WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'espace web du sénégal : étude de son degré d'ouverture ´┬átravers l'analyse des liens hypertextes

( Télécharger le fichier original )
par El Hadji Malick GUEYE
Université Paris 10 Nanterre - Master de Recherche 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

II.2. La webométrie

La wébométrie comme discipline spécialisée dans l'analyse des pages et sites Web (et plus précisément des liens hypertextes) est tributaire des méthodes et travaux développés dans les disciplines de métriques comme la bibliométrie, la scientométrie et l'infométrie. Cette adaptation des lois bibliométriques dans le contexte assez particulier du Web a donné naissance, et ce concrètement depuis le milieu des années 90 avec Larson (1996), à un champ d'étude très dynamique où l'on retrouve aussi bien des informaticiens, des professionnels de l'information que de mathématiciens. On peut même dire qu'elle est devenue un domaine scientifique à part entière avec ses différentes théories à construire, des taches à faire, des unités à définir, des méthodes à développer et des problèmes à résoudre66(*).

Par ailleurs, vu le changement qu'a introduit Internet dans la production, la diffusion et la circulation des écrits scientifiques, les professionnels de l'information, notamment, ne peuvent plus ignorer ce nouveau média. Il faut le comprendre, l'apprivoiser à travers les outils et méthodes dont ils disposaient. « Le Web et les autres services de l'Internet sont une aubaine pour les bibliomètres, car ils offrent de nouvelles sources d'information sur support numérique liées à l'activité scientifique (littérature grise, forums, etc.) différentes des traditionnelles bases de données d'articles » Prime-Claverie (2004). A partir de là, plusieurs analogies entre le circuit traditionnel de la production et de l'utilisation des connaissances scientifiques et l'environnement Web vont voir le jour, et parmi lesquelles entre articles et pages Web, entre citations et hyperliens. ...

Nous reviendrons sur ces analogies, leurs applications ainsi que leurs limites, un peu plus loin. Mais commençons cette partie par définir sur le plan conceptuel et théorique ce nouveau champ de recherche.

II.2.1 Définition

Björneborn et Ingwersen (in press) définissent la webométrie comme : «The study of the quantitative aspects of the construction and use of information resources, structures and technologies on the Web, drawing on bibliometric and informetric approaches.»

Comme nous le voyons, cette définition englobe les aspects quantitatifs de la construction et de l'utilisation du Web. Et ainsi, la recherche en wébométrie tournerait autour de quatre axes principaux. Björneborn (2004) :

- L'analyse du contenu des pages Web

- L'analyse de la structure des liens du Web

- L'analyse de l'utilisation du Web (incluant principalement les comportements de recherche des utilisateurs)

- L'analyse des technologies Web (incluant la performance des moteurs de recherche)

Par ailleurs, on voit souvent le terme cybermétrie utiliser à la place de wébométrie et vice versa. Seulement pour Björneborn (2004), il existe bel et bien une nuance entre ces deux termes. Pour cela, il définit la cybermétrie comme : «The study of the quantitative aspects of the construction and use of information resources, structures and technologies on the Whole Internet, drawing on bibliometric and informetric approaches.»

C'est presque la même définition que la wébométrie sauf que, à la place de « on the Web », il met « on the whole Internet ». En d'autres termes, ce champ englobe les études statistiques des groupes de discussion, des mailing list et autres modes de communication sur Internet incluant bien sûr le Web. Ce qui revient à dire tout simplement que la cybermétrie englobe entière la wébométrie.

Figure 6 : Relation entre info-/biblio-/sciento-/cyber-/web-métrie (Björneborn, 2004)

Et pour résumer le tout, en tenant compte aussi de la bibliométrie, de la scientométrie et l'infométrie, il nous présente la figure suivante67(*) qui montre de manière fort pertinente comment ces différentes disciplines, toutes issues des sciences de l'information, s'imbriquent les unes aux autres.

* 66 AGUILLO, Isidro F. (2002). «Cybermetrics : definitions and methods for an emerging discipline». Séminaires de l`ADEST, Paris, 14 February, 2002.

Disponible sur l'URL : http://www.upmf-grenoble.fr/adest/seminaires/ISIDRO/Cybermetrics.ppt

* 67 BJÖRNEBORN, Lennart. Small-world link structures across an academic web space : a library and information science approach. PhD dissertation. Copenhagen: Department of Information Studies, Royal School of Library and Information Science, 2004. p.14

précédent sommaire suivant