WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude des réseaux informatiques avec la technologie CPL


par Hilcin Autinel BOUZIKA
Ecole africaine de développement - Brevet de technicien supérieur 2009
  

précédent sommaire suivant

II.2. Inconvénients

Souvent les avantages sont aussi des inconvénients et cela se confirme avec le CPL. Le débit même élevé en « indoor », est partagé par tous les

50

matériels connectés à une même ligne électrique. Plus vous avez de matériels, moins votre débit sera important.

Ce problème se retrouve en « outdoor », où le point d'accès global (pour un immeuble, pour la boucle locale ...) est aussi partagé par tous les utilisateurs connectés. Pour ces raisons, les débits effectifs sur du 45Mbits/s sont plus proches des 2 à 5 Mbits/s. On retrouve ces chiffres en Wifi 802.11b. L'installation est simple si elle est basique. Mais dès que vous vous lancez dans la configuration des outils avancés, des connaissances réseaux sont nécessaires comme avec toutes technologies réseau que ce soient du Wifi, du cable ...

Les tests effectués pour faire passer de la vidéo sur le CPL en 45Mbits/s se sont avérés négatifs. Il y a encore du travail. Le manque de norme, même si, la spécification HomePlug est la plupart du temps prise en compte est un frein au développement réel de cette technologie. La sécurisation proposée est faible. 56 Bits ne représente que 7 octets. Le sans-fil même avec des cryptages plus importants (128 voir 256 bits) est une solution peu sécurisée alors le CPL ...

De plus, le câble électrique, du fait des interférences importantes que le passage des ondes courtes hautes fréquences engendre, est « facilement » écoutable. La sécurisation via le cryptage ne se fait qu'à l'intérieur du réseau électrique (prolongement possible dans de rares cas). Une fois le signal sorti de la prise via l'adaptateur, il n'y a plus de cryptage. Il est donc possible de récupérer les données en clair.

Il convient de rappeler que la topologie des CPL est une topologie en bus selon que chaque matériel connecté à la prise (à travers un hub par exemple ou une borne sans-fil) récupère les données qu'elles soient pour lui ou non. Le tri se fait alors au niveau des couches physiques de la carte réseau en étudiant les en-têtes Ethernet des paquets. Il est donc possible au moyen d'un « sniffer » de récupérer ces paquets non cryptés.

52

Les limitations qu'elles soient au niveau des distances, du nombre des utilisateurs connectés à un point d'accès, ou sur les adaptateurs, les débits, etc. du fait de l'absence de normes ne sont pas clair et dépendent d'un grand nombre de critères difficiles à évaluer. Les débits et les distances dépendent des matériels utilisés, du nombre de connexions, des distances, des parasitages du réseau électrique...

Les lignes électriques sont soumises à de fortes variations de performance dès que des matériels « gourmands » électriquement y sont connectés. Un exemple amusant : un particulier se plaint que lorsqu'il passe l'aspirateur, tout le réseau CPL plante du fait de la charge trop importante. La conclusion peut être : « CPL et aspirateur ne font pas bon ménage ». De plus, même avec des appareils ménagers de moindre importance le débit chute invariablement (démarrage du réfrigérateur, allumage d'un néon ...).

Le principal problème est du aux parasitages des ondes courtes aux alentours des réseaux CPL mis en place. Il faut bien se mettre en tête que les câbles électriques ont été développés pour y faire transiter des ondes courtes à basses fréquences (50 ou 60 Hz). Les protections (« blindages ») sont « efficaces » pour ce type d'ondes, et évitent au maximum les parasitages des alentours par le flux de courant.

Par contre, rien n'a été prévu pour empêcher les parasitages des ondes courtes à hautes fréquences (celles du CPL 1,5Mhz à 30Mhz), le câble électrique n'est pas prévu pour cela. De nombreuses voix (sauf celles des industriels), s`élèvent pour dire attention, le CPL n'est pas sans danger.

Si dans le principe cette technique semble assez séduisante, elle présente néanmoins des inconvénients notables liés à son principe même. Le signal haute fréquence généré par le modem est véhiculé par les fils du secteur, or ces fils n'ont pas été conçus initialement pour véhiculer un tel type de signal. Ces fils secteurs se transforment donc tout simplement en antennes et rayonnent des ondes hautes fréquences dans tout l'environnement. Selon la qualité de l'installation électrique et de l'isolation électromagnétique, ces

ondes peuvent se propager et être perturbatrices jusqu'à plusieurs centaines de mètres.

Dans ce cas les matériels sensibles à la haute fréquence mais aussi, tout simplement, les récepteurs radio en ondes courtes, peuvent être perturbés. De la même façon, le signal CPL en lui-même peut être perturbé par des flux électromagnétiques émis par des écrans d'ordinateurs, transformateurs, et tout émetteur ou émetteur-récepteur utilisant ces fréquences (radiodiffusion, communications civiles ou militaires, radioamateurs)...

Il n'existe pas de normes définitives concernant les CPL. Il n'est ainsi pas rare de trouver des modems dont les rayonnements vont bien au-delà des normes de CEM (compatibilité électromagnétique) imposées aux autres matériels. Si la densité de réseau est faible, les risques de perturber le voisinage restent faibles.

A l'inverse, dans des immeubles ou dans des zones où la densité de tels réseaux serait élevée, le brouillage électromagnétique pourrait devenir intense. Pour cette raison, dans les hôpitaux, les CPL ne sont pas bien acceptés. Dans certains pays, cette technique tend à être abandonnée, au moins dans le domaine de l'accès Internet, tant les problèmes de voisinage et de perturbations environnementales risquent d'être insolubles.

Comme pour les autres techniques émettant des rayonnements électromagnétiques (les cables n'étant généralement pas blindés), on peut se poser des questions sur les effets sur la santé des CPL. Les rayonnements sont de faible puissance mais se font généralement 24 h/24 et dans toutes les pièces (par exemple à la tête du lit où passent les câbles électriques alimentant les prises électriques).

Les signaux numériques véhiculés par CPL ne sont pas arrêtés par les compteurs électriques et ont une portée efficace de 300 m (1 000 m théorique avant atténuation complète). Bien que cela soit un avantage dans certains cas, la faille de sécurité que cela induit est problématique. Les adaptateurs

54

CPL ont de plus en plus tendance à embarquer des crypto processeur pour chiffrer les communications. Même si les derniers standards en vigueur se basent sur des algorithmes de chiffrement plus fort (AES-128 pour HomePlug AV et 3DES pour DS2), des intrusions dans le réseaux restent possibles dans la mesure d'attaques ciblées et menées par des personnes expérimentée.

précédent sommaire suivant