WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'impact de deux types d'échauffement "classique" et "russe" sur la performance sportive

( Télécharger le fichier original )
par Said ZERZOURI
Université de Dijon - Diplome Universitaire de Préparateur Physique 2014
  

précédent sommaire suivant

3- Comment élever la T°m ?

Selon Masterovoï L. (1964) la température musculaire dépend de la vascularisation, il faut donc augmenter la circulation dans le muscle pour faire monter la température. Masterovoï constate que seules des contractions avec un minimum d'amplitude et d'intensité sont en mesure de faire jouer au muscle le rôle de pompe par une contraction qui chasse le sang et un relâchement marqué. Cela s'obtient lorsqu'on effectue des contractions localisées sur des mouvements analytiques avec une résistance minimale (20 à 50%). L'étude russe montre par ailleurs que certaines situations classiques utilisées à l'échauffement ne jouent pas réellement ce rôle.

Augmentation de la température musculaire

Augmentation de la vascularisation

MUSCLE

=

« pompe »

Contraction

Relâchement

La logique de l'élévation de la T°m de Masterovoï L.

Pour cet auteur, les exercices qui posent problème lors de l'échauffement et qu'il faut éviter sont :

- Le footing très lent : d'après son étude, il constate que l'élévation de la T°m des jambes après le footing est faible (de 0,2° à 1,6°) il observe même chez certains athlètes aucune augmentation pour les ischio-jambiers et même parfois une baisse de la T°m. il l'explique par le fait que les quadriceps et les triceps effectuent des actions quasi-isométriques avec très peu de raccourcissement. Les ischio-jambiers ne sont pratiquement pas sollicités. En effet la faiblesse de l'amplitude de la foulée dans le footing lent supprime la phase frénatrice de blocage de la cuisse et de la jambe en avant qui constitue l'activité majeure des ischio-jambiers.

- Le travail en fréquence : dus à des contractions très brèves et très violentes tels que les skippings ne permettent pas un effet circulatoire. Masterovoï prétend même que ce type d'action déclenche des réflexes vasoconstricteurs.

- Les mouvements rapides : font le même effet que travail en fréquence.

- Les étirements : pour cet auteur, les étirements sont en mesure d'élever la T°m de 0,4°, ce qui est très faible pour une technique à qui on prête une vertu d'échauffement. D'autres chercheurs (Alter MJ. 1996 ; Wiemann K. et Klee A. 2000) montrent l'effet inverse que provoque un étirement en particulier isométrique au niveau musculaire.

Quand on analyse ce qui se fait habituellement lors de l'échauffement classique (course lente, étirements, exercices de fréquence et des accélérations) et leur effet de non facilitateurs d'irrigation ou vascularisation musculaire et le raisonnement de Masterovoï L., on se demande les types d'exercices permettant une bonne vascularisation musculaire et qui peuvent remplacer ceux de la méthode classique qu'on juge inefficaces.

précédent sommaire suivant