WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etudes de la pierre de taille à  travers les temples commémoratifs d'Antananarivo: essai d'ethnologie des techniques

( Télécharger le fichier original )
par Haja Mampionona Hillarion RAJERISON
Université d'Antananarivo- FLSH- Etudes Culturelles- Madagascar - Maitrise 2011
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

VI-1-3 Les formes, les styles

Le plan de cette cathédrale fut dessiné par un prêtre jésuite1. Père Gonsalvien dessinait une église, avec un style gothique dotée de plusieurs ornements, avec une toiture qui était en tuiles écailles. C'était un plan ingénieux et flamboyant mais qui coutait énormément. Taix (A.), un autre père jésuite, non moins un peintre-architecte, réarrangeait ce plan. Il dessinait un style simple et sévère de façon à construire un monument moins couteux et de meilleur goût. La cathédrale a un style ogival. Elle comporte deux tours carrées de 30 mètres de hauteur. La cathédrale d'Andohalo est un monument d'une taille considérable. L'église s'étend à une longueur de 37,60 mètres contre 18 de largeur. L'hauteur du toit s'élève à 21 mètres ; les murs à 11 mètres. La façade, quant à elle, fait 19 mètres ; dotée de sobres décorations, à savoir une rosace à dix pétales formant en leur milieu une croix tréflée. Il y a également une croix potencée, sculptée au dessus du portail central. La cathédrale montre également d'autres caractéristiques telles la façade montrant l'ogive (remplacée après les grandes pluies de 1982), les tours, la nef, le choeur, les tribunes, les paliers ...

Les français avaient, par l'intermédiaire des architectes tels que : Gonsalvien ou bien Taix, su montrer leur savoir faire et leur technicité à travers la cathédrale d'Andohalo. La construction coûta 17 années d'effort et de labeur. Cependant, d'autres Européens montraient également leur faculté dans le domaine des bâtis. Plus proche de la confession protestante, les anglicans décidaient également de fonder des foyers de culte dans la capitale. Quels styles et quelles techniques apportaient-ils ? Telles questions nous intéressent maintenant.

VI-2 LA CATHEDRALE SAINT LAURENT AMBOHIMANORO

Cet édifice cultuel appartient à la confession anglicane. Cette mission était en étroite relation avec la mission protestante. On a peu d'informations lui concernant.

1 MANTAUX affirme dans Tananarive d'autrefois que : « 03 plans furent réalisés ; c'est celui du père TAIX (A.) Qui a étéretenu ».

VI-2-1 Les techniques de constructions

La mission anglicane, norvégienne d'origine, déployait également, pour la construction de la cathédrale des moyens avancés. Les pierres nécessaires pour la construction du temple étaient extraites de la carrière sur place même, c'est-à-dire à Ambohimanoro. Pour l'extraction, on utilisait de la dynamite. Les fragments de roches, après l'explosion, ont été taillés afin d'être les principaux matériaux de construction du temple. Les ouvriers qui travaillaient sur le chantier étaient ceux qui avaient fondé les temples commémoratifs. Andriambelosoa en parle dans ses travaux de recherche1. Un passage affirme que « évidemment, les travailleurs Malagasy ont été formés par les missionnaires de la L.M.S. Ils avaient déjà 35 années d'expérience depuis la construction d'Ambatonakanga ». Les mêmes ouvriers contribuaient donc à d'autres fondations que les Mémorial Churches.

précédent sommaire suivant