WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)

( Télécharger le fichier original )
par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

VI.2.LE CADRE DE L'EDUCATION

Nous entendons par cadre de l'éducation l'espace, le milieu dans lequel se déroule l'éducation des enfants. Dans cette optique, nous pouvons dire qu'il n'y a pas de lieu précis pour l'éducation de l'enfant dans la société traditionnelle africaine. L'enseignement se passe partout. Chaque occasion est favorable pour éduquer, conseiller, gronder, réprimer ou consoler. Autrement dit, le cadre de l'éducation n'est pas unique. Nous pouvons distinguer trois cadres éducatifs dans la société traditionnelle: le familial, le physique et le social. Quoique restrictifs, ces cadres ont le mérite de synthétiser quelque peu la multiplicité et même la variété des cadres éducatifs que renferme la société traditionnelle africaine.

VI.2.1. Cadre familial

La famille, unité de base de la société, est à coup sûr l'un des premiers cadres de l'éducation de l'enfant dans toute société humaine. C'est le lieu où, très jeune, l'enfant apprend, en fonction de la division du travail par sexe, l'essentiel de sa formation.

Si les garçons se livrent très tôt aux travaux virils aux côtés de leur père (la chasse, le défrichage des champs et bien d'autres), les filles par contre sont aux côtés de leurs mères qui les initient à l'art culinaire et surtout à l'essentiel des travaux ménagers. C'est à ce titre que le conte, kaye et Gollo, vient illustrer nos propos. En effet même après la mort de leurs parents. Morts sans leur laisser aucun héritage, Gollo et kaye, continuent machinalement à faire ce que leurs parents leur ont appris. Pendant que Golllo le garçon va à la chasse pour rapporter chaque jour les provisions de nourriture à kaye la fille, reste à la maison où elle s'occupe de faire à manger.

C'est dans le cadre familial que l'enfant apprend non seulement les premières techniques dans l'accomplissement des tâches ménagères mais aussi, les comportements qu'il aura à adopter et les attentes sociales auxquelles devront se conformer ses actes. L'illustration de ceci se fait dans les contes La jeune fille désobéissante et L'union fait la force. Si dans le premier les parents enseignent les comportements à suivre dans la formation de la personnalité sociale propre aux filles, pour les enfants, dans le conte L'union fait la force, le père en ne leur laissant pas d'héritage lorsqu'il sentit sa mort prochaine leur laisse un conseil fort utile: celui de rester unis comme les faisceaux de lances qu'ils avaient liés, afin qu'aucune force extérieure ne réussisse à les abattre.

Le cadre familial enfin est un cadre préparatoire par excellence, il détermine la personnalité de l'enfant. C'est dans ce sens qu'il est communément admis que tous les dysfonctionnements qui peuvent survenir chez l'enfant dans les cas de troubles relationnels proviennent d'un dysfonctionnement de l'éducation dans ce cadre précis.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net