WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des lamantins des lacs de Lere : entre conservation des ressources naturelles et survie de la population.


par HONORE BEAKGOUBE
CREFELD, Université de Sarh-Tchad - Master 2 en Environnement et Developpement Communautaire  2011
  

précédent sommaire suivant

5.5. Information, éducation, communication/Behavior Change Communication (IEC/BCC)

L'information, l'Éducation et la Communication est une stratégie qui combine les techniques de l'information (support et pratique) de l'éducation et de la communication en vue d'atteindre les objectifs essentiellement orientés vers le changement de comportements. Elle se confond parfois avec la communication pour le changement de comportement (CCC) ou Behavior Change Communication (BCC) en ce qui concerne les objectifs stratégiques et les bénéficiaires. L'usage de l'IEC ou BCC pourrait favoriser le changement de comportements liés à la déviance, à l'ignorance écologique, à l'appât du gain, au gaspillage des ressources naturelles. Ces préalables menacent dangereusement l'équilibre du milieu. Cependant quatre types d'arguments justifieraient la raison d'une mise en valeur d'une telle stratégie.

5.5.1 Les Arguments économiques

La pêche et la chasse sont des activités génératrices de revenus du secteur primaire de la Préfecture de Léré. Non seulement, une tranche de la population bénéficiaire des conditions plus favorables à l'exercice de ces activités mais la perception de taxes, le paiement des permis de pêche, de chasse constitue une source de revenus non négligeable pour le renforcement de la caisse de l'État. En outre, le maintien d'une faune et d'une flore diversifiée, les paysages conservés, peuvent susciter des activités touristiques et de loisirs. Le tourisme, lorsqu'il est possible et bien organisé, fournit souvent la meilleure valorisation économique de la faune sauvage puisque les populations locales peuvent y trouver du travail (guide, pisteur, chauffeur...) sans perdre de vue le développement de l'hôtellerie, du transport, de l'artisanat local etc. Certaines aires procurent aux communautés locales des possibilités de développement par l'usage durable des ressources. Dans la réserve de faune de Binder-Léré en particulier dans la zone communautaire, un comité de gestion gère les revenus issus des activités de chasse et d'écotourisme. De plus, le flux financier généré par l'activité de pêche sur les lacs Léré et Tréné a été évalué à 444 millions F CFA en 200520(*). Il est à noter que la conservation des ressources naturelles dans la région de Léré, ne peut être réalisée que si les populations concernées sont conscientes des profits qu'elles peuvent en tirer.

Photo 8 : Chute Gauthiot (cliché PRODOLKA)

5.5.2 Les Arguments Écologiques

Chaque organisme vivant fait partie intégrante d'un ensemble naturel biologique complexe. Il contribue ainsi à l'équilibre de la vie. Devant les mécanismes qui régissent les relations entre les communautés biologiques, l'homme doit éviter de créer des situations de déséquilibres donc le contrôle des conséquences lui échappera. Le patrimoine naturel doit être transmis aux générations futures car s'il disparait, il ne peut pas être reconstitué par l'homme. Selon le rapport intérimaire de la mise en oeuvre au niveau national sur la biodiversité (1998), on estime au Tchad :

v 4318 espèces végétales dont 71 espèces endémiques et 11 menacées ;

v 7791 espèces animales sans compter les insectes qui sont les plus nombreux. De ces 772 espèces animales, 4 mammifères (Rhinocéros noir ou Disceros bicornis, le Lamantin ou trichechus sengalensis, Oryx algazelle ou Oryx gazella dammah et le boeuf kouri ou Bostaurus typicus), un oiseau (Prinia fluviatillis) et les reptiles sont menacés d'extinction (21(*)) Cette situation nous amène aussi à nous pencher sur les raisons d'ordre psychologique et éthique.

* 20 UICN /PACO : Parcs et Réserves au Tchad, Evaluation de l'efficacité de la gestion des aires protégées au Tchad, Ouagadougou, pp 32.

* 21 HABIB (G) : Rapport National sur la biodiversité, Ministère de l'Environnement et de l'Eau, pp225

précédent sommaire suivant