WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)

( Télécharger le fichier original )
par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

VII.2.1. L'omniprésence de l'oralité dans les temps anciens

S'il ya des vérités qui restent éternelles, s'il y a des essences qui restent immuables, il est du reste, possible d'affirmer, que l'homme est la parole. Elle fait partie de son être et elle n'a de sens qu'à travers l'homme. Elle et lui sont donc, consubstantiels et se présupposent bilatéralement. Si nous postulons ici pour l'omniprésence de l'oralité, quelles sont nos raisons ? Et surtout quel est notre argumentaire ?

L'un des premiers livres, le best-seller de tous les temps, objet de passions, de folies et aussi et irrémédiablement le livre le plus assis sur le plan de la pensée pratique est : La Bible. Oui, mais pourquoi ce livre ? A la réponse, nous disons qu'il est ce livre qui consacre les fondements de la pensée humaine nue et crue. Elle est le livre, fondement, définissant l'homme, sa nature, et surtout sa destinée. Mais, notre but ici, n'est pas d'évoquer sa prégnance dans la vie des hommes (encore faut-il les mettre d'accord sur la question de la foi), mais nous l'évoquerons ici, car elle est une arme à notre argumentaire.

L'un des évangiles qui servira notre cause ici, est : Evangile selon St Jean (Louis Second, 1982 :1060). Et, précisément dans son chapitre intitulé : La parole faite chair, Jean, disciple de Jésus, nous montre comment dès la genèse de la création de l'homme et de l'univers, la parole bienfaitrice, créatrice s'est imposée comme incontournable dans l'acte existentiel. C'est ainsi que, Jean dit :

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.

Elle était au commencement avec Dieu.

Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.

En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue.

Partant de cette acception, la parole fonde l'être constitutif de la personne humaine puisque par extension, l'homme a été fait à l'image de Dieu lui-même. La parole étant donc en l'homme, l'accompagne de tout temps et dans tout lieu. Elle est donc omniprésente comme Dieu lui-même. Car il est une pensée Biblique, qui affirme qu'au travers de sa parole, exprimée en ses lois (Les 10 commandements donnés à Moise), Dieu nous accompagne. La parole est donc partout et éternelle.

En un sens, nous pouvons rapporter, la définition du terme : Oralité à celle de la Littérature Orale. Et dans ce sens, nous pouvons dire que l'oralité est : « l'usage esthétique du langage non écrit et d'autre part l'ensemble des connaissances et les activités qui s'y rapportent. ».(S.M.Eno Belinga, 1978 :7) En Afrique en général, depuis la nuit des temps, la primauté de la transmission par la parole, des connaissances et des actes culturels est une réalité indubitable. Si « en Afrique, la littérature écrite apparut vers 1900 » (S.M.Eno Belinga, 1978 :20) il, faut dire qu'en Afrique :

Contrairement à certaines idées reçues, la littérature écrite (certains peuples d'Afrique noire connurent précocement l'écriture : [l'écriture Bamoum, les hiéroglyphes]) est toujours demeurée secondaire par rapport à la littérature orale, féconde, multiple .

Cette place secondaire attribuée à la littérature écrite vient de la fonction sociale de l'oralité dans les premières civilisations humaines. De nombreux ethnologues comme : Geneviève C. Griaule expliquant cette fonction sociale de la parole dans l'acte social des peuples dits primitifs ont pu dire :

Dans la mesure où tout acte social suppose un échange de paroles, où tout acte individuel est lui-même une manière de s'exprimer, la "parole" est parfois synonyme d'action entreprise...Considérée sous l'angle du social, la parole est aussi l'expression des règles qui rendent possible la vie en société, et dont la connaissance est transmission est transmise par l'enseignement oral (S.M.Eno Belinga,1978 :20). .

Dans l'Afrique de l'Ouest traditionnelle, la parole prenait tellement d'acuité qu'elleavait une fonction de propagande politique ceci, à travers les griots qui sont des chanteurs et parfois médecins, historiens ayant eux-mêmes reçu leurs connaissances suite à une longue tradition des faits de générations en génération, de bouches à oreilles, et souvent, suite à un enseignement propédeutique, une initiation ou à un rite de passage qui n'était pas sans dangers.

Marcel Griaule aussi, dans son livre sur les Dogons a pu montrer comment les mythes et les légendes de l'Afrique jouent un rôle dans le fondement de la compréhension de l'évolution de l'homme. Tout comme les célèbres épopées de Gilgamesh qui narre l'histoire tragique du roi Gilgamesh, au même titre que l'Iliade et l'Odyssé, d'Homère, ils sont des récits oraux qui loin de traduire la culture orale de l'homme mais aussi, et surtout la prééminence. Au-delà et pour l'Afrique en particulier, la parole s'inscrit dans le vécu précoce de sa civilisation, dans la fonction transcendantale de la vie elle-même : dans l'évocation des formules incantatoires, les malédictions, les envoûtements et les désenvoûtements, les formules de délivrance des mauvais sorts, les malédictions des empoisonnements nocturnes. C'est ce qui a poussé Eno Belinga (S.M.Eno Belinga, 1978 :21) dire que : «  pour les Africains, tout "parle" dans le monde crée par la divinité, dans le monde transformé et hiérarchisé par l'homme ».

C'est donc avec et par la parole que les premiers hommes de toutes les époques disaient, le monde qu'ils vivaient, l'attente des récoltes, les joies devant la naissance du premier fils, le rapport avec son Dieu. C'est avec la parole vie qu'ils s'imposaient en tant qu'êtres humains.

précédent sommaire suivant