WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etudes de la pierre de taille à  travers les temples commémoratifs d'Antananarivo: essai d'ethnologie des techniques

( Télécharger le fichier original )
par Haja Mampionona Hillarion RAJERISON
Université d'Antananarivo- FLSH- Etudes Culturelles- Madagascar - Maitrise 2011
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

V-2-3 La taille de la pierre

Beaucoup de techniques ont été apportées depuis l'arrivée des Britannique et Français en Imerina en ce qui concerne la construction. Les Malagasy savaient utiliser la pierre mais son exploitation se limitait à l'extraction avec une forme grossière. Dès son arrivée dans la capitale en 1826, Cameron enseignait des techniques de construction. C'était lui qui initiait pour la première fois en Imerina la taille de la pierre1 pour les fondations d'une maison. Avec l'arrivée de Laborde, d'autres techniques faisaient également leur apparition. Cette innovation se manifestait par l'architecture funéraire merina. Lebras2, explique que ces modifications se matérialisaient par le fait que les tombeaux étaient bâtis en pierres équarries. Mais c'étaient les missionnaires britanniques qui initiaient la population locale au travail de la pierre pour la construction des temples. Pour ces édifices, il fallait apprendre, s'exprimait Sibree3, aux ouvriers-artisans à se servir des outils pour la taille et comment rendre carré les pierres. Les outillages pour le débitage de la pierre les plus utilisés sont le laie et le boucharde4.D'autres outils étaient également nécessaires à savoir les ciseaux ; l'aiguille droite et gauche ; la coudée et la massette. Les Britannique avaient apporté beaucoup de technique pour les travailleurs Malagasy. L'on assistait à l'initiation dans le travail esthétique de la pierre avec la présence des colonnes et sculptures. La stéréotomie figurait également dans les nouvelles techniques apportées pour le débitage de la pierre. Au sens premier du terme, la stéréotomie est l'art de découper différents volumes en vue de leur assemblage ; en architecture, elle désigne plus spécifiquement l'art de la coupe des pierres en vue de la construction des voûtes, trompes, coupoles ou volées d'escaliers. Avec cette technique, le tailleur de pierre travaille directement la masse du matériau auquel n'importe quelle forme peut être donnée. Cette technique était selon Mantaux, apprise par les bâtisseurs britannique, alors que d'autres auteurs affirment que c'était Laborde qui l'avait enseignée5.Cependant, ces ouvriers avaient été déjà formés à la taille de pierre par les premiers missionnaires protestants.

1 Certain auteurs comme MANTAUX (in Tananarive d'autrefois p 35) affirmait que CAMERON était spécialiste en bois et en brique qu'en pierre

2 LEBRAS op. Cit. Les tombeaux styles Laborde comportaient des arcades, des balustrades et des décorations.

3 SIBREE : Fifty years in Madagascar personal experiences of mission life and work

4 Ces outils étaient utilisés par les tailleurs au XIIe siècle d'après Histoire générale des techniques p 554

5 DELAHAIGUE-PEUX op. Cit. : Les ouvriers [...] étaient les chrétiens condamnés sous Ranavalona I [...] apprirent la stéréotomie avec LABORDE.

L'initiation à la taille1 de la pierre aux apprentis locaux posait des difficultés pour les missionnaires. Il a fallu les suivre de près pour les détails et avoir des résultats impeccables. A l'exemple, les pierres de constructions du temple de Faravohitra devaient avoir tous les mêmes dimensions2. Sibree avait lui même pris en charge de mesurer et de marquer une par une les pierres de construction3 pour Ambatonakanga. De lourds travaux attendaient tous les ouvriers puisque seulement pour le temple d'Ambatonakanga, il a fallu 35000 pierres. Chaque site avait ses problèmes concernant sa construction. Cependant, Ampamarinana, même si sa réalisation prenait du temps du fait qu'il était touché par l'interdit, sa construction se faisait en regardant les moindres détails et surtout les savoir faire et techniques des ouvriers étaient déjà à un point supérieur. L'initiation au travail esthétique de la pierre commençait pour les ouvriers. Puisque ils savaient débiter la pierre, il était alors d'ores question du comment élever ces lourds matériaux. Quelles techniques les missionnaires mobilisaient pour ériger un tel monument ? C'est ce qui nous intéresse à présent

précédent sommaire suivant