WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des paysages végétaux autour d'une ville moyenne et sa périphérie. Cas de Meiganga (de 1987 à  2015)


par Issouhou MOUHAMAN
Université de Ngaoundéré - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

1.3.2. Une végétation anthropisée

La végétation de la ville de Meiganga a été fortement modifiée par l'Homme. En effet, l'urbanisation a entrainé une destruction de la végétation préexistante pour laisser place à un nouveau type de paysage végétal marqué par un alignement des plantes le long des voies principales (photo1), dans les lieux publics (bancs publics, établissements scolaires, etc.) ainsi que dans les domiciles et champs. Qu'elles soient importées ou non, ces plantes possèdent au moins une des caractéristiques suivantes : fruitières, ornementales et/ou médicinales.

La savane est la principale formation qui borne le périmètre urbanisé. En effet, située dans la zone soudano-guinéenne, ce type de végétation est la principale sur toute la bande. Celle-ci est fortement influencée par les pratiques et activités humaines (agriculture, feux de brousse, coupe du bois, etc.) et à moindre mesure par les phénomènes naturels. Nous observons d'une manière générale sixformations végétales12(*) à savoir les savanes arborées, les savanes boisées, les savanes arbustives, les savanes herbeuses, les forêts-galeries et les forêts claires.

X : 6.521323° ; Y : 14.290591°

Photo 1.Alignement des arbres (Tectona grandis) en bordure des voies principales

L'alignement des arbres le long des voies est une réalité dans la ville de Meiganga, tel que l'on peut constater en avant-plan de cette image. En effet, les troncs de Tectona grandis, disposés de façon linéaire de part et d'autre de la route bitumée ont pour vocation l'embellissement, l'ombrage et la protection de l'environnement.

1.3.3. Un climat contrasté

Le climat qui règne dans la commune est un climat de type soudano-guinéen caractérisé par deux saisons inégalement réparties :

- Une saison des pluies qui s'étale sur environ sept mois. Elle débute autour du mois d'avril et s'achève en octobre. Avec les effets du changement climatique, cet intervalle a varié au cours des dernières années et l'on note une inégale répartition des précipitations au fil du temps (figure 7).

- Une saison sèche moins longue dont la durée se situe entre quatre et cinq mois. Elle débute entre novembre et décembre et s'achève autour de février et mars.

Figure 7. Inégale répartition des précipitations au fil des années

En observant de près la répartition des précipitations dans la commune de Meiganga, nous remarquons des contrastes au niveau de la quantité des précipitations reçues par mois ainsi qu'au niveau de la période marquant le début effectif de la saison des pluies et la fin de cette dernière. Cet état des choses influe de ce fait directement sur la quantité des précipitations reçues annuellement (figure 8). En effet, en 2008, on a enregistré 1507 mm de précipitation et en 2011, 1693 mm.La quantité des précipitations reçues au sein de la commune est de ce fait irrégulière.

Figure 8.Évolution des précipitations par an (en mm)

La quantité des précipitations annuelles enregistrées sur seize ans présente une évolution en dent de scie, visible d'une part par l'accroissement sur des périodes de temps (de 1987 à 1989, de 2008 à 2011) et d'autre part via le décroissement (de 1991 à 1994), une situation qui impacte tant sur les activités anthropiques que sur l'évolution des végétaux. Par ailleurs, mentionnons que les graphiques ci-haut ont été produits sur la base du tableau dont les données sont issues des archives de l'Institut National de la Statistique additionnées à celles du PCD de Meiganga.

* 12 Une formation végétale est un ensemble des groupements de plantes qui présentent une physionomie homogène et constante due à la dominance d'espèces ayant un caractère biologique commun.

précédent sommaire suivant