WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des paramètres morphométriques, climatologiques et hydrométriques du bassin du Kasaà dans sa partie congolaise

( Télécharger le fichier original )
par Modeste KISANGALA MUKE
Université de Kinshasa - Troisième Cycle (MSc) 2009
   Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

IV. 3. 1. 2. TEST DE MOYENNE

Pour être au moins concis sur cette prise de position quant à la diminution des pluies dans la région de Kikwit, faisons appel au test de moyenne. Ce test se calcule par :

Avec  : écart type de la série (311,6mm)

n : la taille de l'échantillon (37)

 : moyenne de la série (1299,8mm)

ì : la normale établie par BULTOT (valeur à comparer avec ce test)

- Lorsque ì est inférieur à +1,96 (supérieur), il y a alors présomption d'augmentation plausible significative des pluies ;

- Lorsque ì est supérieur à -1,96 (inférieur), il y a dans ce cas présomption de diminution plausible significative des pluies.

=

Pour supérieur = 1299,8 + 100,4 = 1400,2mm

Pour inférieur = 1299,8 - 100,4 = 1199,4mm

La normale établie par BULTOT (ì=1600mm) étant supérieure au deux cas c'est - à - dire supérieur et inférieur, la décision est la présomption plausible de diminution significative des pluies à la station de Kikwit. Cette présomption de diminution des pluies vient renforcer les analyses faites un peu plus haut sur cette station.

IV. 3. 2. EVAPORATIONS

En suivant l'évolution de la courbe des évaporations à Kikwit par rapport à celle de la moyenne annuelle, elle présente une tendance à la hausse. Une augmentation graduelle des évaporations sur l'ensemble de la série.

IV. 3. 3. ANALYSE COMPARATIVE DES PARAMÈTRES PLUIES ET EVAPORATIONS

Les analyses faites sur les deux paramètres séparément ont montré une tendance à la hausse à la station météorologique de Kikwit. Nous pouvons les constater dans la tranche 1972-1973 jusqu'en1975-1976 et plusieurs d'autres années sur ce graphique. Pour confirmer cette évolution couplée, nous faisons appel au test de corrélation de BRAVAIS PEARSON.

IV. 3. 3. 1 : TEST DE CORRELATION DE BRAVAIS PEARSON

Sur un échantillon n de 23 ans ou les pluies et les évaporations se couplent, nous pouvons calculer l'écart type, la covariance et ensuite le coefficient de corrélation.

COV(x,y) = et rx,y =

La moyenne de la série des pluies = 1274mm

La moyenne de la série des évaporations = 1025,7mm

L'écart type de la série des pluies óx = 354,9mm

L'écart type de la série des évaporations óy = 145,9mm

COV(x,y) =

COV(x,y) = = 1641,2

rx,y =

rx,y = = 0,032

Le test proprement dit va nous permettre de trancher sur la linéarité de la corrélation entre les pluies et les évaporations à la station de Kikwit:

tc =

avec (n-2) : degré de liberté

t: valeur calculée du test qui représente Ho

r : coefficient de corrélation

r: coefficient de détermination

n : effectif

tc = = = 0,1466424/0,998979 = 0,1467927

Au seuil á qui n'a que 5% de chance de se tromper, on peut calculer la valeur tabulée H1 :

tt(0,05 ; n-2)

tt (0,05 ; 21) = 0,4132

Sur ce, tt (valeur tabulée) étant supérieur à tc (valeur calculée) (tt > tc ), l'hypothèse alternative (H1) est rejetée et on retient l'hypothèse nulle (Ho). Elle justifie cette parfaite évolution concordante qui existe entre les pluies et les évaporations dans la région de Kikwit et ses environs.

précédent sommaire suivant