WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)

( Télécharger le fichier original )
par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

ChapitreIII:L'ENFANT,SUJET D'ETAT OU PATIENT)ET DE FAIRE (OU AGENT)

III.1. L'ENFANT, SUJET D'ETAT OU PATIENT

Le patient est tout personnage que le récit ou la narration présente comme subissant l'action d'un agent de quelque ordre que soit. Bremond lui-même, dans sa logique du récit apporte un éclairage sur cette notion. A cet effet, il la définit comme: « Toute personne que le récit présente comme affectée, d'une manière ou d'une autre, par le cours des évènements raconté ». (Bremond,1973 :139)

Ce rôle de «patient» qui est d'ailleurs sujet à des « interprétations subjectives » donne lieu à des rôles beaucoup plus objectifs comme ceux de bénéficiaire et de victime. Ces deux dernières notions font place à d'autres qui peuvent être  bénéficiaire d'amélioration et de protection et de victime de dégradation et de frustration qui seront pour l'essentiel, l'objet de notre travail ici.

Mais, pour une bonne compréhension de ces notions propres à Bremond, nous allons essayer de les définir.

Le terme « bénéficiaire d'amélioration» concerne tout patient qui bénéficie d'un passage d'un état initial relativement insatisfaisant à un stade final plus satisfaisant. Le terme «victime de dégradation» est un processus contraire au premier, il concerne tout patient qui passe d'un état satisfaisant à un état de déficience ou d'insatisfaction. Notons ici que ces deux notions sont des processus que Bremond appelle «évolutifs» car, ils tendent à modifier l'état de départ ou initial du patient. Les deux rôles précédents sont dits «évolutifs», et laissent quelquefois place à des processus contre évolutifs :bénéficiaire de protection et victime de frustration. Ces derniers rôles ne modifient pas un état initial d'un patient, mais s'emploient à le conserver. Ainsi,comme le dit Bremond (1973:168) lui même:

La protection réalise un cas particulier d'amélioration : il ne s'agit pas de faire passer un patient d'un état de déficience actuel à un état plus satisfaisant, mais d'opposer à un processus de dégradation qui n'est pas encore annoncé ou n'a pas encore produit son effet, un processus contraire, capable de maintenir le patient dans son état satisfaisant actuel. De même, la frustration consiste, non pas à faire passer le patient d'un état satisfaisant actuel à un état moins satisfaisant, mais à opposer à un processus d'amélioration qui n'a pas encore produit son effet, un processus contraire capable de maintenir le patient dans son état déficient actuel.

Toutefois, il convient de dire ici que l'analyse de certains rôles est subjective. Un rôle de patient ou d'agent peut parfois devenir ambiguë car, la perception du niveau d'implication n'est pas la même partout.

A côté de ces processus évolutifs, nous avons ce que Bremond nomme: «les processus contre-évolutifs» qui tendent non pas à modifier l'état initial du patient, mais au contraire à le conserver. Ce sont ici les notions de bénéficiaire de protection et de victime de frustration. Ces dernières étant plus complexes, elles méritent d'être définies selon les propos de Bremond (1973 :169) :

« La protection réalise un cas particulier d'amélioration: il ne s'agit pas de faire passer un patient d'un état de déficient actuel à un état plus satisfaisant, mais d'opposer à un processus de dégradation qui n'est pas encore amorcé ou n'a pas encore produit son effet, un processus contraire, capable de maintenir le patient dans son état satisfaisant actuel. De même, la frustration consiste, non à faire passer le patient d'un état satisfaisant actuel à un état moins satisfaisant, mais à l'opposer àun processus d'amélioration qui n'a pas encore produit son effet, un processus contraire capable de maintenir le patient dans son état déficient actuel ».

Enfin, ajoutons qu'un patient peut être, toute personne qui se laisse dominer par les évènements, ne manifestant aucune réaction. Cela peut provenir du fait qu'il est inconscient de son état ou qu'une force mystérieuse semble régir ses actes, l'empêchant ainsi de se prendre en main, ou de s'assumer.

Nous allons, maintenant entrer dans le vif de notre travail, en appliquant cette notion de« patient» et ses différents rôles, à notre corpus de contes et de mythes en pidgin du Cameroun.

précédent sommaire suivant