WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact de deux types d'échauffement "classique" et "russe" sur la performance sportive


par Said ZERZOURI
Université de Dijon - Diplome Universitaire de Préparateur Physique 2014
  

précédent sommaire suivant

2-a- Analyse et interprétation des résultats :

Quelques soit l'ordre de passage de l'épreuve de sprint de 20m linéaire, en commençant par l'échauffement russe ou par l'échauffement classique c'est toujours ce dernier qui donne des meilleurs résultats sur des courtes distances de 20m à intensité élevée. Nous n'avons constaté, durant cette même période de test, aucune différence chez le groupe contrôle qui n'a rien changé dans son mode d'échauffement ce qui nous mène à dire que les différences que nous avons enregistré chez les deux groupes GT1 et GT2 sont dues au changement du mode de s'échauffer. Cette différence des résultats est surement due à des facteurs physiologiques et non pas psychologiques. Nous savons d'après certains auteurs que l'échauffement russe permet d'augmenter plus rapidement la température musculaire qui est le facteur clés de l'échauffement en général et pour exécuter un sprint en particulier, malheureusement les performances réalisées par les mêmes sujets après un échauffement qui vise directement les muscles concernés sont moins bonnes, les sujets perdent entre 4 et 5% de leur performance ce qui représente beaucoup pour un sprinteur qui réalise 10'' sur 100m et qui risque de faire après un échauffement russe 10''4/100. Nous savons aussi que cet échauffement se compose d'une partie où les sujets réalisent des contractions musculaire en concentriques suivie d'une phase d'exercices excentriques juste avant d'exécuter l'épreuve de sprint de 20m. Nous savons aussi que pour faire un course de vitesse avec un rendement maximal le sujet doit être dans un état de fraicheur alors que les exercices excentriques, d'après plusieurs chercheurs (Cometti G. et coll., 2006 ; Dellal A., 2008 ; Weineck J., 1990 ; etc), provoquent une fatigue accrue au niveau musculaire. Duchateau J., et coll. (2002) ont trouvé une diminution de 4% de la force maximale lors de la réalisation d'un exercice intermittent.

2-b- Conclusion 1 :

Nous pouvons conclure que notre première hypothèse est vérifiée et que l'échauffement classique de plus ou moins 20min composé d'une partie générale et d'une autre spécifique est plus efficace pour les courses de vitesse rectiligne de 20m et que l'échauffement russe immédiatement avant une compétition risque de nuire à la rentabilité du sportif et peut lui faire perdre 4 à 5% de sa performance maximale.

3- La deuxième épreuve expérimentale : Test de détente (CMJ)

Le groupe 1

Sujets

Test1 Ec. Classique

Série 1 (en cm)

Test2 Ec. Russe

Série 2 (en cm)

Sujet 1

41

32

Sujet 2

39,5

36,5

Sujet 3

42,5

34,5

Sujet 4

35

34

Sujet 5

52

45

Sujet 6

51

46,5

Sujet 7

47,5

44

Sujet 8

41,5

37,5

Sujet 9

48,5

42,5

Sujet 10

41

34,5

Sujet 11

48

43,5

Sujet 12

44

39

Moyenne

44,291

39,125

Ecart-type

5,118

4,977

Nous constatons que le groupe GD1 qui a commencé la troisième semaine avec l'échauffement classique (foncée) succédé par l'épreuve du CMJ suivi la semaine après par l'échauffement russe (claire) puis l'épreuve du CMJ présente des meilleurs résultats la première semaine en faisant l'échauffement classique et le CMJ et la différence est hautement significatif entre les résultats des deux tests du CMJ après un échauffement classique et russe (P = 0,0000023 < 0,01).

Nous constatons que le sujet perd à peu près 11% de sa performance lors d'un exercice explosif réalisé immédiatement après un échauffement russe.

Le groupe 2

Sujets

Test1 Ech. Russe

Série 1 (en cm)

Test2 Ech. Classique

Série 2 (en cm)

Sujet 1

39

42,5

Sujet 2

30

31

Sujet 3

38

43,5

Sujet 4

38

42,5

Sujet 5

43

50,5

Sujet 6

40

47

Sujet 7

51

55,5

Sujet 8

42,5

50,5

Sujet 9

48,5

52,5

Sujet 10

38

41

Sujet 11

40

42

Sujet 12

41

44,5

Sujet 13

39,5

42

Sujet 14

30,5

35,5

Moyenne

39,928

44,321

Ecart-type

5,635

6,562

Nous constatons que le groupe GD2 qui a effectué l'épreuve du CMJ ; la troisième semaine après un échauffement russe (foncée) et la quatrième semaine après un échauffement classique (claire) présente des meilleurs résultats sur cette épreuve du CMJ la quatrième semaine c'est-à-dire après un échauffement classique et la différence entre les résultats des deux épreuves est hautement significative et est en faveur de l'échauffement classique (P = 0,0000068 < 0,01).

Nous constatons que les sujets ont perdu presque 10% de leur performance maximale lors d'un saut vertical (CMJ) après un échauffement russe.

Le groupe Control

Sujets

Test1 Ech. X

Série 1 (en cm)

Test2 Ech. X

Série 2 (en cm)

Sujet 1

40,5

40

Sujet 2

43

43

Sujet 3

34

35

Sujet 4

40

39

Sujet 5

30

30,5

Sujet 6

40,5

41

Sujet 7

30,5

30

Sujet 8

31,5

31

Sujet 9

28,5

29,5

Sujet 10

45

45

Sujet 11

36

37

Sujet 12

35

34,5

Sujet 13

30,5

31,5

Sujet 14

33

33

Moyenne

35,571

35,714

Ecart-type

5,341

5,157

Nous constatons que le groupe contrôle GDC qui a effectué l'épreuve du CMJ la troisième et la quatrième semaine sans changer son échauffement présente presque les mêmes résultats dans les deux tests, même si quelques élèves n'ont pas réalisé les mêmes performances entre la 3ème et la 4ème semaine nous avons trouvé que cette petite différence n'est pas significative et nous remarquons que les deux courbes bleue et rouge sont presque confondues (P = 0,45 > 0,05).

précédent sommaire suivant