WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Espace et temps dans l'oeuvre de Jules Verne: « Voyage au centre de la terre » et dans le temps.

( Télécharger le fichier original )
par Lionel Dupuy
Université de Pau et des Pays de l'Adour - Certificat International d'Ecologie Humaine 1999
  

précédent sommaire suivant

E- L'appropriation de l'espace.

Tout au long de leur périple, les voyageurs ne manquent pas de nommer les différents éléments constituant les décors de leur parcours. Cette nomenclature et nomination des faits d'ordre naturel couronne en quelque sorte la « vieille géographie » du milieu du 19° siècle, celle où la géographie physique était prépondérante. Notons ainsi, et par ordre d'apparition dans le roman :

- le ruisseau «Hans-bach », page 194,

- « la mer Lidenbrock », page 233,

- « Port Graüben », page 253,

- « l'îlot Axel », page 281,

- « le cap Saknussemm », page 326.

Les principaux protagonistes prêtent ainsi leur nom à des éléments naturels. Ce principe qui consiste à nommer, à baptiser des éléments naturels procède de la démarche géographique qui permet ainsi une meilleure appropriation et possession intellectuelle de l'espace, ce dernier étant totalement inconnu aux explorateurs. Cela leur permet alors d'exorciser une forme d'angoisse liée à l'incertitude de l'aboutissement du voyage (c'est le principe du voyage initiatique79). Il s'agit pour l'homme, encore une fois, de dominer l'espace.

F- De l'Islande à l'Italie : un autre moyen de voyager dans le temps.

Outre ce voyage au centre de la terre qui emmène les voyageurs dans les entrailles du globe, Jules Verne fait faire à ses héros un autre type de voyage dans le temps, en donnant comme point de départ de l'aventure l'Islande, et comme point d'arrivée l'Italie. En effet, nous pouvons déceler là aussi la volonté de l'auteur de faire voyager ses héros à la fois dans l'espace mais aussi dans le temps. L'Islande comme point de départ n'est pas innocent, de même que l'Italie comme point d'arrivée :

79 Qu'on se rappelle l'étymologie d'initiatique : le commencement...

ISLANDE ITALIE

1 - Sneffels = volcan éteint 1 - Stromboli = volcan en activité

2 - Lépreux 2 - Enfant gardien des vignes

3 - Lichens 3 - Raisins80

4 - Pays froid, neuf, vierge 4 - Pays chaud, ancien, habité

5 - Direction de départ = N.O. 5 - Direction d'arrivée = S.E.

G) - Un voyage aux nombreuses boucles.

Ce voyage au centre de la terre que nous offre Jules Verne présente de nombreuses boucles, à la fois en référence à la mythologie gréco-romaine, à la géologie (réelle et/ou imaginaire), et parfois en référence au voyage proprement dit.

La première boucle, ou premier parallèle, que nous pouvons mettre en évidence, concerne le complexe d'Empédocle. En effet, comment ne pas évoquer le nom de ce philosophe grec qui s'est jeté dans le cratère d'un volcan. D'ailleurs Michel Serres a justement écrit que Voyage au centre de la terre « est l'ouvrage parfait du complexe d'Empédocle [...] : le voyage relie la bouche d'un volcan éteint à un cratère en pleine activité »81.

Le deuxième parallèle associe directement la collection de géodes du professeur Lidenbrock82 et la structure interne du globe découverte par les aventuriers. Car, là aussi, comment ne pas remarquer que le centre de la terre que nous décrit Jules Verne est creux83, et que par conséquent la terre est en fait une énorme géode. Or, une fois atteint ce centre de la terre, Lidenbrock peut prétendre alors, avec beaucoup d'imagination, ranger la terre dans sa collection de géodes...

80 Ibid. page 172.

81 In (op. cit.) COMPERE Daniel. Un voyage imaginaire de Jules Verne. Voyage au centre de la terre. Page 56.

82 Op. cit. VERNE Jules. Voyage au centre de la terre. Page 28.

83 Cf. la mer intérieure, page 233.

Le troisième parallèle concerne le voyage en lui-même. Car nous pouvons là aussi mettre en évidence deux boucles, parmi évidemment bien d'autres possibles. D'une part, et nous l'avons montré dans le cadre de ce mémoire, nous avons affaire ici à une véritable boucle temporelle : le voyage nous emmène des origines de la terre aux origines de l'homme, pour revenir à la fin du roman aux hommes de la fin du 19° siècle (qui est aussi le point le départ du dit roman, avec une date précise : « Le 24 mai 1863, un dimanche »84) . Mais d'autre part, remarquons qu'au climat froid de l'Islande (donc correspondant à l'idée que se fait Lidenbrock de la température de l'intérieur du globe, et permettant ainsi la descente) s'oppose le soleil ardent85 de l'Italie (donc correspondant à la théorie d'Axel, celle de la chaleur interne). Nous avons alors affaire ici à une boucle dialectique opposant mais réunissant aussi deux ensembles contradictoires qui tendent à se rejoindre pour former un tout relativement cohérent, celui du roman proprement dit.

A travers ses nombreux romans, Jules Verne nous fait donc voyager dans l'espace mais aussi dans le temps. Cet espoir pluri-séculaire de remonter le temps constitue une source d'inspiration inépuisable que de nombreux auteurs ont exploitée. Voyage au centre de la terre est ainsi un bon exemple illustrant cet état de fait, où les héros font alors preuve d'ubiquité temporelle : ils se retrouvent en un même lieu à deux époques différentes, à la fois en 1864 et plusieurs millions d'années en arrière, dans un écosystème (ou plus exactement un « oïkosystème » ) bien différent de celui qu'ils connaissent. C'est la dualité de leur voyage qui constitue donc notre problématique.

précédent sommaire suivant