WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'espace web du sénégal : étude de son degré d'ouverture ´┬átravers l'analyse des liens hypertextes

( Télécharger le fichier original )
par El Hadji Malick GUEYE
Université Paris 10 Nanterre - Master de Recherche 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.3.2 L'article scientifique

L'approche des citations pour aborder la production scientifique et ses impacts dans la l'organisation et l'évolution de la communauté scientifique se base naturellement sur la place qu'occupe l'article scientifique et la place et la signification que lui ont accordées différents penseurs.

Commençons par le réductionnisme bibliométrique que Polanco (1995) définit comme « le point de vue par effet duquel l'article scientifique devient un outil de définition de la science et l'on fait de la publication écrite un indicateur privilégié de l'activité scientifique, considérant que le produit final de la recherche scientifique est la publication d'un texte écrit. » Ainsi pourrait-on dire que, sont considérés comme scientifiques que ceux qui publient, et de ce fait l'article devient la chose qui matérialise l'activité scientifique. La quantité d'articles publiés fût longtemps considérée comme un indicateur pertinent de l'activité du scientifique. Au 6ème Congrès International d'Histoire des Sciences (Amsterdam, août 1950)60(*), Price expose pour la première fois une manière d'utiliser le nombre d'articles scientifiques comme une indication quantitative de l'activité de recherche. Cette approche quantitative quant à la mesure de l'activité de la recherche sera longtemps de mise jusqu'au moment où on commence à observer une certaine dérive du côté des chercheurs qui n'utilisent plus l'article scientifique dans sa fonction première, celle de communiquer leurs savoirs, mais pour se faire reconnaître et cautionner la propriété intellectuelle de leurs travaux (Prime-Claverie, 2004). Alors Price (1963) dira que «le degré d'utilisation semble être un meilleur test de qualité » ; le degré et la fréquence des citations et des références reflètent même « l'utilité des différents articles ». Voilà ce qui sera l'hypothèse de base de l'analyse des citations de Price dans Little Science, Big Science (1963)

Dès lors, la notion des citations et de son utilisation comme moyen de mesurer de manière fiable et pertinente l'activité de la science et des scientifiques sera instituée pour devenir ensuite « indispensable » en matière de métriques de la science.

I.3.3 L'analyse du graphe de citations

Il y a différentes méthodes d'analyser le graphe de citation. Nous allons seulement nous limiter ici aux notions de facteurs d'impacts et de facteurs d'influence.

Facteurs d'impacts et facteurs d'influence

« Le décompte des citations permet d'évaluer l'impact scientifique de la recherche. Le décompte des citations reçues par des revues est compilé systématiquement par Thomson ISI et vendu sous la marque de commerce Journal Citation Reports (JCR). Ce produit comprend de nombreux indicateurs ayant trait aux citations reçues par les revues scientifiques et dont le facteur d'impact est sans doute le plus largement utilisé » (Archambault et Vignola, 2004). Ce facteur d'impact est défini comme le rapport, pour une année donnée, entre le nombre de citations des articles publiés par un périodique et le nombre d'articles publiés, le tout sur une période de deux ans. Cependant, ces facteurs d'impact présentent des limites (Pinski and Narin, 1976). D'après eux, ces dits facteurs ne tiennent pas compte, d'une part, de la longueur des articles. Ce qui fait que les articles de synthèse, plus étendus dans leur couverture et plus longs, reçoivent de ce fait plus de citations que les articles de recherche. Ensuite, ces facteurs ignorent les pratiques de citation propres aux différents domaines. Et enfin, avec l'approche des facteurs d'impacts, les citations ont la même valeur quelle que soit leur revue de provenance. En retour, ils ont présenté un nouvel indicateur, le facteur d'influence, pour rendre compte de l'analyse du degré de prestige des revues. Ils se sont basés sur le fait que les citations n'ont pas la même valeur, et pour cause, les revues considérées comme les plus prestigieuses reçoivent forcément plus de citations. Ce facteur d'influence est calculé à partir du poids d'influence d'une référence bibliographique et qui n'est rien d'autre que le rapport entre le nombre total de citations reçues par une revue et le nombre total de références issues de la revue. Ainsi, l'influence d'un article est égale à la somme des poids d'influence des références bibliographiques qui le citent.

* 60 Ce travail fut ensuite publié en 1951 dans la revue Archives Internationales d'Histoire des Sciences, vol. 14, p. 85-93.

précédent sommaire suivant