WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Représentations en matière du bilan éducatif: analyse des pratiques des soignants du CHU de Clermont-Ferrand


par Pepito IYOLO LANDJONDO
Université Clermont Auvergne - Santé Publique 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2.4 Difficultés ou freins

Nous avons identifié quatre contraintes essentielles dans les propos des soignants participants à notre étude : les contraintes organisationnelles, les contraintes règlementaires, les contraintes liées à l'état de santé des patients et les contraintes communicationnelles.

Les contraintes organisationnelles:

La majorité des professionnels de soins de santé ont évoqué le temps comme étant à la fois une contrainte majeure et en même temps un impératif à la réalisation du bilan éducatif. La préparation et l'organisationdu bilan éducatif rendent sa réalisation chronophage. Le nombre important de référence au temps durant les entretiens montre à quel point la notion de temps semble être une préoccupation forte chez les professionnels interrogés.

S11 : « [...] nous c'est essentiellement le temps. La préparation et les démarches administratives en plus, tout ça c'est beaucoup de temps, il faut vraiment disposer du temps pour qu'un bilan éducatif soit qualitatif sinon c'est compliqué ».

S9 : « [...]c'est chronophage, chronophage ce n'est pas le bilan éducatif qui est chronophage c'est toutes les prises, euh les appels téléphoniques, la programmation de ce bilan c'est ça qui est le plus prenant [...] nous c'est l'avant, la préparation qui est un peu pesante ».

S8 : « je n'ai pas de secrétaire donc c'est moi qui fais l'inscription administrative et ça prend beaucoup de temps. »

S10 : « Généralement ce sont des entretiens qui prennent beaucoup plus de temps que prévus et de fois on n'a toujours pas assez de temps à les consacrer [...] il est difficile pour nous de le faire régulièrement car nous n'avons pas beaucoup de temps dédié et nous sommes trop solliciter à faire autres choses que de fois ça vient en plus ».

Les contraintes règlementaires :

Quelques soignants se sont plaints des exigences règlementaires dans la pratique de l'ETP et la réalisation du bilan éducatif. Cette règlementation jugéedifficile, ne correspond souvent pas à la réalité pratique « de terrain ».

S10 : «[...] on a l'impression d'être contrôler et surtout de faire l'ETP à la tâche avectoutes les cases à remplir de l'ARS ».

Les contraintes liées auxpatients :

- Difficultésliées à l'état de santé des patients

La majorité des soignants ont évoqué la fatigue des patients, les douleurs, de décompensation psychologique, le déni de la maladie, les troubles cognitifs comme étant des barrières à la réalisation du bilan éducatif. La réalisation du BE chez les patients non stabilisés est difficile.

S4 : « Nous les difficultés qu'on a, c'est que les gens qui arrivent ne sont pas stabilisés, ils sont en poussés donc fatigués, douloureux, souvent en arrêt de travail et sont dans l'attente de commencer ce nouveau traitement. Donc ils ne sont pas dans l'objectif du qu'est-ce que je veux changer dans ma vie mais plutôt dans trouvez-moi un traitement pour que je puisse vivre ».

- Difficultés liées à la barrière de la langue 

La barrière de la langue a également été identifiée comme étant un frein à la réalisation du bilan éducatif mais dans une proportion moindre que des difficultés en lien avec l'état de santé des patients.

S7 : « [...] des patients étrangers ne parlant pas français c'est assez compliqué de faire le bilan éducatif ».

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy