WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Repenser la liberté comme mystère chez G. Marcel. une approche analytico-herméneutique de : "les hommes contre l'humain".


par Freddy KAKULE KANAMUNGOYA
Université Saint Augustin de Kinshasa (USAKIN) - Graduat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

En guise de conclusion, nous venons de voir d'une manière systématique ce lien indéniable qui se tisse entre l'être et la liberté. Tout d'abord, il faut reconnaitre la difficulté de vouloir dichotomiser ces deux éléments car ils sont intimement liés. Parlant de l'être, nous avons repris la conception des anciens partant de Parménide comme étant celui qui a donné une connotation métaphysique au concept « être » avec sa fameuse découverte « l'être est le non-être n'est pas ». Puis nous nous sommes associés à Aristote qui définit la métaphysique comme la science de l'être en tant qu'être. Certes, dans la conception des philosophes antiques dire l'être ne devrait pas se limiter à des simples paroles mais il faillait une grande activité rationnelle et intellectuelle pour le faire, par le fait que le concept être est le plus englobant, il embrasse tout et dit tout. Ainsi prendre l'être en tant qu'être c'est le prendre dans sa complétude, sa globalité, sa totalité, sans pour autant le rétrécir, l'avilir, l'altérer voire l'assujettir.

En outre, notre quête nous a conduit jusqu'à la conception marcellienne de l'être laquelle consiste à prendre l'être comme mystère. Le mystère n'est pas, bien entendu, l'inconnaissable ou une lacune de la connaissance mais il est plutôt une réalité dans laquelle je me trouve engagé, impliqué entièrement et je ne saurais pas m'en détacher pour l'observer du dehors ou de l'extérieur. Pour Marcel, s'interroger sur l'être s'est s'interroger sur sa totalité et sur soi-même comme totalité, alors je ne puis m'interroger sur l'être que parce que je suis, j'existe en tant qu'être-incarné, c'est-à-dire un être possédant un corps. C'est par ce point que Marcel montre sa position inéluctable à la métaphysique existentialiste laquelle métaphysique ne cherche plus à saisir l'être en tant qu'être dans l'abstrait mais elle part de l'être incarné comme donnée centrale de toute réflexion métaphysique. Cet être incarné est bien évidemment l'homme possédant un corps qui peut sentir par les organes de sens. Le corps étant aussi un concept large et polysémique, nous avons confronté quelques conceptions de ce dernier selon différents auteurs à l'instar de J.-P Sartre (le corps-pour-soi et le corps-pour-autrui) ; M. Merleau-Ponty (le corps-vécu ou corps-propre) et G. Marcel (le corps-instrument ou corps-objet et le corps-sujet).

Enfin, le chapitre a débouché sur une conception panoramique de la liberté nonobstant l'impasse de faire une classification systématique et unanime des libertés. Qu'à cela ne tienne, nous avons essayé de classifier les libertés selon les différents domaines d'application. Cela étant, nous pouvons citer en titre d'exemple : liberté politique, liberté métaphysique, liberté de, liberté à, liberté pour, liberté contre etc. En dépit de toutes ces conceptions, comme nous l'avons déjà dit précédemment, la liberté authentique tire son fondement dans la substance de l'homme en tant qu'être-incarné, rationnel et ayant la volonté. Cette conception métaphysique de la liberté est relativement proche de celle de notre auteur que nous aurons à préciser davantage sa position et son apport dans le chapitre qui suit.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net