WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Sida et Comportements Sexuels des femmes célibataires au Congo

( Télécharger le fichier original )
par Stève Bertrand MBOKO IBARA
Université de Yaoundé II / Institut de Formation et de Recherche Démographique (IFORD) - DESS en Démographie 2008
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE V

ESSAI D'EXPLICATION DE LA VARIATION DES COMPORTEMENTS SEXUELS A RISQUE

Le recours à l'analyse multivariée explicative est justifié d'une part, par le souci de mieux examiner les associations entre les caractéristiques des célibataires et leurs pratiques en matière de sexualité et d'autre part, pour identifier les déterminants les plus pertinents parmi les caractéristiques associées aux comportements sexuels de la population de référence. Dès lors, il a été jugé nécessaire de procéder par des analyses multivariées explicatives sur le multipartenariat sexuel des 12 derniers mois et la non-utilisation du condom au dernier rapport sexuel précédent l'enquête. Pour chacun de ces comportements, les modèles pas à pas issus de la régression logistique ont été utilisés. Les modalités de référence des variables ont été sélectionnées par rapport aux effectifs. La modalité comportant l'effectif le plus important ayant constitué la référence (R).

A/- RISQUE RELATIF DES COMPORTEMENTS SEXUELS DES CELIBATAIRES

La régression logistique permet d'avoir les risques relatifs de l'occurrence des comportements sexuels étudiés. Les modèles pas à pas ont été utilisés en commençant par le modèle brut M0, modèle des variables de contrôle (précocité des rapports sexuels, l'âge, la région de résidence). Les autres variables ont été introduites successivement en commençant par celles du modèle culturelles (ethnie, milieu de socialisation, religion), ensuite, le niveau d'instruction (modèle M4), s'en est suivi les modèles M5 et M6 (activité économique et conditions de vie des ménages). Puis, l'exposition à la radio et à la télévision (M7 et M8) et enfin la connaissance des modes de prévention du Sida M9. Le modèle M9 permet l'identification des déterminants. Dans ce modèle, une variable est identifiée comme déterminant si, en plus d'avoir au moins une modalité à "odd ratio" significatif au seuil retenu, elle présente elle-même une association significative avec la variable dépendante. Nos déterminants ont été retenus au seuil de 5%.

a/- Le multipartenariat sexuel des 12 derniers mois

Le tableau V.1 présente les résultats de la régression logistique du multipartenariat sexuel des 12 derniers mois comme variable endogène avec les autres variables exogènes. Le modèle M9 est celui des déterminants du multipartenariat sexuel des célibataires dans les 12 derniers mois ayant précédé l'enquête. Pris au seuil de signification de 5%, deux variables déterminent le multipartenariat sexuel : le niveau d'instruction et la connaissance de mode de prévention du sida.

Le niveau d'instruction semble être la seule variable de l'environnement socioculturelle significativement associée au multipartenariat sexuel des célibataires. Toutes choses égales par ailleurs, le niveau d'instruction détermine le multipartenariat sexuel des célibataires. Les célibataires de bas niveau d'instruction présentant moins de risques que celles des niveaux élevés. Par rapport aux célibataires de niveau secondaire, celles de niveau primaire ont 26% fois moins de risque d'avoir connu plus d'un partenaire sexuel au cours de la période de référence. Tout comme le niveau d'instruction, la connaissance des modes de prévention du Sida augmente les risques de pratiquer ce comportement sexuel. Par rapport aux célibataires de connaissances moyennes, celles de mauvaises connaissances ont 59% fois moins de chance de pratiquer ce comportement et celles de bonnes connaissances ont 1,57 fois plus de risque.

Les modèles pas- à- pas nous ont permis de mettre en exergue les mécanismes à travers lesquels certaines variables du cadre d'analyse influencent le multipartenariat sexuel des célibataires (tableau V.1).

Le modèle M0 est celui de l'âge, la région de résidence et la précocité des rapports sexuels qui sont des variables de contrôle retenues à cet effet. Introduites simultanément, toutes ces variables contrôlent parfaitement le multipartenariat sexuel. Par exemple, les célibataires résidant au Sud du Congo ont 24% fois moins de risque que celles de Brazzaville d'avoir connu plus d'un partenaire sexuel les 12 derniers mois ayant précédés l'enquête. De plus, ce modèle produit un khi deux significatif quelque soit le seuil considéré.

Les variables ethnie, milieu de socialisation et religion ont été contrôlées par l'âge, la région de résidence et la précocité des rapports sexuels pour constituer les modèles successives M1, M2 et M3. Tout comme le modèle M0, ces modèles sont aussi significatifs quelque soit le seuil. Cependant, aucune de ces trois variables n'est significative. Le multipartenariat sexuel des célibataires au Congo ne serait donc lié, ni à l'appartenance ethnique, ni au milieu de socialisation, ni même à l'appartenance religieuse

L'intervention du niveau d'instruction (M4) réduit le risque relatif des célibataires socialisées en milieu rural, augmente ceux des modalités de la religion ainsi que ceux des étrangères dans la variable ethnie. De là, on comprend que les différences de comportement sexuel (multipartenariat sexuel) observées entre les célibataires de milieu de socialisation différent étaient dues au fait que les célibataires socialisées en milieu urbain étaient à plus de 85% instruites (niveau secondaire et supérieur, voir annexe 2. 3). L'introduction de l'activité économique (M5) et le contrôle par nos variables de confusion, fait baisser les risques relatifs des modalités des trois premiers variables à l'exception de la modalité Aucune de la variable religion. Cependant, les modalités du niveau d'instruction sont restées pratiquement identiques. Si nous faisons intervenir la variable conditions de vie (M6), la modalité Rural du milieu de socialisation passe d'un risque de 1 ,08 à un risque de 1,04. Au même moment le risque relatif des célibataires d'origine étrangère baisse de 9,4% et le niveau d'instruction ne varie sensiblement pas. Dès lors, si l'action de la socialisation (ethnie, milieu de socialisation, religion) sur le multipartenariat sexuel passe par le niveau d'instruction, il faut noter que les différences de comportement entre les célibataires plus instruites et celles moins instruites n'étaient pas dues à l'exercice d'une activité économique ou moins encore, aux conditions de vie des ménages (les risques relatifs étant sensiblement restés les mêmes). Cela nous fait comprendre que l'action de la socialisation sur ce comportement sexuel s'associe soit avec celui du niveau d'instruction soit avec celui de activité économique. Or, le contrôle de l'exposition à la télévision change la donne. La modalité Indépendante de l'activité économique devient non significative ; la modalité Sans niveau de la variable niveau d'instruction devient aussi non significative et la modalité primaire passe du seuil de 1% au seuil de 5% ; la modalité Rural voit toujours son risque relatif baisser ; même tendance pour les Etrangères et les Sangha. Tout ceci traduit le chemin emprunté par les facteurs socioculturels vers le multipartenariat sexuel (M8). A ce niveau, les différences de comportement des célibataires entre les catégories de l'activité économique étaient probablement dues à l'exposition ou non aux medias des unes ou des autres. Dès lors, l'exposition à la télévision jouerait d'une inhibition des effets de l'activité économique et du niveau d'instruction sur le multipartenariat sexuel.

Enfin, l'intervention de la connaissance des modes de prévention du Sida (M9) n'apporte pas d'importants changements par rapport à M8. Cependant, avec les influences des autres variables du modèle, l'introduction de cette variable a modifié les risques relatifs des autres variables. On constate aussi que la connaissance des modes de prévention du Sida est significativement associée au multipartenariat sexuel ; et les célibataires de bonnes connaissances présentant plus de risque que celles partiellement informées des modes de prévention du Sida. Comme dit précédemment, si l'on fixe le seuil de signification à 5%, le dernier modèle M9 donne les deux déterminants du multipartenariat sexuel des célibataires dans les 12 derniers mois ayant précédé l'enquête.

Tableau V.1: Risque relatif du multipartenariat sexuel des 12 deniers mois

Variables modalités

Mo

M1

M2

M3

M4

M5

M6

M7

M8

M9

Ethnie

 

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Bembé

Mbochi

Téké

Kongo

Sangha/Likouala

Etrangère

( R )

0,827

1,107

1,191

1,067

0,76

( R )

0,822

1,109

1,178

1,082

0,76

( R )

0,86

1,16

1,2

1,11

0,79

( R )

0,84

1,14

1,21

1,06

0,85

( R )

0,818

1,11

1,14

1,03

0,81

( R )

0,82

1,12

1,17

1

0,77

( R )

0,796

1,08

1,139

0,986

0,78

( R )

0,833

1,14

1,2

0,99

0,73

( R )

0,84

1,15

1,24

1,01

0,71

Socialisation

 

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Urbain

Rural

( R )

1,2

( R )

2,05

( R )

1,2

( R )

1,073

( R )

1,81

( R)

1,036

( R )

1,77

( R )

1,75**

Religion

 

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Catholique

Protestante

Traditionnelle

Aucune

Autre chrétienne

( R )

0,89

0,8

0,83

0,82

( R )

0,91

0,92

0,91

0,83

( R )

0,91

0,872

0,926

0,81

( R )

0,93

0,92

0,91

0,81

( R )

0,912

0,897

0,954

0,811

( R )

0,92

0,94

0,91

0,81

( R )

0,91

0,97

0,98

0,83

nstruction

 

***

***

***

**

**

**

Sans niveau

Primaire

Secondaire

Supérieur

0,58*

0,67***

( R )

1,28

0,58*

0,68***

( R )

1,28

0,58*

0,68***

( R )

1,29

0,595

0,7***

( R )

1,27

0,61

0,71**

( R )

1,25

0,63

0,742**

( R )

1,21

Activité éco

 

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Chômeur

Cadre

Indépendante

Précaire

( R )

0,841

1,21*

( R )

1,48

1,27*

1,03

( R )

0,83

1,22

1,01

( R )

1,41

1,24

1,01

( R )

1,4

1,27*

0,99

Conditions de vie

 

Ns

Ns

Ns

Ns

Bas

Moyen

Elevé

0,821

( R )

1,07

0,75

( R )

1,07

0,84

( R )

1,06

0,871

( R )

1,04

Exposit° Radio

 

Ns

Ns

Ns

jamais

parfois

Chaque jour

( R )

0,836

0,897

( R )

1,05

1,12

( R )

1,03

1,1

Exposition télé

 

Ns

Ns

jamais

parfois

Chaque jour

( R )

1,16

1,12

( R )

1,14

1,13

Connaiss/ sida

 

***

Mauvaise

Partielle

Bonne

0,41**

( R )

1,57**

Groupe d'âges

***

***

***

***

***

***

***

***

***

***

15-19

20-24

25-29

30-49

( R )

7,50***

3,29***

1,78***

( R )

7,53***

3,24***

1,78***

(R )

7,53***

3,23***

1,78***

( R )

7,54***

3,24***

1,78***

( R )

7,10***

2,98***

1,69**

( R )

6,82***

2,79***

1,47*

( R )

6,0***

2,30***

1,5**

( R )

6,7***

2,7***

1,50**

( R )

6,96***

2,82***

1,56**

( R )

6,98***

2,82***

1,54**

Régione

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Ns

Brazzaville

Pointe Noire

Sud

Nord

( R )

1,06

0,76**

0,87

( R)

1,08

0,77

0,97

( R )

1,08

0,84

1,09

( R )

0,57**

0,69**

0,96

( R )

0,625*

0,82

1,14

( R )

1,14

0,895

1,15

( R )

0,67

0,97

1,34

( R )

1,11

1,1

1,43

( R )

0,685

1,03

1,42

( R )

0,71

1,05

1,41

Age au 1er rapport sexuel

***

***

***

***

***

***

***

***

***

***

Age<16 ans

Age>=16 ans

10,7***

( R )

10,7***

(R )

10,8***

( R )

10,9***

( R )

11,2***

( R )

10,8***

( R )

11,2***

( R )

11,***

( R )

11,3***

( R )

11,7***

( R )

KHI-DEUX

626,78***

630,78***

631,42***

642,22***

653,87***

653,92***

654,03***

654,1***

654,72***

667,12***

Source : Traitement données EDSC-1; (***P<=1% ; **P<=5% ; *P<=10%. ; Ns  Non significatif )

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.