WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des lamantins des lacs de Lere : entre conservation des ressources naturelles et survie de la population.


par HONORE BEAKGOUBE
CREFELD, Université de Sarh-Tchad - Master 2 en Environnement et Developpement Communautaire  2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE V : LES STRATEGIES DE GESTION CONSERVATOIRE ET PARTICIPATIVE

La plupart des problèmes d'environnement actuellement au monde sont essentiellement d'origine humaine. Le rôle de l'homme est donc crucial dans la mesure où c'est son attitude à l'égard de l'environnement, qu'il soit naturel ou artificiel, qui a conduit à la situation actuelle. C'est donc bien évidement en changeant d'état d'esprit qu'il peut prendre des initiatives concernant la situation de l'environnement. L'attitude de l'homme et son comportement sont directement liés au système de valeurs de la société dans laquelle il vit. Historiquement, les valeurs individuelles et sociétales n'ont pas toujours été propices à la sauvegarde d'un environnement de qualité (Mc Cabeetal 1977). La crise de l'environnement que nous traversons aujourd'hui oblige l'homme à revoir son échelle de valeurs. Nous devons élaborer un système de valeurs dans lequel les priorités écologiques deviendront les lois du monde.

La volonté politique, la morale, l'instruction civique, l'implication des collectivités territoriales, les medias, la formation, l'éducation, la sensibilisation... sont des voies privilégiées et des moyens d'expression permettant de promouvoir des valeurs et des attitudes positives à l'enclenchement d'une approche conservatoire et participative en faveur des ressources naturelles.

5.1 La Volonté Politique

L'engagement politique vient au premier rang des conditions nécessaires pour faire valoir les approches conservatoires et participatives de la gestion de l'environnement. L'attitude des décideurs politiques doit s'aligner sur cette priorité, sans quoi les efforts déployés seront vains. Cet engagement politique implique l'acceptation d'une participation effective des collectivités rurales. Au plan national, les lois et autres réglementations en vigueur doivent servir d'instruments d'application de cette politique. Au plan international, ce sont des conventions et des traités auxquels le Tchad a eu à ratifier ou signer.

5.1.1 Cadres institutionnels et réglementaires à l'échelle nationale

La constitution de la république du Tchad de 1996, adoptée par le règlement du 31 mars 1996 et révisée par la loi constitutionnelle n° 08/PR/2005 du 15 Juillet 2005 assure la protection de l'environnement dans les articles suivants :

· Article 47 : toute personne a droit à un environnement sain

· Article 48 : l'État et les collectivités territoriales décentralisées doivent veiller à la protection de l'environnement

· Article 52 : tout citoyen a le droit de respecter et de protéger l'environnement.

La protection de l'environnement est également assurée par la mise en place d'un Haut Comité National pour l'Environnement (HCNE) présidé par le Premier Ministre. Un organe politique et technique dont la tâche est de coordonner et suivre les mesures à prendre pour lutter contre la dégradation de l'environnement dans son ensemble.

La gestion quotidienne de la politique de conservation de la nature est assurée par le Ministère de tutelle qui met en application les lois, les ordonnances, les décrets, les arrêtés et notes de service qui régissent cette politique.

précédent sommaire suivant