WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Représentations en matière du bilan éducatif: analyse des pratiques des soignants du CHU de Clermont-Ferrand


par Pepito IYOLO LANDJONDO
Université Clermont Auvergne - Santé Publique 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

5 CONCLUSION

Ce travail nous a permis d'étudier le lien entre les pratiques et les représentations des soignants pratiquant l'ETP au CHU de Clermont-Ferrand dans la réalisation du bilan éducatif et de proposer des pistes d'accompagnements aux équipes. Nous avons formulé deux hypothèses de recherche.

Notre première hypothèse semble avoir été vérifiée. En effet, les professionnels de soins de santé formés et pratiquant l'ETP ont identifié les finalités et objectifs du BE. Comme nous avons pu le constater dans les résultats de notre étude, la majorité des soignants ont bien identifié que le BE est un entretien d'évaluation avec le patient qui est différent du bilan de santé physique (biomédical). Son objectif étant de comprendre le patient d'une manière globale pour ensuite proposer des activités d'ETP adapté à chaque patient. L'hypothèse un de ce travail est validé.

Notre seconde hypothèse semble également avoir été vérifiée. En effet si le temps a été évoqué par la majorité des soignants comme étant à la fois un frein et un levier à la réalisation du BE, ils ne semblent pas avoir identifié que tous les temps d'entretiens avec un patient, dans leur pratique (accueil du patient en hospitalisation ou en consultations, consultationsinfirmières)constituent des temps où sont explorés tout ou partie des 5 dimensions du bilan éducatif. Ce qui signifie que le transfert en pratique courante n'est pas encore fait.Sans doute parce que jusqu'à présent, les soignants s'attachaient plus aux éléments biomédicaux (plus axés sur l'aigu) et que la bascule vers le recueil d'éléments plus en lien avec la vie des patients avec une maladie chronique est en coursmais non encore systématique.

En formation, l'UTEP du CHU de Clermont-Ferrand travaille beaucoup autour des déterminants de santé afin de mobiliser les participants sur la question de la vie avec une maladie afin d'apporter une vision de la personne soignée non plus comme une personne malade cantonnée à des critères biomédicaux mais bien comme une personne à part entière située dans son environnement socio culturel. Depuisun an enseignements en matière de BE ont été modifié pour faire travailler les participants en groupe sur le contenu des entretiens qu'ils mènent en pratique courante auprès des patients afin d'identifier ce qui diffère ou bien est identique à un entretien contenant les cinq dimensions du BE.Il semblerait que ce travail en formation porte ses fruits puisqu'un nombre significatif de participants s'exerce plus facilement à ce type d'entretien entre deux sessions de formation.

Notre étude montre que les professionnels de santé interrogés ont une conception du BE probablement liée à la manière dont il a été enseigné et conceptualisé. Si dans un premier temps, cela a permis de présenter le BE comme une manière très globale d'appréhender le patient, ce qui semble avoir été bien intégré par les professionnels formés, il devient nécessaire désormais que ce BE se fonde dans les pratiques courantes.

L'accompagnement des équipes et la formation ses PS autour du BE sont donc essentielspour aider les soignants à prendre conscience du rôle de leurs représentations dans l'intégration des approches éducatives dans leurs pratiques.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy