WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les contes et les mythes en pidgin : facteur d'éducation de l'enfant dans la société africaine traditionnelle dans la région du sud- ouest (BUEA)

( Télécharger le fichier original )
par Anne OBONO ESSOMBA
Université de Yaoundé I - Doctorat en littérature orale et linguistique 2014
  

précédent sommaire suivant

I.2.1.1.Théories de l'origine du pidgin

Il existe plusieurs théories sur l'origine du pidgin qui ont été proposées au cours des cent dernières années. Ceux-ci sont regroupés en cinq théories. Dans notre travail nous n'allons pas étudier les cinq théories, nous nous limiterons seulement sur trois de ces théories à savoir le baby talk, la théorie de la monogénèse et la théorie de la polygénèse. Cependant, nous voulons souligner que l'explication de ces théories par nos différents auteurs n'étant pas trop claires et la différence n'étant pas bien précise, un mélange des origines dans ce travail est une possibilité qui doit surtout être pris en considération.

Ø La théorie du baby-talk

Dès le 20ème siècle, N. Schuchardt avait émis l'hypothèse que le pidgin pouvait être issu de simplifications volontaires opérées sur les langues (portugais, anglais, français) par des colons européens. Un cas d'observation de simplification volontaire du langage est le mode d'expression simplifié dont usent les locuteurs adultes pour s'adresser aux jeunes enfants, (c'est ce que l'on a appelé le « baby talk ») ou à des interlocuteurs de langues étrangères.

Chaudenson (1974 :389-393) lui aussi évoquera ce processus de simplification des langues ; mais pour lui, il trouvera que c'est un phénomène qui est lié aux facteurs sociaux et socio culturels. Pour cela, il parlera de la mise en contact de deux systèmes linguistiques : celui du maître et celui de l'esclave. Cette hypothèse stipule que, les locuteurs des langues européennes simplifient la structure de la langue pour pouvoir communiquer avec leurs servants et leurs esclaves. La conséquence étant que ces personnes apprennent la forme simplifiée de la langue qu'ils transmettront ensuite à leurs descendants. Romain (1988) dira à cet effet que, la simplification signifie un effort conscient par les blancs dans la relation maîtres- esclaves de ne pas leur apprendre la langue proprement dite, car, diront- ils, l'esclave n'était bon que pour les travaux forcés.

Todd (1990) cité par Mühlhäusler (1997 :97) présente le « baby talk » en ces termes :

Speaker of a lower language may make so little progress in learning the dominant speech, that the master in communicating with them resort to «baby-talk». This «baby-talk» is the master imitation of the subject's incorrect speech. There is reason to believe that it is by no means an exact imitation, and some of its features are based not upon the subjects «mistakes but upon grammatical relations that exist within the upper language itself. The subject, in turn deprived of the correct model, can do no better now than to acquire the simplified «baby talk» version of the upper language. The result may be a conventionalized jargon. During the colonization of the last few centuries, Europeans have repeated given jargonized versions of their languages to slave and tributary people.

En fait, les Européens étaient tellement surs de la supériorité de leur culture qu'ils n'ont pas pris le temps d'apprendre les langues locales ; c'est ainsi que les indigènes devraient fournir des efforts supplémentaires pour apprendre et comprendre la nouvelle langue qui leur était imposée par leurs maîtres. Pour cela, chacun à son niveau retenait ce qui lui était possible de retenir et surtout de prononcer. Les natifs ont d'abord commencé à apprendre mais de manière approximative ou plutôt incorrect le portugais, l'espagnol, le français ou l'anglais. En conséquence, les Européens attribuent à ce parler mal agencé de leurs langues par des indigènes comme étant une infériorité mentale de ces derniers et non pas comme une insuffisance dans la pratique de ces langues. Ceux-ci diront même que transmettre les bases corrects de leurs langues aux indigènes étaient inutiles car, ils jugeaient cela trop compliquée pour eux (Hall 1966 :5).

Ce que Hall voudrait nous faire comprendre ici c'est que, ce ne sont pas les européens qui ont rendu la structure de leur langue simple, ces sont plutôt les indigènes eux- même qui ont simplifié la structure de ces différentes langues parce qu'ils voulaient se faire comprendre par leurs maîtres. C'est ainsi que, les blancs ont imité et adopter ce parler incorrect des natifs à leur propre langue pour pouvoir faciliter les échanges entres eux et ces derniers. Ce qui entrainera donc une espèce de cocktail linguistique qui aurait donné naissance à ce parler que l'on appelle aujourd'hui le pidgin.

Cette théorie a été critiquée durant des années par des linguistes qui estiment que, il ya eu des situations réciproques ou la simplification de la structure des langues a eu lieu. C'est le cas des langues vernaculaires telles que le Kikongo, la langue bantou qui est l'une des langues qui a un statut officiel au Zaïre.

Ø La Monogénèse 

Les créolistes ont remarqué qu'il existe beaucoup de ressemblances entre les pidgins et les créoles. Ils soutiennent que ces langues seraient formés à partir d'une même langue-base (par exemple entre les créoles français de l'Océan Indien et des Antilles, distants de plusieurs milliers de km, ces langues comporteraient les mêmes traits structuraux et le même vocabulaire de base) .Pour cela, les partisans de la monogénèse ont recours à une explication par un processus de relexification qui aurait été opéré sur la base d'un pidgin portugais. Sur celui-ci se seraient greffés des apports lexicaux de l'Anglais et du Français.

Pour emboiter le pas à cette idée évoquée plus haut, les auteurs partisans d'un pluralisme originel ne dérogent pas à cette interprétation et proposent à leur tour des explications où entrent en jeu des mixages, des amalgames, des réflexes de simplification, des processus analogues à l'hybridation. Ainsi, des communautés qui sont contraintes, en raison de leur extrême pluralisme linguistique, de se forger un moyen de communication, manifesteraient des tendances fondamentales à Y homo loquens.

Todd quant à lui (1990 :32) insiste sur les similarités et pense que tous les pidgins seraient issus de langues-bases européennes, c'est-à-dire que tous les pidgins et créoles à vocabulaires européens (ou du moins la plupart d'entre eux) seraient tous dérivés d'un même pidgin afro-portugais élaboré sur les côtes de l'Afrique occidentale dès le XVe siècle grâce au contact entre des Africains, des marins et traiteurs Portugais. Ainsi, lorsque plus tard les Anglais, les Français et les Hollandais arrivèrent sur les côtes africaines, ils substituèrent les vocables de leur langue aux vocables portugais tout en préservant essentiellement la structure grammaticale du pidgin originel afro-portugais : c'est ce que l'on a appelé la  reflexification  qui selon Hall (1966 :183) cité par Romain (1988 :86) consiste à la substitution du vocabulaire mais tout en maintenant intact la base syntaxique.

Pour d'autres chercheurs, le pidgin serait issu d'un « français nautique » (de navigateurs français), ou d'un parler appelé « sabir » du bassin méditerranéen. Certes, le phénomène de reflexification a été observé ça et là : par exemple, deux créoles parlés au Surinam, le sranan et le saramaccan, provenant d'un pidgin (ou créole) à base portugaise, ont été relexifiés par l'anglais après l'expulsion des Portugais par les Britanniques.

Contrairement à ce que pensent Todd, Kate et Tosco (2003), qui soutiennent que de nos jours, cette théorie peut être réfutée dans la mesure où elle manque de fondement et de base. Ils continuent meme en affirmant qu'il est probable que les marins aient été dans une position favorable pour être parmi les « créateurs » de la langue du Nouveau monde. De même, les marins et les esclaves étaient issus d'horizons linguistiques divers, mais étaient forcés de cohabiter ensemble et de communiquer entre eux Ce meelting pot a été un élément majeur qui a favorisé ainsi un environnement adéquat pour la formation du pidgin.

Cependant, certains auteurs rendent compte des similarités par l'origine africaine des esclaves. Il est aisé d'objecter que les esclaves africains provenaient de zones linguistiques diverses, que les maîtres constituaient délibérément des équipes linguistiquement disparates. (Par exemple, le créole de la Réunion s'est formé dans une population d'origine avant tout malgache et indienne, et tardivement africaine. On retrouve également des similarités avec le créole de Pitcairn où il n'y eut aucun impact africain). Deux problèmes sont soulevés ici : d'une part l'africanité des créoles, d'autre part la « simplicité » comme trait typique de ces langues et justifiant ainsi les similarités. En effet, les africanismes dans les créoles ont jusqu'ici été recherchés à un niveau superficiel, celui des signifiants.

Ceci dit, l'hypothèse de la monogénèse reste faible face à celle de la polygénèse : les recherches récentes prouvent que ceux qui apprennent une langue nouvelle s'attachent beaucoup plus au lexique qu'aux modèles grammaticaux.

Ø La polygénèse

Le défenseur actuel le plus vigoureux de la polygénèse est Robert Hall Jr. Selon lui, tous les créoles ont évolué à partir de pidgins et peuvent devenir par la suite des langues plénières. Il y a une génération spontanée des pidgins qui s'est produit dans les conditions de temps et de lieu où le besoin s'est fait sentir. Toutefois nous devons avoir en esprit que ces langues connaissent plusieurs appellations. Elles sont appelées des langues mixtes, langues corrompues, langues barbares (Muysken et Smith 1994, Kerswill 2004, Huber 1999, Bakker 2002, Cassidy 2009) pour ne citer que ceux-là.

D'après les différentes théories sur le pidgin, l'on est tenter de croire que il ya plusieurs définitions et plusieurs explications sur cette langue, l'on pourrait même croire que il ya des pidgins individuels et des pidgins sociétaux. En fait, nous constatons que pendant que certains chercheurs s'attardent sur le pidgin qui est parlé par une communauté, d'autres mettent l'accent sur les parlers individuels. Tillman (2006 :53) fait parti de ceux là qui étudie le pidgin sur les parlers individuels. Il prend pour exemple un couple qui est issu des horizons linguistiques différents. Ces personnes cohabitent ensemble et dans leur relation, ils doivent communiquer pour pouvoir se faire comprendre. Par exemple :

Pierre et Marrie sont mes voisins. Pierre qui est sénégalais, est marié à Marie, une américaine. Marie parle Anglais et Pierre le Wolof, sa langue locale, et le Français. Ils sont mariés depuis deux ans et vivent aux Etats Unis depuis Avril 2005, et c'est ainsi que Pierre acquiert ses bases en Anglais.

Tillman dira que ces deux personnes, en essayant de se comprendre mettront sur pied une sorte de mixage Wolof/Anglais/Français qui d'après elle est une sorte de lingua franca et de pidgin.

R. Hall (2009 :176) quant à lui dira que, si l'on prend en compte la situation linguistique de ces deux locuteurs, l'on se rendra compte que c'est le prototype même d'une situation de pidgin. C'est à dire, deux locuteurs linguistiquement étrangers, qui essayent de communiquer tout en usant d'un vocabulaire minimal. En fait, il ya réduction des principes du discours à ses traits essentiels, ce qui entraine une adaptation à une communication élémentaire et pratique.

Mais, Hall trouve que, un tel langage est toujours éphémère sauf si les contacts s'institutionnalisent (esclavage, occupation militaire, mariage de Pierre et de Marie). Mais alors, la langue s'adapte à un champ de situations de plus en plus différencié par une extension lexicale et par une improvisation analogique. Nous ne pouvons entrer dans le détail de la réfutation que mène David Decamp. Il est évident que Robert Hall, pour rendre compte de l'apparition d'un pidgin dans une communauté disparate, admet à la fois un processus de génération et un processus de diffusion.

La communication spontanée et éphémère n'explique pas tout le phénomène pidgin, ou bien alors, il faut lui donner un sens très large et admettre qu'un pidgin naît dans n'importe quel environnement où les gens s'exercent à parler une langue étrangère. Il n'y a véritablement de pidgin que dans et par un processus de diffusion. Les pidgins ne sont pas utilisés par les maîtres ou par les étrangers, mais par des indigènes qui, dans une position de subordonnés absolus, et aussi dans une situation de pluralité linguistique, doivent répondre pratiquement à la nécessité de communiquer.

De même, le problème de l'origine des pidgins fait nécessairement intervenir des considérations sociolinguistiques sur les situations de langage. Il semble bien qu'il y ait un accord général de la part des auteurs qui ont participé au congrès de Mona pour admettre qu'une telle réflexion doit se plier à la rigueur de la linguistique, et aussi s'élargir pour adopter une perspective interdisciplinaire.

Vendryès (1924) dans son livre intitulé : Le Langage, Introduction linguistique à l'histoire démontre que une langue évolue entre deux pôles -celui de l'homogénéité où l'intercompréhension est réalisée, et celui de l'hétérogénéité où celle-ci est altérée et tend à s'annuler- selon que les situations où opère le langage mettent en jeu des facteurs qui agissent dans un sens ou dans l'autre. Il existe donc bien, selon Vendryès, une approche externe des processus de dialectalisation. Celle-ci est évidemment interdisciplinaire.

En définitive, on constate que les pidgins imposent aux chercheurs, plus que toute autre langue, cette nécessité de se référer aux situations de langage, non pas parce que ces langues sont plus sensibles que d'autres aux conditionnements externes, mais, parce que ceux-ci sont encore passibles d'une approche sociologique et historique Car, elles sont relativement récents, manifestes dans la documentation, enfin susceptibles d'observations actuelles.

De plus, il est dans la nature des pidgins de ne survivre qu'autant que subsistent les conditions économiques et sociales où ils sont nés. Ils sont appelés à plus ou moins long terme, soit à disparaître, soit à se développer (donc à s'enrichir) en créoles, mais cela à une condition qu'ils partent des langues secondes et deviennent langues premières pour les générations suivantes. Les conditions de naissance sur les pidgins étant ainsi exploré, qu'en est- il de l'origine et de l'expansion du pidgin au Cameroun ?

précédent sommaire suivant