s'agit essentiellement des diarrhées, du paludisme pratiquement chez tout le monde et d'autres maladies dermatologiques. La situation est tellement préoccupante que les autorités locales ont pris désormais à bras le corps le problème d'assainissement mais faute de moyens, elles n'ont pas pu atteindre leur objectif. Par ailleurs, il n'existe qu'un seul centre de santé publique installé tout récemment et fonctionnel à partir du lundi 21 mars 2011. Ce qui a favorisé la prolifération des centres clandestins créés par des infirmiers formés sur le tas et grave encore par des aides-soignants et on dénombre aussi beaucoup de piqueurs ambulants. Cette situation moins reluisante plonge les populations dans une insécurité sanitaire dans l'arrondissement.

Sur le plan d'hygiène et assainissement, nous allons nous appesantir sur le traitement des ordures et des eaux usées.

Ø Pour le traitement des ordures ménagères, nous nous sommes rendu compte qu'elles ne représentent aucune menace pour les populations de l'arrondissement de Togoudo. En effet, il n'est pas rare de rencontrer

autour d'une maison, au bord des rues, des ordures ménagères de toutes les formes; versées sans tenir compte de la proximité des habitations (Photo 7). Les principales raisons qui justifient ce fait sont relatives au fait que les autorités locales ne sont pas encore arrivées à sensibiliser, conscientiser la population sur la nécessité de l'évacuation des ordures ménagères hors des ménages et à organiser et installer les ONG de ramassage d'ordures. Ce sont surtout les femmes, responsables de la propreté des chambres, maisons et alentours, les handicapés et les vieilles personnes incapables d'aller plus loin déverser leur déchets, qui sont responsables de cette situation à Togoudo. La conséquence immédiate est que les enfants tombent régulièrement malades alors que les moyens de traitement sont limités. Par ailleurs, la décomposition de ces ordures ménagères cause la pollution des eaux de surface et celles de profondeur à travers les éléments chimiques toxiques qu'elles produisent.

Les lieux de conservations de ces ordures constituent pour les populations les lieux d'aisance à cause du manque de latrine et l'habitude de la plupart des populations à aller dans les brousses pour se mettre à l'aise. Ces différents éléments posent le problème d'assainissement dans la zone d'étude.

Ø Quant aux eaux usées, elles sont celles qui ont servi à laver, à faire la cuisine, la vaisselle etc et qui ne sont plus utilisables directement. Pour cela, il faut leur trouver un endroit très adapté pour éviter la pollution des eaux des nappes ou de créer des nids de prolifération des larves de moustiques très hostiles à la santé des populations. Dans l'arrondissement de Togoudo, nos enquêtes ont révélées que 96 % des populations versent les eaux usées à côté des maisons, dans la rue et sur les tars d'ordures. Car aucune disposition n'a été prise par les autorités pour pallier à ces problèmes.

Photo 7 : Un tas d'ordures sauvages à Govié Cliché: SOHOUNOU ; décembre 2011

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.