WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique des paysages végétaux autour d'une ville moyenne et sa périphérie. Cas de Meiganga (de 1987 à  2015)


par Issouhou MOUHAMAN
Université de Ngaoundéré - Master 2015
  

précédent sommaire suivant

4.1.1. Le climat

Le climat est l'ensemble des phénomènes naturels qui conditionnent l'état de l'atmosphère en un lieu donné. Par ailleurs, il correspond à la distribution statistique des conditions atmosphériques dans une région donnée pendant une période de temps donnée. Ainsi, via ses différents éléments et facteurs, le climat peut avoir une influence néfaste ou positive sur le couvert végétal.

· Les précipitations

Le terme précipitation désigne des cristaux de glace ou des gouttelettes d'eau qui, ayant été soumis à des processus de condensation et d'agrégation à l'intérieur des nuages, sont devenus trop lourds pour demeurer en suspension dans l'atmosphère et tombent au sol ou s'évaporent avant de l'atteindre (Kiwix, 2011). Elles tombent en général sous forme liquide excepté lors de certaines averses où les gouttelettes se mêlent aux grêlons, causant des dégâts aussi bien sur les cultures que sur certaines infrastructures. La mauvaise répartition des précipitations ainsi que les pluies trompeuses sont des phénomènes qui prennent de l'ampleur au fil des ans dans la commune ( Figure 8). Ainsi, le début tardif des pluies suivi d'une « période sèche » est la principale caractéristique de ces pluies trompeuses qui influe également sur la croissance des plantes.

· La température

La température est une grandeur physique mesurée à l'aide d'un thermomètre et étudiée en thermométrie. Dans la vie courante, elle est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du transfert de chaleur entre le corps humain et son environnement. La croissance des plantes est souvent limitée par la température. C'est le facteur climatique le plus important. Tous les processus biologiques (photosynthèse, respiration) qui sont à la base de la production végétale exigent une température bien précise. En effet, on distingue des plantes qui ne se développent que lorsque certaines conditions bien précises de températures sont réunies. Ainsi, une amplitude thermique annuelle trop élevée pourrait avoir un effet négatif sur la croissance d'une quelconque espèce végétale, surtout sur les arbustes. Dans le Mbéré en général, les températures sont tempérées par rapport à celles du nord du plateau : sur 20 ans, on a enregistré à Meiganga une moyenne de 22,7°, une moyenne des maxima absolus de 31,4° et une moyenne des minima absolus de 14,5°C. Le maximum absolu sur ces 20 ans a été enregistré en avril, (...) et un minimum absolu de 9,1°C a été enregistré en décembre. Février et mars sont les mois les plus chauds, avec des températures maximales de 34° tandis que décembre et janvier avec des températures minimales de 11°C sont les mois les plus froids (Doufissa, op cit.).

· Les vents violents

Ils accompagnent généralement les averses dont la durée est comprise entre une trentaine de minutes et une heure, avec une vitesse atteignant les proportions importantes (30 km/h). Ces vents violents causent d'énormes dommages parmi lesquels le renversement, voire l'arrachement des arbres (photo 8). Ce fait est valable aussi bien pour les arbustes que les gros arbres. D'après les renseignements obtenus auprès des populations, la force des vents a accru au cours du temps. En effet, c'est durant les mois d'août et septembre, mois durant lesquels les précipitations sont les plus abondantes (450 à 600mm) que les vents les plus violents et dévastateurs sont enregistrés, de même qu'en début de saison pluie (avril-mai)

X : 14.280372° ; Y : 14.217868°

Photo 8. Arbre renversé par le vent

En avant plan de cette image, nous voyons un Daniellia oliveri en position horizontale, renversée par la force du vent selon les observations et les renseignements recueillis auprès des populations. Cette image a été prise au mois de mai, pendant lequel les précipitations atteignent les 260 mm et sont souvent accompagnées de vents violents.

Cliché et commentaire : Mouhaman I. oct 2014.

précédent sommaire suivant