WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etudes de la pierre de taille à  travers les temples commémoratifs d'Antananarivo: essai d'ethnologie des techniques


par Haja Mampionona Hillarion RAJERISON
Université d'Antananarivo- FLSH- Etudes Culturelles- Madagascar - Maitrise 2011
  

précédent sommaire suivant

V-3 LES OUVRIERS DES CHANTIERS

Les Malagasy de la société ancienne savaient coopérer et travailler ensemble : « asa vadidrano ; tsy vita raha tsy hifanakonana ». Le Valintanana montrait cette collectivité entre la population. Il y avait de l'autre coté le devoir envers le souverain. Aux temps de la royauté, la société se divisait en classes. Selon Boiteau1 , il y avait les nobles ou andriana ; les Hommes libres ou hova ; les esclaves affranchis ou hova vao ; les hova réduit à l'esclavage ou zaza hova ; les esclaves royaux ou tsiarondahy et enfin les esclaves ou andevo. Ces derniers avaient des obligations de travaux qui leurs étaient imposés. En effet, les esclaves avaient comme fonction la corvée ou Fanompoana. Depuis Andrianampoinimerina, chaque peuple devait « travailler » pour le roi. Les femmes esclaves s'occupaient des travaux domestiques tandis que les esclaves mâles des constructions de bâtiments civils et de l'entretien de la digue de Betsimitatatra2. Il est à signaler l'existence d'esclaves originaires d'autres pays à

Madagascar. En effet, des « corvéables » locaux étaient des esclaves mozambicains et des Africains3.Est-ce que ces esclaves étrangers avaient-ils contribué dans l'érection des temples commémoratifs ? Telle est la question qui se pose et mérite d'être étudiée, de par ces sources.

V-3-1 Qui étaient ces ouvriers ?

Bien avant l'arrivée des missionnaires, les Malagasy avaient des techniques qui leur étaient propres concernant la construction que ce soit habitation ou autres. Cameron, quant à lui, avait ouvert des ateliers pour former les jeunes Malagasy4. Partant de cette information, nous ne pouvons pas encore encore affirmer que ces ouvriers étaient des Malagasy. Ceci, puisqu'on n'a pas de données montrant qu'ils avaient participé aux constructions des temples commémoratifs. L'industrie du bâtiment avait connu une prospérité à un moment donné. Avec Radama II au pouvoir, la capitale, selon Mantaux5 , commençait à voir les premiers édifices cultuels, la pierre et la brique se faisaient de plus en plus nombreuses ... Devenant une source considérable de revenu, selon Boiteau6, l'extraction et la taille de la pierre, la préparation de la brique et de tuile se développaient. Les apprentis ont été guidés par les

1 « Contribution à l'Histoire de la nation malgache » édition sociale Ministère de la culture et de l'art révolutionnaire 1982

2 Sources de l'Histoire de l'esclavage : affranchissement et transaction diverses RAINIZAFINIARY mémoire de maitrise en Histoire 2005

3 RAINIZAFINIARY ibidem

4 INGAHIKAMA : misionera mpanao taozavatra teto Madagasikara, COUSINS traduit par RANDZAVOLA (H.) : « Tsy latsaky ny 600 ny mpianany (rafitra) »

5 « Madagascar d'autrefois » in Revue de Madagascar 3è et 4è trim. 1969

6 « Contribution à l'Histoire de la nation malgache » édition sociale Ministère de la culture et de l'art révolutionnaire 1982

artisans britanniques, Cameron et Pool. Notons bien que la technique de façonnage de la pierre de taille fut transmise par Cameron, dans les années 1827.On utilisait ces pierres pour les fondations des maisons.

Partant de l'information donnée par Sibree1, nous pouvons identifier les ouvriers qui avaient contribué aux constructions. Ce missionnaire britannique remarquait que « les Malagasy (malagasy workmen) travaillaient irrégulièrement pendant la semaine. Ils surveillaient leurs rizières et les repiquages du riz ». Il y avait également les habitudes et coutumes locaux. Sibree affirmait que : « les affaires familiales interrompent constamment le travail tels les naissances, circoncisions, mariage, et principalement les funérailles ». Ces informations ont été observées et données par Sibree durant la construction d'Ambatonakanga, le premier temple commémoratif. Nous pouvons déjà à partir de là, en déduire que ces ouvriers étaient Malagasy. Cette affirmation peut être justifiée par le fait que Sibree citait des coutumes et traditions typiquement malagasy. La langue parlée était aussi, à un certain moment évoquée comme problème. Sibree ne comprenait pas la langue locale. Cameron, qui résidait assez longtemps en Imerina en avait des notions.

D'autres ouvrages parlent également de ces ouvriers. Dans l'ancienne société, le roi et les nobles avaient droit à des esclaves qui se chargeaient de toutes les tâches, le Fanompoana. Ces esclaves, selon Ravel2 ont été prêtés par quelques « grands » de l'époque. Vu l'avancement des travaux, les hommes d'Etat à cette époque, en inventant le prétexte de corvée avaient retiré les ouvriers pour des constructions personnelles3. Donc, nous pouvons affirmer que les ouvriers qui travaillaient sur les quatre chantiers étaient des Malagasy. Ces ouvriers, cités à plusieurs reprises dans des ouvrages que les travaux étaient des corvées, avaient le statut d'esclaves. A aucun moment, dans les ouvrages lus, il n'était cité autres ouvriers venant d'autres pays. Certes, il y avait des esclaves mozambicains à Madagascar, cependant on ne saurait dire s'ils avaient ou non contribué à la construction des temples. Ce que nous pouvons dire c'est que les Malagasy y avaient contribué. Pour preuve, Andriambelosoa (H.)4 en parlait également dans ses recherches. Elle affirmait que « [...] les travailleurs Malagasy ont été formés par le L.M.S. Ils avaient déjà 35 années d'expérience depuis la construction d'Ambatonakanga [...] »5. Dans ses travaux de recherche, elle citait le nom de Rainibao, un des tailleurs de pierre en ces temps. Cet ouvrier travaillait sur les sites mais il participait également à la fondation de la cathédrale d'Ambohimanoro.

1 SIBREE : Fifty years in Madagascar personal experiences of mission life and work

2 AMBOHIPOTSY 1968 - il y avait même des contre maîtres Malagasy sur le sentier d'Ambohipotsy

3 « La fondation des temples protestants à Tananarive entre 1861-1869 » RAISON-JOURDE (F.)

4 British introduction of new uses of stones in Antananarivo 1826- 1889 Memoires de maitrise 2001

5 Les mêmes ouvriers avaient contribués à la construction de la cathédrale ST Laurent Ambohimanoro

Les ouvriers étaient donc des Malagasy. Le recrutement de ces ouvriers posait des problèmes pour les missionnaires. En effet, de telles constructions avaient besoin de personnes qualifiées (tailleurs- couvreurs- maçons- charpentiers). Comme nous l'avons dit, les Malagasy avaient comme matériaux de construction habituelle du bois ; jonc ; de la boue. Les techniques étaient traditionnelles. L'apprentissage de ces ouvriers au nombre fort restreint était de lourdes tâches pour les missionnaires. Aussi, les esclaves qui avaient auparavant travaillé gratuitement sous forme de corvée (puisqu'ils étaient des esclaves) devenaient des ouvriers qui percevaient des salaires en fonction de leurs travaux sur les sites des memorial churches. Mais que devenaient ces ouvriers après la construction des temples ?

précédent sommaire suivant