WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evaluation de l'efficacité des moustiquaires à  longue durée d'action sur la prévalence du paludisme dans la localité de Libamba


par Hokameto Rodrigue Junior EDORH
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée - Ingénieur d'Application de la Statistique 2013
  

précédent sommaire suivant

3.2.2 Degré d'utilisation d'autres moyens de prévention et évolution de la maladie

Degré d'utilisation d'autres moyens de prévention

A l'exception les MILDA , en tout cinq moyens de prévention du paludisme ont été recensé à Libamba. Le degré d'utilisation de ces moyens varie énormément (graphique 7 ). En effet, le premier moyen de prévention outre l'utilisation des MILDA est la destruction des eaux stagnantes. Cela se comprend au sens où c'est le moyen le plus facile à pratiquer et le moins coûteux. Après vient les insecticides, entendons par là aussi bien les insecticides qu'on pulvérise(les bombes) que les spirales. Le défrichage n'est utilisé que par 27% des personnes

enquêtées. Les deux moyens

les moins utilisées sont les traitements préventifs traditionnels

 

(TPT) et les grillages aux fenêtres. Les TPT sont tous les remèdes que les individus boivent dans le but d'éviter le paludisme. Ces TPT ont été très peu utilisés au courant des trois premiers mois de 2013. Au niveau des grillages aux fenêtres, seulement un peu plus d'un ménage sur vingt en dispose. Ceci peut s'expliquer par le fait que l'installation des grillages revient souvent assez chère.

Destruction des eaux stagnantes

Traitement Préventif Traditionel

Grillage aux fenêtres

Insecticides

Défrichage

0% 5% 10% 15% 20% 25% 30%

35% 40% 45%

Graphique 7: Degré d'utilisation des autres moyens de prévention anti-vectorielles

Etat de la maladie dans la localité de Libamba en 2013

La prévalence de la maladie au moment de l'enquête se situe autour de 33.6% dans notre échantillon et le taux de fréquentation du dispensaire est de 46.4%. Cependant un peu plus de

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH , Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

39

la moitié des personnes dans la localité disent être tombées malades au moins une fois les trois mois précédant l'enquête (Tableau 10 en annexe B).

3.2.3 Lien entre la survenu de la maladie et les moyens de prévention9

Après avoir présenté les différents moyens de prévention et l'évolution du nombre de maladie dans les trois mois de Février, nous allons voir s'il existe un lien entre ces mesures et l'état de santé des individus.

Lien entre la maladie et l'utilisation des MILDA.

78.57% des individus qui n'ont pas utilisés les

MILDA sont tombés malades au cours des

 

trois premiers mois de 2013. Par contre chez ceux ayant utilisés les MILDA environ six sur dix n'ont pas été malades (Graphique 8 ). Nous remarquons bien que la majorité de ceux qui ont utilisés les MILDA ne sont pas tombé malades . De même la majeure partie des personnes n'ayant pas utilisés les MILDA sont tombés malades. L'utilisation des MILDA semble donc liée positivement à l'état de santé. Plus on utilise les MILDA moins on tombe malade. Cette liaison présumée est confirmée par le test de Khi -deux10 (p- valeur =0.000) effectué au seuil de 5%. Le V de cramer est de 0.337 ce qui témoigne d'un lien relativement modéré.

Non

21,43%

78,57%

Oui

58,16%41,84%

Non malade Malade

Graphique 8: Répartition de l'état de santé suivant l' utilisation des MILDA

9 Pour cette évaluation, nous n'utiliserons que les données sur les chefs de ménages

10 Effectif théorique minimum =19.8

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH , Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

40

Lien entre la maladie et l'utilisation des insecticides.

Sur 10 personnes ayant utilisées les insecticides, 7 sont tombées malades au cours des trois premiers mois de 2013. De même sur 10 de celles n'ayant pas utilisées les insecticides, à peu près 6 n'ont pas été malades (graphique 9). L'utilisation des insecticides semble donc aggraver l'évolution de l'état de santé ces trois mois là. Le test de khi-deux confirme l'existence d'un lien au seuil de 5% entre ces deux variables (p-valeur=0.006)11. v de

cramer=0.23

Non malade Malade

70,73%

45,45%

29,27%

Non

54,55%

Oui

Graphique 9: Répartition de l'état de santé suivant l'utilisation des Insecticides

Lien entre la maladie et l'utilisation des grillages aux fenêtres

Le pourcentage des malades est élevé aussi bien chez ceux qui possèdent ou non des grillages aux fenêtres (Graphique 8). Il est ainsi difficile de voir un quelconque lien entre la possession des grillages aux fenêtres et l'évolution du nombre de cas de paludisme. Ce constat est confirmé par le test de Khi-deux qui ne rejette pas au seuil de 5% l'hypothèse d'indépendance

à Libamba

(p-valeur=0.391)12. Nous pouvons donc affirmer sans risque de nous tromper qu' l'utilisation des grillages aux fenêtres n'est pas une mesure de prévention efficace contre le paludisme.

11 Effectif théorique minimum =19.33

12 Effectif théorique minimum =4.74

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

Graphique 10: Répartition de l'état de santé suivant la possession de grillages aux fenêtres

66,67%

48,09% 51,91%

33,33%

Non

Oui

Non malade Malade

Lien entre la maladie et destruction des eaux stagnantes

Un peu plus de six personnes sur dix détruisant régulièrement les eaux stagnantes à leurs alentours ne sont pas tombées malades au cours de la période allant de Janvier à mars 2013. De même chez ceux n'ayant pas eu à détruire les eaux stagnantes, six sur dix sont tombés malades du paludisme. Nous pouvons donc déjà soupçonner l'existence d'un lien positif entre la destruction des eaux et l'état de santé. Ne pas détruire les eaux autour des maisons semble augmenter les chances de tomber malade. Le test de khi-deux13 confirme la présence d'un lien entre eux (p-valeur=0.003). Ce lien semble modéré (V de cramer=0.251).

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH , Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

41

13 Effectif théorique minimum =27.34

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

Non

36,59%

63,41%

Oui

62,07%

37,93%

Non malade Malade

Graphique 11: Répartition de l'état de santé suivant la destruction des eaux stagnantes

Lien entre la maladie et défrichage

Le pourcentage de malade est très élevé chez les individus ne défrichant pas régulièrement (graphique 12). En effet, environ six personnes sur dix ne défrichant pas régulièrement sont tombés malades au cours de cette période. Par contre les individus défrichant régulièrement ne tombent malades que trois fois sur dix. Ainsi comme la plus part des autres mesures de prévention, l'absence de défrichage augmente la probabilité de tomber plusieurs fois malades. Le test de khi-deux14 confirme ainsi la présence de lien au seuil de 5% (p-valeur=0.002). Le lien est également modéré ici (V de cramer=0.260).

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH , Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

42

14 Effectif théorique minimum = 17.91

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

39,22%

Non

60,78%

68,42%

Oui

31,58%

Non malade Malade

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH , Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

43

Graphique 12: Répartition de l'état de santé suivant le défrichage régulier

Lien entre la maladie et traitement préventif traditionnel (TPT)

Le pourcentage des malades est pratiquement le même aussi bien chez ceux se protégeant par les TPT que chez ceux n'en utilisant pas. Nous ne pouvons donc pas réellement discerner l'existence d'un lien entre les TPT et la prévention du paludisme. Le test de Khi-deux15 confirme l'indépendance de ces deux variables au seuil de 5% (p-valeur=0.863)

Non

52,54%

47,46%

Oui

45,45%

54,55%

Malade

Non malade

Graphique 13: Répartition de l'état de santé suivant l'utilisation des TPT

15 Effectif théorique minimum =10.37

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH, Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

44

En somme, sur les six mesures recensées de prévention du paludisme, quatre sont significatives pour prétendre expliquer la survenue du paludisme chez une personne au cours des trois premiers mois de 2013.

Dans ce chapitre, nous avons vu l'évolution de la morbidité palustre à Libamba. Bien qu'en terme quantitatif la morbidité diminue au fil des années, elle représente toujours une part importante des consultations au dispensaire de Libamba. De plus, nous avons remarqué que le taux paraît moins élevé à Libamba qu'à Kaya. Au niveau des mesures de prévention nous avons distingué quatre mesures sur six (dont les MILDA) qui sont significatives pour expliquer la survenue de la maladie. Dans le prochain chapitre nous évaluerons l'efficacité des MILDA.

Rédigé par Hokameto Rodrigue Junior EDORH, Elève Ingénieur d'Application de la

Statistique, 4ème Année

45

EVALUATION DE L'EFFICACITE DES MOUSTIQUAIRES IMPREGNEES A LONGUE
DUREE D'ACTION SUR LA REDUCTION DU PALUDISME DANS LA LOCALITE DE

LIBAMBA

Juin

2013

 
 

précédent sommaire suivant