WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)

( Télécharger le fichier original )
par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

IV.3. ENVIRONNOMENT MYTHIQUE

L'environnement peut être vu comme un ensemble des conditions naturelles (physique, chimique, biologique) et culturelles susceptibles d'agir sur les organismes vivants et les activités humaines. Dans notre travail, nous avons le cadre spatial et le cadre humain. Nous nous servirons de deux récits à savoir « the orphan boy » et « ngoniton ».

IV.3.1. Le cadre spatial du mythe

Les récits mythiques nous situent le plus souvent dans les espaces extra-terrestres ou n'interviennent généralement que des forces ou des personnages surnaturels. Cela relève peut être du fait que le mythe, comme le dit R. Bultmana (1995), est une « histoire des Dieux ».

Cependant, les mythes que nous avons en notre procession couvrent à la fois un « ici » qui est un cadre humain et un « ailleurs », cadre mythique constitué d'un univers infernal. Le premier pôle présente un espace humain où évoluent des personnages essentiellement humains, et le second pôle présente un espace mythique que peuplent les divinités et les êtres surnaturels. En prenant pour ligne de repère l'itinéraire que suivent nos héros, nous pouvons faire l'inventaire des lieux qui composent les deux pôles.

v Le cadre spatial dans « the orphan boy » 

Ø L'espace humain

Les deux premières séquences de l'histoire présentent le premier pôle du récit. Le village natal de l'orphelin est le point focal de la première étape de notre récit. C'est donc le lieu à partir duquel se déploie l'action. Autrement dit, c'est en ce lieu que l'enfant perd sa mère et devient un orphelin, et c'est la perte de la maman qui donne une autre tournure à l'histoire. La marâtre restée avec le garçon veut à tout prix se débarrasser de lui, mais sans succès.

Les autres points de l'espace humain sont la case de la grand-mère. C'est à cet endroit que l'enfant reçoit les conseils et la conduite à suivre face aux différents obstacles auxquels il sera confronté. Cependant, au-delà de l'espèce humain, il ya ce que nous appelons un lieu frontière entre l'espace humain et l'espace mythique, ou plutôt un lieu de conjonction entre les deux mondes. Ici on parlera du : «  carrefour avec plusieurs embranchements ».

Ainsi, le village, (la maison parentale), la forêt, la case de la grand-mère sont les différents lieux qui composent le microcosme humain du premier pôle. Qu `en est- il de l'espace mythique ?

Ø L'espace mythique

L'espace mythique couvre la deuxième partie du récit. Comme nous l'avons dit, c'est par le lieu frontière entre l'espace humain et l'espace mythique plus précisément « le carrefour à plusieurs embranchements » que le héros s'engage courageusement aux Enfers. Il utilise le passage que lui indique sa défunte mère à travers un rêve. Il traversera tour à tour un grand feu qui essaye de lui barrer le chemin, un grand fleuve aux chutes et rapides vertigineuses, pour enfin se retrouver aux pays des morts.

Le mythe de l'orphelin est donc composé aussi bien d'un espace humain que d'un espace mythique. Cette structure bipolaire du cadre spécial se retrouve, comme nous allons le voir à travers l'itinéraire suivi par le héros, dans l'histoire de «Ngoniton  ».

v LE CADRE SPATIAL DANS «NGONITON. »

Ø L'espace humain

Le village natal de Ngoniton est le point spatial qui borde la première étape du parcours de Ngoniton. C'est donc le lieu à partir duquel se déploie l'action du récit. C'est à ce lieu que grandit la jeune fille, c'est à dire entre ces différentes belles-mères qui sont jalouses de son immense beauté. Puis, s'en suit cette situation de manque qui conduira les coépouses à proposer à leur rivale une solution diabolique. De là, l'action se déporte au fleuve, ce fleuve où la mère de Ngoniton pratique sa pêche. Une mention descriptive est faite à cet endroit précis : il ya échange. Le pacte est scellé entre la mère de Ngoniton et le Dieu des eaux. C'est parce que les trappes de cette dernière ne sont plus fluctueuses qu'elle propose au Dieux des eaux, en échange du poisson, sa fille unique : Ngoniton. Et c'est à l'issu de ce contrat que la jeune fille se retrouve captive par les eaux. Cet échange est le lieu de conjonction entre l'espace humain et l'espace mythique, et par conséquent entre les deux mondes. Cet espace mythique n'est autre que la rencontre entre la jeune femme avec la déesse des eaux.

Ils auraient été impossibles de parler de ces lieux sans évoquer la typologie des contes éducatifs. C'est dire que l'espace est toujours associes, voire intégré aux types de contes.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour