WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etudes de la pierre de taille à  travers les temples commémoratifs d'Antananarivo: essai d'ethnologie des techniques


par Haja Mampionona Hillarion RAJERISON
Université d'Antananarivo- FLSH- Etudes Culturelles- Madagascar - Maitrise 2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE VII : VALEURS DES QUATRE MONUMENTS

Totalement différentes aux Soatoavina, valeurs locales, ces monuments cultuels en pierre contribuaient à des grands changements dans l'Histoire, la Culture et dans d'autres domaines et apportaient de nouvelles valeurs que l'Imerina prenait très vite comme siennes. Quelles sont ces valeurs historiques ?

VII-1 VALEURS HISTORIQUES

Les valeurs Historiques de ces édifices commençaient par la foi chrétienne sous Ranavalona I. Les
chrétiens étaient, pendant une longue période, victimes de persécution, d'emprisonnement et même de

1 RAMIARAMANANA DOMENICHINI (B.) : Architecture dans la tradition des hautes terres centrales in Bulletin de l'Académie Nationale des Arts, Lettres et Sciences Tome 71/1-2 1993

condamnation. Radama II va réinstaurer la liberté de la religion et de culte ainsi que l'idée d'Ellis (W.) de construire des temples en souvenir des persécutions à l'encontre de ces martyrs de la foi succédant ces longues années de persécution. Ensuite, on assistait à la montée au pouvoir de Ranavalona II au pouvoir, se proclamant chrétienne. En 1868, elle levait la loi interdisant la construction en pierre ou en brique dans l'enceinte de la vieille ville. Tous ces événements changeaient l'Histoire de l'Imerina. Les temples commémoratifs étaient et continuent d'être les témoins de l'enracinement d'une nouvelle religion en Imerina. Ce sont, d'après un ouvrage1 « les témoins vivants de l'évangélisation de la religion protestante à Madagascar ». En outre la libération du tabou interdisant tout autre matériau que le bois favorisait d'autres styles de construction avec la pierre que jamais quiconque n'avait utilisé pour les vivants. Une ère nouvelle, marquée par la liberté religieuse commençait. Aussi, on assistait également à la réouverture à l'occident. Ainsi, le cours de l'Histoire merina changeait complètement. Le XIXe siècle était surtout marqué par l'avènement des missionnaires européens qui avaient pour but de propager leur religion sur les terres païennes, en l'occurrence, le christianisme. En plus de l'évangélisation, les missionnaires britanniques non moins des architectes et ingénieurs apportaient de nouvelles techniques de constructions avec des matériaux jamais utilisés pour une maison et autres bâtiments. Les temples commémoratifs représentent les phases qui se succédaient dans l'Histoire religieuse de l'Imerina. Il y avait premièrement, sous Radama I, le règne qui laissait libre champ aux pratiques religieuses et aux diverses coopérations avec les étrangers. On assistait ensuite, avec Ranavalona I, à des interdictions voire même, des condamnations à mort de ceux qui pratiquaient le christianisme ou « fivavaham-bazaha » avec une rupture totale de toutes coopérations. Enfin, on assistait à une période nouvelle marquée par le retour de la liberté de religion et de culte et également, par le retour des missionnaires après 30 longues années d'absence.

La construction des divers édifices religieux tels les temples commémoratifs affirmait une volonté de s'installer définitivement. L'un des buts poussant Ellis (W.) à construire les temples commémoratifs selon Raison-Jourde (F.)2 était de créer des foyers de culte durable. Elle ajoutait également que l'inauguration des ces temples devenait l'un des grands moments de la vie de la capitale. En effet, avec les Mémorial Churches, les martyrs de la foi étaient introduits dans l'Histoire malagasy. Les flèches de ces temples étaient comme les Vatolahy commémorant la persécution des chrétiens. Cette dernière était devenue également à son tour une partie qui formait l'Histoire merina. La volonté d'adopter le christianisme se montrait également du coté des dirigeants Malagasy. Les décisions prises par l'Etat depuis Radama II et surtout sous Ranavalona II modifiaient complètement le cours de l'Histoire

1 AMBATONAKANGA, Eglise protestante 1867- 1977

2 Annales de l'Université de Madagascar, série Sciences Humaines n° 11 1970

merina. Les sampy royales ont été remplacés par une bible lors du Fisehoana (intronisation) de la reine ; elles ont été ensuite brulées suivi du baptême des dirigeants ; la levée de l'interdiction... Cette dernière va faire apparaître des constructions qui montraient les changements. En plus des temples commémoratifs, d'autres édifices en pierre apparaissaient également sur la haute ville. Le palais de la reine a été recouvert en pierre par Cameron en même temps, un temple entièrement en pierre se dressait dans l'enceinte même du rova.

Toutes ces étapes mettaient en place un nouvel visage à l'Histoire de l'Imerina. Toutes les décisions prises par l'Etat malagasy depuis Radama II à Ranavalona II montraient une volonté de changer, de tourner une page. Le fivavaham-bazaha devenait la religion de l'Etat. Le revêtement du palais de la reine en pierre et la construction d'un temple dans l'enceinte même de la cité, montraient qu'une nouvelle religion s'installait définitivement. A ces périodes correspondait également un développement de la technique. Les missionnaires-architectes britannique l'avaient montré avec la construction des temples commémoratifs totalement en pierre. A travers ces bâtis, les architectes tels que CameronPool-Sibree, selon Delahaigue-Peux1 ont pu développer les capacités des ouvriers. Avec des styles et savoir faire totalement nouveaux, ces Européens changeaient le mode d'usage de la pierre. En effet, depuis longtemps, si les vivants n'avaient droit qu'aux bois ; et cela depuis toujours, les morts eux, à la pierre. La diffusion de la religion chrétienne était en expansion. Les édifices cultuels en pierre en étaient les témoins. Ces monuments en pierre possèdent donc des valeurs historiques incontestables. En effet, en plus du fait que ces temples sont des Vatolahy commémorant l'avènement du christianisme en Imerina mais également les souvenirs de ceux qui étaient martyrs, ils marquaient aussi la révolution au niveau de la technique de construction. Les édifices civils et religieux garnissaient la colline de la cité. La réouverture à l'occident permettra le développement galopant d'un nouveau style d'architecture. La « fièvre de bâtir s'emparait d'Antananarivo »2. Les quatre temples commémoratifs font partie des points marquant de l'Histoire de l'Imerina. Ils nous aident à nous souvenir des phases qu'avait traversées l'Imerina. Ils nous aident également à nous situer par rapport à ces évènements. Ces monuments témoignent également la volonté et le savoir faire de ceux qui participaient dans leur conception. Par leur intervention, le visage de la ville changeait. Les grandes valeurs Historiques des quatre monuments religieux dont les formes et les aspects font, selon Raison-Jourde3 rappelé leur origine britannique. Des mémoires de lieux et lieux de mémoires, ces temples en pierre ou

1 DELAHAIGUE-PEUX op. Cit. 1996 p 88

2 « Etude du patrimoine architectural urbain de Tananarive »

3 Bible et Pouvoir à Madagascar au XIX e siècle : Invention d'une identité chrétienne et construction de l'Etat

« Tranovato » possèdent également des valeurs culturelles qui ne sont pas à négliger. Nous allons en parler dans les paragraphes qui vont suivre.

précédent sommaire suivant