WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les échanges transfrontaliers entre la ville de Rosso Sénégal et la Mauritanie: Organisation et impacts

( Télécharger le fichier original )
par M. Souleymane DIALLO
Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal) - DEA de Géographie 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

c) Les agents transporteurs

Les activités d'échanges sont étroitement liées au secteur stratégique des transports. Leur développement et leur dynamisme sont mesurés à l'aune de la capacité du secteur des transports à jouer son rôle. Les échanges transfrontaliers supposent des déplacements massifs de marchandises, de biens et des personnes effectuant ces transactions. La plus part des acteurs évoluant dans les échanges sont des allochtones venus d'autres localités bénéficier des opportunités offertes et des gains qu'ils peuvent tirer de la frontière. Les déplacements des populations et des biens ont entraîné une densification du trafic routier menant à Rosso, le développement d'un trafic fluvial très dense et bien structuré faisant intervenir des acteurs qui intègrent ainsi le système des échanges transfrontaliers.

Selon le Plan d'investissement communal de Rosso, le seul secteur des transports contribue pour prés de 12,5% à la formation du PLB. Il occuperait aussi prés de 3,5% de la population active. Au regard de ces chiffres il n'est plus besoin de démontrer l'importance de ce secteur dans l'économie locale urbaine. A partir de ses statistiques, ont peut dire que le secteur des transport outre le fait qu'il produit des ressources additionnelles à l'économie de la ville prouve aussi sa capacité de création d'emploi et de réduction du taux de chaumage. Mieux, ces chiffres sont la preuve de la performance de cette branche de l'économie dont le dynamisme est perceptible au niveau du poste de contrôle des flux sis à l'entrée de la ville mais aussi au niveau du débarcadère.

· Le transport routier

De nombreux véhicules viennent à Rosso. La ville est très fréquentée par des populations appartenant à différentes catégories socioprofessionnelles. La majeure partie ne fait que transiter car la réalité est que cette foule de visiteur vient profiter du service que rend le bac mais a généralement pour destination finale Rosso Mauritanie plutôt que Rosso Sénégal. En moyenne la ville reçoit la visite de plus de 60 voitures par jour si on ne prend en compte que les jours ordinaires. Pendant les jours de fête, on peut comptabiliser jusqu' à plus de 200 véhicules par jours dont la majeure partie ne fait que transiter. Tout compte fait, la ville jouit, quand même, des effets induits par les nombreuses sollicitations de sa soeur jumelle et, par conséquent, en tire bien profit comme nous allons le montrer dans les paragraphes qui vont suivre.

Malgré son importance dans le système des échanges, le secteur des transports souffre de certaines tares qui diminuent son efficacité. Il s'agit d' abord de la vétusté du parc automobile. Entre Rosso et les localités voisines, autant les flux sont importants, autant les véhicules qui assurent les déplacements des populations et des biens sont des « cercueils roulants ». A cela s'ajoute l'état de dégradation des routes et la cherté des prix de transports. Ces derniers sont décriés par les voyageurs que nous avons côtoyés durant les différents séjours que nous avons effectué sur les lieux. Les personnes et les marchandises voyagent dans des véhicules surchargés qui mettent la vie des citoyens en danger.

· Le transport piroguier

Parler ici du secteur des transports piroguiers c'est surtout grâce au rôle important qu'il joue et sa place dans l'environnement des échanges entre les deux villes voisines. On ne peut donc se limiter au seul transport routier. En effet, la frontière est un cours d'eau, un obstacle qui pose le problème des moyens de son franchissement. Aussi, se développe un transport piroguier très florissant qui assure aux voyageurs la traversée du fleuve, grâce à la mise sur pied d'une flotte piroguière importante, motorisée ou non, par les promoteurs privés et par les pécheurs traditionnels. Selon le président de l'association des piroguiers rencontrés, « le nombre de pirogues en service sur le quai avoisine la centaine ». Les pirogues opèrent ainsi des mouvements pendulaires entre les deux rives. Les promoteurs sont des deux nationalités.

Le transport piroguier se singularise par les fluctuations des prix de la traversée en fonction des heures de circulation du bac. Le bac circule entre 8 heures et 12 heures le matin et l'après midi entre 15 heures et 18 heures. Durant les heures de circulation du Bac le tarif piroguier se marchande et se situe entre 100 F CFA et 150 C FA. En dehors de ces heures le tarif piroguier est fixé à 250 F CFA. Un fait est aussi à noter. C'est que, quel que soit leur nationalité, les piroguiers acceptent d'être payé avec les deux monnaies. La circulation des pirogues entre les deux rives ne semble pas être soumise à des dispositions particulières.

· Le transport par Bac

Les bacs de Rosso sont mis en place durant les années 1950 presque une décennie avant les indépendances au moment où les deux pays faisaient encore partie du territoire colonial de la France. Ils furent mis en activité par une société nommé Lacombe basée en Mauritanie et qui intervenait à Rosso sénégal. Pour le transport de ses véhicules de 4 et 5 tonnes qui venaient du Sénégal ou des autres pays africains la société mis sur pied le système de transport par bac qui se prêtait mieux à ses activités. Ces bacs de la société Lacombe sont la première génération. Ils étaient des bâtiments dont la capacité de transport était : un véhicule de 20 tonnes et 3 autres de 05 tonnes. Les bacs de la deuxième génération sont affrétés par l'Etat mauritanien. Leurs capacités de transport dépassent largement ceux de la première génération. Chaque bac peut, au cours d'une traversée, embarquer deux camions de 30 tonnes, un autre de 20 et de trois véhicules légères en plus des voyageurs. L'Etat mauritanien en a assuré la gestion jusqu' en 1990. Depuis cette Date la gestion et l'exploitation ont été confiées au secteur privé. Actuellement c'est la Société des Bacs, de droit mauritanien qui en assure la gestion. Les bacs sont actuellement au nombre de deux. Ils se relaient au cours de l'année pour ne pas interrompre le service de transport qui est le cordon ombilicale relient les deux Rosso.

Le bac opère des mouvements pendulaires entre les deux rives à un rythme régulier et à des horaires fixes calquées sur l'organisation du travail en rive gauche, suivant ainsi les heures d'ouverture et de fermeture de la frontière. Il faut aussi signaler que le bac effectue aussi des traversées à la demande d'opérateurs privés, des Etats ou simplement de particuliers qui ont des marchandises, du bétail ou d'autres types de produits dont le franchissement ne peut toujours s'effectuer aux heures normales de rotation.

Aujourd'hui, le bac constitue le maillon le plus fort de la chaîne et l'élément régulateur du système si on considère les échanges transfrontaliers comme étant un système. La dynamique frontalière repose beaucoup sur ce moyen de transport qui pour le moment fait office de pont reliant les deux territoires.

· Les transporteurs un rôle qui dépasse le transport

Les acteurs évoluant dans le secteur des transports s'impliquent d'avantage dans le système des échanges et en plus de leurs activités principales, ils se déploient dans d'autres sous secteurs. Ce dédoublement dans plusieurs rôles fait de ces derniers les agents les plus dynamiques du système. Ces acteurs ne se limitent pas seulement au transport des personnes et des marchandises comme le laisse supposer leur outil de travail. Ils sont à la fois, transporteurs, passeurs, « trafiquants », commerçants etc.

Les transporteurs, surtout les piroguiers sont des pions efficaces en ce concerne le petit trafic de marchandises. Dans le jargon local on les nomme « thieup-thieup man » c'est à dire ceux qui font du « thieup-thieup » (des petites affaires).

Le terme « thieup-thieup » désigne l'ensemble des petites activités et petits trafics, les petites affaires auxquels s'adonnent les conducteurs de pirogue qui ne sont toujours pas les propriétaires des pirogues. La plupart du temps ils sont des conducteurs à la solde de propriétaires. Ainsi au même titre que les personnes qui n'ont pas de travail fixes et gravitent dans l'espace frontalier, ils sont à l'affût de la moindre opportunité « d'affaire ». Ils sont souvent le relais entre les populations qui ne peuvent pas se rendre sur l'autre rive pour le règlement de petites détails tels que l'achat de denrées alimentaires, d'appareils électroniques comme les téléphones portables, les matériels électroniques domestiques qu'ils viennent revendre au Sénégal a des prix abordables.

Nous avons rencontrés M.N. un conducteur de pirogue. Pour lui il ne peu se limiter au seul métier de transporter des personnes.

 « En plus du fait que je transporte des passagers si mon tour arrive, mais je travailles aussi comme passeur. En effet les commerçantes viennent solliciter mes services pour le transport du riz ou de la tomate souvent aux heures de fermeture de la frontière. Cette activité la plupart d'entre nous la mène. Seulement il faut avoir des relations pour pouvoir s'en sortir »57(*).

Les transporteurs piroguiers ont un rôle prééminent dans le système des échanges. Ils sont souvent les intermédiaires entre les populations des deux rives. Ils bénéficient souvent d'un avantage sur le reste de population car plus au fait des variations qui s'opèrent sur les prix des marchandises etc. Les populations font aussi recours à leurs services du fait de leur remarquable capacité à déjouer les obstacles qui, il faut le souligner, sont imprévisibles et complexes.

Figure 1 : Les flux sortants du territoire sénégalais 

Commerçants, voyageurs, visiteurs simples, chauffeurs

Habitants de Rosso Sénégal

Agents et sociétés de transit

Agents de change (trafiquants)

Bac ou pirogues

Service des douanes

Police de Rosso Sénégal

Sociétés d'assurance

Source : S. DIALLO

Figure3 : Le circuit officiel des flux entrant dans le territoire sénégalais par

Rosso- Sénégal :

Agents de change

(Trafiquants)

Brigade de Douane :

Déclaration de la marchandise

Sociétés d'assurance

Commerçants, transporteurs, visiteurs simples, voyageurs, touristes etc.

Bac ou Pirogue

(En provenance de Rosso Mauritanie)

Poste de police de Rosso Sénégal

Agents et sociétés de transit

Source : S. DIALLO

* 57 Propos recueillis au cours des discussions que nous avons eu avec les acteurs sur le quais de d'embarquement et de débarquement.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net