WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact des ouvrages de génie civil sur l'environnement: cas de la décharge finale des déchets de la ville de Bangui


par Stephane KODYBELET
Universite de Bangui - DIT 2011
  

précédent sommaire suivant

6.1.3- Mesures envisagées pour la phase d'exploitation

L'impact potentiel provient de la gestion des lixiviats. Avant d'avancer dans les mesures il est nécessaire d'analyser les solutions de gestion des lixiviats, depuis la génération jusqu'à l'élimination.

6.1.3.1-- Gestion des lixiviats

La gestion des lixiviats consiste à drainer les lixiviats se trouvant en fond de casier et les évacuer dans un bassin de traitement.

Une partie de lixiviats produits au niveau de la décharge sera engagée lors du procédé de la digestion anaérobie (méthanisation) de la fraction organique des déchets qui se transformera en biogaz (CH4 et CO2). Cependant, la partie restante des lixiviats migrera vers le fond des casiers et sera drainée et acheminée vers deux bassins de stockage désignés à ces fins.

Un drain périphérique en PEHD sera installé au pied de la digue à l'intérieur du casier. Les surfaces alimentant le drain auront une pente de 2.5 % afin de faciliter l'écoulement gravitaire des lixiviats vers la conduite principale. Le système de collecte de lixiviats sera équipé d'un réseau de tuyaux perforés, raccordés entre eux par soudure ou par manchons. Les drains perforés seront raccordés à une station de pompage placée à l'extérieur du casier. A partir de cette station, une pompe prendra en charge le refoulement des lixiviats vers les bassins de traitement. Cette pompe sera submersible et assurera un débit de 2 l/s.

Les collecteurs et équipements du système de collecte des lixiviats devront être étanches, stables et résistants à la rupture. Des drains en PEHD DN 250 fixés entre eux sont prévus. La classe de résistance mécanique minimale est PN16.

Les collecteurs des lixiviats seront posés sur un lit de sable préparé en conséquence dans un creux de la couche d'étanchéité. L'angle d'appui sera de 120 degrés. Ils seront recouverts par du gravier filtrant 25/40 (teneur en carbonate de calcium < 30 % du poids) jusqu'à 40 cm au-dessus de leur génératrice supérieure.

Quantité des lixiviats générés par la décharge de kolongo

Il ressort du bilan hydrique :

Mois

Pluviométrie moyenne (mm)

Evaporation (mm)

Ruissellement (coef ruisselement sol argil sableux = 0,1 à 0,7) ici C= 0,2 hypot défavorable

Stockage

Volume d'eau m3/mois

Volume journalier

Janv

18,87

88

3,774

-72,904

 

 

Fév

30,015

100

6,003

-75,988

 

 

Mars

98,51

125

19,702

-46,192

 

 

Avril

129,15

130

25,83

-26,68

 

 

Mai

165,45

120

33,09

12,36

400,464

13,349

Juin

159,05

100

31,81

27,24

882,576

29,419

Juil

198,75

88

39,75

71

2300,4

76,68

Août

220,4

94

44,08

82,32

2667,168

88,906

Sept

199,35

96

39,87

63,48

2056,752

68,558

Oct

204,5

100

40,9

63,6

2060,64

68,688

Nov

75,55

96

15,11

-35,56

 

 

Déc

28,25

92

5,65

-69,4

 

 

C'est entre mai et octobre que le bilan hydrique est positif avec pointe en août de 89 mm/j si on néglige la capacité au champ (volume d'eau emmagasiné dans la masse d'ordures enfouies et dans les couches de sols de recouvrement).

En considérant la capacité au champ on aura à extraire au plus 70 m3/j au mois d'août et bien moins les autres mois.

Variantes de gestion des lixiviats

Compte tenu de la faible durée d'exploitation de la décharge (3 ans) et les faibles quantités de déchets à enfouir, le volume des lixiviats à gérer sera alors réduit. Dans ce cas, deux variantes de gestion des lixiviats sont étudiées :

- Variante L1 : Cette consiste simplement en un prétraitement et une recirculation des effluents dans les cellules. Le prétraitement consiste en un déshuilage puis recirculation des effluents dans les cellules d'enfouissement. Ainsi, en période de bilan hydrique négatif (novembre à avril), profiter de l'évapotranspiration pour éliminer l'effluent naturellement (évapotranspiration).

- Variante L2 : Il s'agit d'un procédé biologique par lagunage pour l'élimination de la pollution biologique (matières organiques putrescibles), suivi d'un plateau absorbant planté de roseaux hydrophiles permettant d'éliminer par absorption, à travers les racines des macrophytes plantés, la pollution minérale (azote, phosphore) et les métaux lourds Le dispositif d'épuration in situ suivant peut être adopté :

- 2 bassins en série permettant un temps de séjour minimal de 3 jours chacun (3*70= 210 m3). Ces bassins doivent avoir des dimensions telles que les courts-circuits hydrauliques seront limités (longueur = 3 fois largeur). Ainsi il est proposé. Les bassins auront donc les dimensions suivantes : 3 m de largeur, 9 m de longueur et 1,5 m de profondeur

- Le plateau absorbant peut avoir les mêmes dimensions que les bassins en amont

Comparaison entre les variantes et choix

Variante

Avantage

Inconvénient

Cout

Variante 1 : Déshuilage et recirculation

· Peut d'espace utilisé

· Impact sonore causé par le bruit du fonctionnement des pompes

Etanchéité du bassin :

· Réduction des odeurs nauséabondes

· Nécessité d'un entretien continu des équipements

20 000 000 F CFA

· Pas de prolifération d'insectes en l'absence d'une surface d'eau polluée dans la décharge

· Formation de lixiviat très chargé en polluants après 3 ans

Unité de prétraitement :

20 000 000 F CFA

pompe et conduites :

30 000 000 F CFA

Total : 70.000000 F CFA

Variante 2 : Lagunage et plateau absorbant

· Excellent abattement de la pollution organique avec des rendements s supérieurs à 90%

· Emprise au sol plus élevée que la variante 1

2 bassins en série

· Absorption de l'azote et du phosphore donc pas de risque d'eutrophisation

· Nécessité d'une exploitation régulière, faucardage périodique, désherbage manuel avant la prédominance des roseaux

(3x9x1,5m) + 1 plateau

· Elimination des micros polluants par les racines des plantes

planté de roseaux

· Elimination de l'eau épurée par évapotranspiration

hydrophiles (3x9x1,5m)

Cout : 5 000 000 F CFA

Conclusion

Il s'avère que le traitement biologique des lixiviats, est le plus avantageux du point de vue technico-économique que du point de vue environnemental.

précédent sommaire suivant