WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des paysages végétaux autour d'une ville moyenne et sa périphérie. Cas de Meiganga (de 1987 à  2015)


par Issouhou MOUHAMAN
Université de Ngaoundéré - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

Conclusion

D'une manière générale, l'analyse de l'évolution du couvert végétal dans l'intervalle de temps [1987-2015], avec arrêt sur l'année 1999 a permis de constater les différents changements orchestrés à Meiganga ainsi qu'à sa périphérie. Dans l'ensemble, ces changements traduisent une régression de la végétation au profit des sols nus, champs et habitations. Au sein même des classes qu'englobe la végétation, d'importantes mutations sont à noter telles que la diminution des surfaces occupées par les forêts-galeries ainsi que celle des savanes arborées, contrairement aux forêts claires et savanes herbeuses qui gagnent en superficie. La carte des différences bien que limité par la présentation d'un résultat général, présente les superficies situées à proximité de la ville et les villages comme les plus touchés par cette régression. Les surfaces brulées ont également connu une augmentation de leurs superficies. Ces différents changements nous permettent de placer l'Homme au centre de cette dynamique, principalement dans l'intervalle [1999-2015], période pendant laquelle d'importants aménagements ont vu le jour et la végétation, fortement régressée (-125,04 km²). Toutefois, il s'agit là des déductions qu'il convient de traiter sur la base de données collectées sur le terrain.

Chapitre 4.Facteurs d'évolution des paysages végétaux

Introduction

Le couvert végétal est en constante mutation. Selon les milieux et le temps, la perception du degré de mutation est fonction de divers paramètres, commandés par certains facteurs en l'occurrence les facteurs naturels et les facteurs humains. Il convient dès lors de s'attarder sur ceux-ci afin de cerner les différents éléments qui s'y inscrivent. Ces éléments correspondent aux racines du problème,et par là même occasion, un frein à la pérennisation des paysages végétaux, et par extension, de l'environnement, au regard des différentes interactions qui existent entre les éléments du milieu naturel. Ainsi, présenter les différents facteurs (naturels, anthropiques et institutionnels) d'évolution de la végétation fera l'objet de ce chapitre.

4.1. Les facteurs naturels

Sous l'influence de la révolution et de la rotation autour du soleil, la Terre est le siège de déroulement de divers phénomènes et processus, et ce, de connivence avec tous les êtres vivants qui s'y trouvent. C'est ainsi que tous les différents phénomènes en présence ne sont guère statiques. Ainsi, en s'intéressant aux facteurs d'ordre naturel qui commandent l'évolution du couvert végétal, nous retenons pour notre cas précis le climat, le sol et certains êtres vivants que nous classons dans la bioturbation.

précédent sommaire suivant