WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Politique de réinsertion socio-économique des ex-combattants et ex membres des groupes d'auto défense du programme du service civique national (PSCN). Bilan et perspectives.


par Ekanza Gabriel YOMAN
Ecole des Sciences Morales et Politiques dà¢â‚¬â„¢Afrique de là¢â‚¬â„¢Ouest du Centre de Recherche et dà¢â‚¬â„¢Action pour la Paix (CERAP) dà¢â‚¬â„¢ABIDJAN - Master en Ethique et Gouvernance-Option-Ethique Economique et Développement Durable 2011
  

sommaire suivant

INTRODUCTION

L'image d'une mondialisation bienfaitrice a été quelque peu écorchée par l'éclatement d'une série de crises, manifestées sous la forme alimentaire, économique et financière (Ouattara, 2010). Les conséquences de ces crises, au niveau social, se sont traduites par l'exacerbation de la misère, rendue encore plus critique par la destruction de nombreux emplois.

Au plan mondial, parmi les quelques 200 millions de personnes au chômage en 2009, près de 40 % avait entre 15 et 24 ans (BIT, 2011). Environ 28% des jeunes dans le monde ont une activité mais vivent dans des ménages gagnant moins de 1,25 USD1(*) par jour (BIT, 2011).

En Côte d'Ivoire, le nombre de pauvres a été multiplié par 10 en l'espace d'une génération selon le Document de Stratégie de la Réduction de la Pauvreté (DSRP, 2009).

En effet, longtemps reconnue pour sa stabilité socio politique, la Côte d'Ivoire est confrontée depuis une décennie à une série de crises sans précédent. Après le coup d'Etat du 24 décembre 1999, suivi d'une transition militaire difficile, une renaissance avait été amorcée avec la tenue d'un forum de réconciliation et la mise en place d'un Gouvernement d'Union Nationale. Cependant, les évènements du 19 septembre 2002 ont mis en cause la stabilité et la cohésion sociale. Cette crise est venue exacerber la situation et a entraîné un repli des activités économiques accompagné d'une forte régression du taux de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB), (DSRP 2009).

Pour répondre à cet impératif, le Gouvernement a créé, par Décret n° 2007-68 du 16 février 2007, le Service Civique National pour « tous les jeunes de toutes les régions de la Côte d'Ivoire ». L'Accord Politique de Ouagadougou, signé le 04 mars 2007 qui est l'aboutissement du Dialogue Direct entre les deux ex-belligérants viendra confirmer cette volonté politique en favorisant la mise en place d'un programme de Service Civique National(PSCN), par Arrêté n° 017/PM/CAB du 31 mars 2008.

L'élection de 2010 annoncée pour une sortie de crise s'est transformée en une crise postélectorale.

La crise postélectorale est venue amplifier les souffrances des Ivoiriens et de tous ceux vivant sur le sol ivoirien avec son cortège de morts, de handicapés et de sans abri.

Au terme des combats que se sont livrés les différents protagonistes, les armes ont été abandonnées par les combattants dans leur retraite. Certains les ont cachées et d'autres emportées, ce qui constitue un danger pour tous.

L'usage incontrôlé de ces armes abandonnées dans les mains des différents combattants constitue un enjeu majeur pour le Gouvernement.

En effet, la détention de ces armes crée un climat d'insécurité dans le pays. Pour certains ex-combattants, l'arme constitue un moyen efficace de menace pour acquérir ce dont ils ont besoin pour leur survie, d'où les braquages, les vols et autres méfaits.

Quant à d'autres, à l'instar des bandits de grand chemin, c'est une aubaine pour se conforter dans leur vieux métier. Parmi eux, on retrouve les braqueurs de banques, de domiciles et notamment les coupeurs de route.

Face à cette situation, les autorités sont confrontées à un double défi :

§ Apporter, à court et moyen terme, une solution de type Démobilisation, Désarmement et Réinsertion à tous les jeunes qui se sont directement familiarisés au maniement des armes ;

§ Ebaucher des solutions durables pour la réinsertion professionnelle des jeunes au cours des prochaines années pour limiter l'insécurité, le chômage et réduire la pauvreté.

Les attentes des populations, de la communauté internationale et surtout des jeunes sont nombreuses. Mais pour quelles raisons certains bénéficiaires des projets d'insertion économique initiés par le PSCN abandonnent-ils leurs activités ? Ont-ils eu assez de temps de sensibilisation pour mieux appréhender l'essentiel de leur formation ? La valeur du kit d'installation est-elle suffisante pour permettre aux bénéficiaires de développer une activité qui leur donne une autonomie économique et sociale? Ont-ils bénéficié d'un encadrement et d'un suivi après leur installation ?

C'est à tous ces questionnements que nous tenterons de répondre à travers l'évaluation ou le bilan que nous allons faire de tout le processus du PSCN, de la sensibilisation à la formation, en passant par les kits d'installation jusqu'au suivi post installation des bénéficiaires.

C'est aussi l'occasion pour nous de voir l'avenir réservé au Programme à travers des perspectives tel que la nouvelle structure dénommée Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et de Réintégration (ADDR) mise en place par Décret n°2012-787 du 8 août 2012 et l'Office du Service Civique National (OSCN) par Décret N°2007-644 du 20 décembre 2007.

Afin de mieux cerner le sujet, nous structurons notre travail autour de deux parties :

- La première partie présente le cadre environnemental et théorique de l'étude ;

- La seconde est à l'analyse et aux perspectives du PSCN.

La première partie de notre travail vise deux objectifs que sont le cadre environnemental et le cadre théorique de l'étude.

Le cadre environnemental permet de comprendre et d'identifier les enjeux des politiques d'insertion socioéconomique des ex-combattants du PSCN. Il permet également d'identifier les notions d'insertion, de réinsertion sociale et économique selon les contextes sociaux, historiques et politiques du Programme.

Enfin, le cadre environnement présente de manière générale le Programme du Service Civique National au travers de ses missions, ses objectifs, son organisation et son fonctionnement.

Pour ce qui est du cadre théorique, nous retenons qu'il s'intéresse à quatre points essentiels que sont la définition de l'objet de l'étude, la revue de la littérature, la problématique et la définition des concepts.

Selon Saint-Charles, le cadre théorique d'une étude se définit comme « Compte-rendu (résumé, synthèse) des idées disponibles dans la littérature et d'une justification de la rétention de certaines définitions au détriment des autres que vous avez trouvé dans la littérature. ». C'est l'organisation de l'information en un ensemble cohérent.

"Une approche théorique est une structure potentielle d'explication qui comporte un certain nombre d'éléments. Elle comprend d'abord des postulats qui traduisent la vision des choses sur laquelle elle s'appuie ainsi que des concepts qui permettent de cerner et de classifier les phénomènes à étudier. Elle précise, par des propositions, l'ensemble des relations postulées entre les différents concepts et sous-concepts de l'approche et pose quelques hypothèses sur des relations entre concepts qui, si elles peuvent être vérifiées et confirmées, pourront être transformées en lois générales ou en généralisations théoriques. Ce n'est que lorsqu'on aboutit à de telles lois générales que l'on peut parler de théories." Mace, (1992).

« Le cadre théorique sert principalement à présenter un cadre d'analyse et à généraliser des relations théoriques déjà prouvées dans d'autres contextes pour tenter de les appliquer au problème. » Laramée et Vallée (1991).

Le cadre théorique permet de :

· Appuyer et renforcer la problématique;

· Clarifier des concepts;

· Définir un concept et le modifier pour l'arrimer à notre problème de recherche.

La définition de l'objet de l'étude montre les motivations ou les raisons qui ont présidé au choix du sujet de l'étude.

S'agissant de la revue de la littérature, nous disons qu'elle donne une occasion de lire et de rassembler les écrits d'auteurs se rapportant au thème de l'étude. Cela permet également d'apprécier le niveau de connaissances littéraires de l'étudiant.

Pour ce qui concerne la problématique, on note que toute étude vise à apporter une solution à un problème posé ou un constat fait. A travers des sous questions découlant de la question principale, la problématique va permettre de s'inscrire dans un cadre de réponses à ces questionnements.

Enfin, la définition des concepts consiste à clarifier les mots clés pour la bonne compréhension, non seulement de celui qui écrit, mais également de ceux qui le lisent. C'est pour cette raison que Emile Durkheim, grand penseur de l'intégration sociale des débuts de la sociologie, dans son ouvrage intitulé les règles de la méthode propos, affirme que « le savant doit d'abord définir les choses dont il traite afin que l'on sache et qu'il sache de quoi il est question ».

* 1,25 USD = 525 F CFA

sommaire suivant