WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des paramètres morphométriques, climatologiques et hydrométriques du bassin du Kasaà dans sa partie congolaise

( Télécharger le fichier original )
par Modeste KISANGALA MUKE
Université de Kinshasa - Troisième Cycle (MSc) 2009
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

IV. 1. 1. 2. TEST STATISTIQUE

Un test statistique est un ensemble de procédés susceptibles d'aboutir à un jugement `` impartial et donc inattaquable''. Pour cela, tout test statistique est lié à un intervalle de confiance dont le résultat consiste à déterminer laquelle parmi deux décisions possibles est la meilleure dans une situation donnée.

La construction d'un test statistique n'est rien d'autre que la détermination de la région critique. Cette détermination se fait sans connaître le résultat de l'expérience, et donc à priori. Le test est aussi un moyen rationnel de trancher un problème en optant pour une décision par rapport à une autre, et ce en connaissance du risque encouru (NTOMBI, 2007 ; SAPORTA, 1990).

Pour tester l'évolution pluviométrique notamment, nous considérons deux hypothèses :

- la première est Ho, l'hypothèse nulle qui stipule que la distribution de la pluviométrie sur le bassin (Bandundu) n'a pas connue un changement significatif depuis 39 ans ;

- la deuxième est H1, l'hypothèse alternative qui stipule le contraire.

Nous avons choisi le test de Laplace-Gauss ou loi normale qui est un outil indispensable à l'analyse et à l'interprétation des données obtenues par l'observation ou l'expérience (DONALD & al., 1992).

Pour analyser ces données, nous considérons :

- H: la normale établie dans les Atlas climatiques du bassin Congolais

par F.BULTOT en 1971.

- La moyenne calculée de 39 ans : = 1490,6mm/an

- L'écart - type S = 220,3mm (F. BULTOT, 1971)

Si Ho est vrai, l'expérience ayant porté sur n = 39 est donc que :

doit suivre une loi de L.G. (m(HO) , ) ou que L. G. (1600, )

- a un seuil K qui n'a que 5 chances sur 100 d'être dépassée,

En d'autre terme, on aura que L.G. (ì ; ó) englobe L.G. (ì +/-)

K (Ho) = m(Ho) +/- . Tá/2

Avec : - =  : erreur - type de la moyenne

- Tá/2 : est la valeur tabulée de la moyenne au seuil correspondant dans la loi normale réduite (Tá/2 = 1,6449). Cette valeur tabulée est tirée dans la table de la loi normale centrée réduite qui sert à déterminer les probabilités de n'importe quelle distribution normale (DONALD & al., 1992).

- á = seuil

Pour L.G. (ì +) ; K (Ho) = 1600 + 35,3 x 1,6449 = 1658,1mm

Pour L.G. (ì -) ; K (Ho) = 1600 - 35,3 x 1,6449 = 1541,9mm

En comparant la moyenne calculée (1490,6mm/an) et les seuils des régions critiques de K (Ho) 1658,1mm et 1541,9mm ; nous constatons que est inférieur à K (Ho), donc nous sommes enclin de retenir H1 qui confirme que la distribution de la pluviométrie a connu un changement significatif dans le sens d'une baisse depuis 39 ans.

Ce constat vient confirmer le propos des enquêtés sur la diminution de la pluviométrie actuelle et la récurrence des pluies souvent sous forme d'orage.

Ces orages qui ne sont pas favorables à la recharge des aquifères du bassin versant, mais plutôt favorables au ruissellement et au ravinement, détruisent de plus en plus des habitations et tuent des êtres humains à chaque saison des pluies.

précédent sommaire suivant