WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Repenser la liberté comme mystère chez G. Marcel. une approche analytico-herméneutique de : "les hommes contre l'humain".


par Freddy KAKULE KANAMUNGOYA
Université Saint Augustin de Kinshasa (USAKIN) - Graduat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

V. liberté et déterminisme

Le couple « liberté et déterminisme » présente un caractère polémique et tonitruant. Cette « polemos » provient évidement de leur fondement substantiel. En effet, l'existence de l'un est une négation absolue de l'autre, en d'autres termes accepter que l'homme est un être déterminé c'est nier sa nature même d'homme parce que la liberté humaine se définit comme absence des contraintes intrinsèques et extrinsèques52(*). De ce fait, le déterminisme est une négation radicale de la liberté parce qu'il efface tout ce que nous avions soutenu jusqu'ici que la liberté fait l'homme, elle est l'essence de l'homme et que l'homme ne se définit que par la liberté.

Le déterminisme est une doctrine qui soutient que l'homme serait un être déterminé par avance d'où son agir, ses facultés, son avenir, sa destinée sont programmés au préalable par une cause autre que lui, qui peut être soit la nature soit Dieu.53(*) Il s'avère important d'établir un distinguo entre ces deux expressions : « être déterminé » et « se déterminer ». La première veut dire qu'un individu subit une détermination, qu'il la reçoit d'un être qui est extérieur. La seconde signifie qu'il se la donne lui-même tout en se servant de sa raison. Cela étant, Bosomi voit dans le déterminisme une doctrine dangereuse, car en niant la liberté, il évacue l'homme de ses responsabilités dans l'agir. Ceci est un grand danger pour la philosophie morale d'autant plus que l'homme ne peut pas se défaire de ses responsabilités et continuer à s'appeler homme. Il aurait perdu par là même le sens de son être.54(*)

L'imputabilité des faits est possible seulement dans l'affirmation de la liberté. L'homme n'est pas libre de se désengager de sa responsabilité. S'il le faisait c'est serait nier le pouvoir de répondre à ses actes qui fait partie intégrale de sa nature55(*). Ainsi, la liberté dont il question pour l'homme est d'assumer l'entière responsabilité de ses actes. Autrement dit, si l'homme se disculpe de la responsabilité de ses actes, il cherchera un bouc émissaire sur qui inculper sa responsabilité. Ceci nie véritablement la compréhension métaphysique de la liberté car nous avions dit naguère que l'homme est métaphysiquement libre si certaines de ses pensées, certains effets de ses actes et certains effets produits sur le monde extérieur n'ont pas d'autre cause que lui-même56(*).

En dépit de tout ce que nous venons de dire, la question de savoir si l'homme est libre ou déterminé persiste toujours. Cependant, la réponse à cette question ne viendra pas des ouvrages de philosophie ou de métaphysique. La réponse devra provenir, comme le souligne Bosomi, de l'expérience de chaque personne de se demander si tout ce qu'il accomplit tient de la liberté ou du déterminisme57(*). D'ailleurs si tout ce qu'il fait était déterminé, il ne se poserait même pas une telle question, car il manquerait justement la liberté de se la poser.

* 52Cf. A. LALANDE, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, op. cit., p. 558.

* 53 Cf. D. BOSOMI, Les thèmes majeurs de la philosophie contemporaine, op. cit., p. 88.

* 54 Cf. Ibid., p. 89.

* 55 Cf. Ibid.

* 56Cf. S. DAVAL et B. GUILLEMAIN, La philosophie morale et la philosophie générale, op. cit.,

p. 524.

* 57Cf. D. BOSOMI, Les thèmes majeurs de la philosophie contemporaine, op.cit., p. 88.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net