WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact de deux types d'échauffement "classique" et "russe" sur la performance sportive


par Said ZERZOURI
Université de Dijon - Diplome Universitaire de Préparateur Physique 2014
  

précédent sommaire suivant

V- Méthodologie :

1- Les buts de la recherche :

Le discours sur l'impact de l'échauffement sur la performance suscite un grand débat.

D'après les quelques recherches les plus récentes (Bishop D., 2003) le sportif doit rentrer en compétition avec le maximum de ses réserves énergétiques et avec une température optimale avoisinant 39° afin d'être efficace lors des prestations sportive (le cas d'un match de football). Un échauffement dynamique mais très économique par rapport à l'échauffement traditionnel où les sportifs devaient courir de façon progressive pendant 20 à 30 min suivit des exercices dynamiques de plus en plus intenses avec, dans la plupart des cas, peu de récupération entre les exercices, un rituel dont certains sportifs ont difficile à modifier ou à s'en passer.

Depuis quelques années, la recherche scientifique dans le domaine sportif s'intéresse de plus en plus à l'amélioration de la performance sportive et en particulier à tous les facteurs pouvant l'influencer directement ou indirectement. Parmi ces facteurs nous trouvons la partie qui précède la compétition ou la pratique sportive et qu'on appelle l'échauffement.

L'objet de ce travail est de comparer l'effet de deux types d'échauffements actifs sur la performance sportive en particulier sur des exercices très intenses tels que le sprint sur 20m et la détente verticale (CMJ). Enfin comparer les résultats de ces deux types d'échauffements aux résultats réalisés avec un groupe contrôle.

2- Les hypothèses :

Compte tenu des réflexions qui précédent, nous pouvons formuler les hypothèses suivantes concernent le rapport entre l'échauffement et la performance sportive :

1- L'échauffement russe est moins efficace immédiatement avant les exercices intenses et de courte durée comme le 20m que l'échauffement classique.

2- L'échauffement russe est moins efficace immédiatement avant des mouvements explosifs comme le saut vertical (CMJ) que l'échauffement classique.

3- Délimitation des terrains d'étude :

Toute étude entreprise et réalisée à titre individuel, impose des choix méthodologiques qui obligent l'étudiant à évaluer dans certaines limites qui ne sont jamais les conditions idéales souhaitées.

Certes, ces choix sont orientés par l'objet même de l'étude et par les hypothèses posées, mais la précision d'une recherche et sa réussite dépendent aussi des moyens matériels et institutionnels (accès aux lieux de l'étude, accès à la population d'étude, l'utilisation du matériel...).

précédent sommaire suivant