WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'abstentionnisme électoral au mali depuis l'avènement du multipartisme en 1992.

( Télécharger le fichier original )
par Madou NIMAGA
Université Cheickh Anta DIOP de Dakar - DEA en Science politique 2006
  

précédent sommaire suivant

SECTION II : Les facteurs liés aux opérations de vote.

Les facteurs relatifs aux opérations de vote sont surtout ceux qui touchent à l'accomplissement de l'acte de vote c'est-à-dire aux obstacles pouvant empêcher un électeur d'accomplir son droit de vote. En effet, les lacunes liées à la préparation technique ou l'organisation matérielle d'un scrutin peuvent entraver l'accomplissement des opérations de vote.

Ainsi au terme de nos enquêtes, il s'est révélé que le disfonctionnement organisationnel contribue sans doute à la faiblesse de la participation électorale.

Il s'agit ici surtout des difficultés liées au retard souvent enregistré dans l'acheminement du matériel électoral vers les bureaux de vote qui peut de son côté retarder le démarrage du scrutin (Paragraphe 1), ainsi qu'à l'éloignement de certains bureaux de vote de l'électeur (Paragraphe 2).

Paragraphe 1 : L'acheminement du matériel électoral aux centres de votes.

Par acheminement du matériel électoral, on entend le déploiement effectif du matériel indispensable à la tenue d'élections crédibles aux différents centres de vote aussi bien à l'intérieur du pays que dans les différentes représentations diplomatiques ou consulaires bien avant le jour de l'élection.

L'un des constats qui découle de l'observation des élections au Mali est que rarement le jour du scrutin les bureaux de vote s'ouvrent à huit heures du matin précise comme le préconise la loi électorale73(*).

Ce retard découle généralement à la non disponibilité de certains matériels indispensables au déroulement du vote (bulletins de vote des candidats, enveloppes, ancre indélébile, isoloirs etc.) et a pour corollaire le décalage d'une heure voire plus pour l'ouverture du bureau de vote.

Cette situation contribue certainement à décourager les premiers électeurs arrivant aux centres de vote qui, généralement une fois repartis, ne retournent plus pour voter.

Très souvent, il s'agit des personnes travaillant pour leur propre compte (commerçants, artisans, ménagères, ouvriers...). Nombreux sont parmi les enquêtés qui affirment avoir été dans ce cas et n'ont pas pu accomplir leur devoir civique. Certains ont déclarés qu'« Après la matinée, j'ai plus le temps » ou qu'ils ont « autres choses à faire...». D'autres ont même fustigé le fait que c'est les autorités qui ne respectent pas très souvent l'heure d'ouverture des bureaux de vote en déclarant : «  s'ils ont dit huit heures c'est huit heures ».

Ces déclarations montrent clairement que les citoyens exigent des organisateurs des élections plus de rigueur afin que pour faute de non disponibilité du matériel électoral ici et là, les bureaux n'arrivent pas à s'ouvrir à l'heure indiquée par loi.

Il est vrai que le territoire national est immense74(*) et les circonscriptions électorales fort éloignées les unes des autres, cependant, l'administration électorale doit tout mettre en oeuvre en vue d'assurer l'acheminement de tout le matériel électoral indispensable et de vérifier leur disponibilité avant le jour du scrutin aux différents centres de vote.

Pendant les présidentielles d'avril 2002, cet enquêté nous a expliqué qu'il lui est arrivé personnellement d'attendre devant son bureau de vote (N°70) au centre de vote de l'école de Missira75(*) pour près d'une heure et demie à cause de la non disponibilité de certains bulletins de vote76(*). Il a fallut que le président de son bureau de vote aille demander les bulletins manquants dans d'autres bureaux qui étaient eux aussi confrontés au même problème.

En effet, avant l'utilisation des bulletins uniques au Mali expérimentés lors des élections présidentielles et législatives de 2007, c'était le système des bulletins individuels pour chaque candidat ou liste qui était en application. Or, ce système engendrait comme problèmes soit l'insuffisance de bulletins de vote soit l'absence partielle de ceux-ci dans certains bureaux de vote.

Dans un tel système, le nombre de bulletin doit être proportionnel au nombre d'électeurs inscrits dans le bureau pour assurer l'égalité entre les candidats en lice et ceci n'était pas toujours le cas dans la mesure où on pouvait constater des décalages assez importants entre les volumes des bulletins de vote des candidats en compétition.

Une telle défaillance pourrait conduire les électeurs à douter de la sincérité et de la transparence de l'élection, quand on sait que la pleine participation des citoyens à une élection dépend de la crédibilité que ceux-ci l'attachent. Or, la crédibilité d'une élection se joue avant (phase organisationnelle), pendant (phase du déroulement) et après le scrutin (phase de proclamation des résultats et de gestion du contentieux).

Dans la phase organisationnelle d'une élection, si le volet matériel comme on vient de voir est indispensable, il n'en demeure pas moins pour le volet technique qui consacre la répartition géographique des centres de vote en vue du rapprochement entre l'électeur et son bureau de vote.

* 73 En effet, les rapports des observateurs nationaux ou internationaux ont tendance à considérer dans la généralité que les bureaux de vote ont ouvert à 8heures et ont fermé à 18heures. Nous ne sommes pas de cet avis. Nous pensons que ces déclarations sont plutôt des déclarations de principes que reflétant la réalité.

* 74 Environ 1.241.238 km2 de superficie.

* 75 Un quartier populaire de la capitale Bamako.

* 76 Cette non disponibilité de certains bulletins de vote à la présidentielle de 2002 peut aussi s'expliquer par le nombre record de candidatures en lice, plus d'une vingtaine. C'était une première au Mali de gérer une élection avec autant de candidats dont le Professeur Théodore Holo de l'Université d'Abomey Calavi a qualifié de « Banalisation des candidatures aux élections ».

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy