WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etudes de la pierre de taille à  travers les temples commémoratifs d'Antananarivo: essai d'ethnologie des techniques

( Télécharger le fichier original )
par Haja Mampionona Hillarion RAJERISON
Université d'Antananarivo- FLSH- Etudes Culturelles- Madagascar - Maitrise 2011
  

précédent sommaire suivant

VI-2-2 L'année de construction

Rainilaiarivony, le premier ministre à cette époque se chargeait de poser la pierre de fondation. La date marquante de cet événement était le 13 septembre 1883.

VI-2-3 Les formes, les styles

Les Norvégiens, avaient eux aussi, leurs styles d'architecture et leurs architectes. Etant donné que ces derniers et la mission protestante britannique étaient proches, on voit des similitudes et des ressemblances, voire même des influences sur les styles de construction. En effet, la cathédrale d'Ambohimanoro a été construite avec un style normand (gothique sobre). Le temple se caractérise par la présence de tours octogonaux comme les châteaux médiévaux d'Europe. Construite sur une petite élévation, la cathédrale se distingue ainsi par son plan qui prend la forme d'une croix. La toiture est en tuiles écailles. Saint Laurent Ambohimanoro a été dessiné par l'architecte norvégien White (W.). Ce plan de style normand a été mis sur pied par Anker (A.).

Ainsi, une nouvelle ère dans le domaine de la construction commençait. Les Européens, par l'intermédiaire des pasteurs et prêtres architectes, bouleversaient le domaine du bâti en introduisant diverses techniques. Les missionnaires britanniques joueront un rôle vraiment crucial dans ce basculement. Cameron (J.) va être l'un des initiateurs en introduisant diverses techniques de

1 ANDRIAMBELOSOA (H.) Op. Cit Mémoires de maitrise 2001

construction. Ellis (W.) eut comme idée de fonder des foyers de cultes entièrement en pierre, en la mémoire des Martyrs de la foi, qui était, jusqu'alors interdit. Après la mort de Ranavalona I et la montée de son fils, Radama II au pouvoir, le christianisme va connaître un grand essor. Dès leur retour, les missionnaires avaient chacune décidé de s'installer définitivement en créant des foyers de cultes durables presque partout en Imerina. Les édifices religieux gagnèrent en nombres. Les bâtiments civils connaissaient également de grand développement. Une vague de construction va marquer le XIXe siècle en Imerina. La décision de Ranavalona II de lever l'interdiction de bâtir en dur, jouait également un rôle important dans le domaine de la construction.

Ces changements affecteront divers domaines de la vie des Malagasy, aussi bien dans son Histoire que dans sa culture. L'introduction des ces techniques d'une façon ou d'une autre, vont contribuer à de grandes réformes que l'Imerina n'avait connu jusqu'alors. Dans la troisième partie de notre recherche, nous parlerons des apports et valeurs véhiculés ces monuments en pierre.

TROISIEME PARTIE

LES EGLISES DE PIERRE,

NOUVEAUX SYMBOLES ET

NOUVEAUX REPERES VISIBLES

L'identité des anciens Malagasy se reflète, en partie par le style de construction et son architecture. Les anciens savaient parfaitement organiser leur habitat et aménager leur espace. L'architecture traditionnelle malagasy se caractérisait particulièrement par le fait que le principal matériau était du végétal, en l'occurrence, du bois. Des chercheurs1 qualifient même notre civilisation comme civilisation végétale. Ceci du fait qu'un des interdits d'Ikelimalaza, un des sampy royaux, n'autorisait en aucun cas, la construction de maisons avec d'autres matériaux comme la brique ou la pierre. Seule la matière « vivante » a été autorisée par le sampy, tant vénéré aussi bien par le roi que par le peuple. La matière « morte » quant à elle, a été destinée uniquement pour les morts. La pierre était également utilisée dans d'autres contextes de la vie des anciens dont nous avons auparavant parlé. Aussi bien dans la construction avec les matières vivantes comme le bois qu'avec les mortes telle la pierre, les Malagasy avaient leur technique et savoir faire et en accordaient une certaine valeur. Avec l'arrivée des Européens au début du XIXe siècle, de nouvelles techniques dans le domaine du bâti influenceront celles locales. Les édifices cultuels en brique ou en pierre se multiplièrent. L'extraction et la taille de la pierre sous la direction de Cameron et Pool, devenaient source de revenu considérable. Ainsi, une nouvelle ère commençait dans le domaine de la construction. L'arrivée des missionnaires-architectes européens et l'avènement de Ranavalona II au pouvoir contribuaient à des changements et offraient une nouvelle mode de vision. De nouvelles valeurs apparaissaient avec ces influences étrangères sur divers plans : sur l'Histoire ; la Culture et autres domaines. Quelles sont les nouvelles valeurs véhiculées par ces monuments ? Telle question est à soulever.

précédent sommaire suivant