WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le projet de politique de la migration de l'ONM: contraintes et perspectives.


par Carline JOSEPH
FASCH-UEH - Post gradué en population et Développement 2004
  

précédent sommaire suivant

AVANT - PROPOS

En l'an 2000, dans l'optique de doter Haïti d'une politique migratoire explicite, l'Office National de la Migration (ONM) a élaboré un projet de politique de la migration qui est dévolué à la réduction considérable de l'exode rural, une redistribution spatiale équilibrée ; et aussi à la régulation des flux migratoires internationaux. Ce document, à travers ces programmes et actions prévus, oblige les autorités publiques à influer sur les courants migratoires du pays.

Le présent travail se propose d'examiner certains aspects de ce document. Il se base sur la littérature existante particulièrement sur les résultats des recensements de 1971, 1982 et des enquêtes spécifiques réalisées sur la migration en Haïti. Ces données fournissent les relations entre les migrations, l'économie et la population. Les causes des déplacements à l'intérieur et vers l'extérieur du pays feront l'objet d'une étude particulière. Une attention soutenue sera accordée à l'intention avec laquelle on a défini ce projet et aux objectifs visés.

RÉSUMÉ

La population de la République d'Haïti dont les deux tiers vivent dans les milieux ruraux accroît directement avec l'effectif total et par tranche d'âge. En effet, l'augmentation du taux annuel de croissance démographique favorise la prédominance de la production à petite échelle et la détérioration des conditions de vie. On enregistre une forte pression sur les ressources disponibles qui s'explique par une intense mobilité de la population en quête de mieux être. Il en résulte des conséquences sur le plan économique, social, politique, et de l'organisation spatiale.

En matière de déplacement de la population, les lois haïtiennes ne sont pas toujours respectées et le contenu de la plupart d'entre - elles devrait être actualisé. Les instances chargées de gérer et de contrôler le phénomène migratoire sont porteuses d'espoir mais, l'absence de dispositifs provisoires et de consensus ne favorise pas la mise en oeuvre des stratégies prônées par les politiques publiques. Cependant, on constate que l'afflux des ruraux vers les villes conduit d'abord à une augmentation de la production des biens, une forte pression sur les services de bases, l'urbanisation anarchique, la délinquance juvénile, l'augmentation du chômage urbain. De même, on note les bienfaits de l'émigration des haïtiens vers les pays étrangers. Elle est un important filet de protection sociale pour bon nombre de famille et un apport financier au pays. Car, les travailleurs et chômeurs trouvent un emploi dans les pays d'accueils où ils gagnent de meilleurs salaires. Face à cette situation, nous nous proposons de faire une analyse de la migration haïtienne et du projet de politique de la migration de l'ONM paru en 2000. Cette analyse mettra en exergue les éléments clés qui pourraient concourir à la rétention des populations à leurs lieux d'origine et à un éventuel retour des haïtiens vivant à l'étranger.

précédent sommaire suivant