WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une approche sociologique de la prise en charge de la malnutrition infantile sévère par l'ong BEFEN dans le département de Mirriah

( Télécharger le fichier original )
par Lamine KALLA ADAMOU
Université Abdou Moumouni de Niamey - Maitrise en Sociologie 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

7.2. Rapports entre l'ONG BEFEN et les agents de santé

Le centre de santé dans lequel se passent les activités de CREN peut être comparé à une scène de théâtre dans laquelle chacun, selon sa position, a un rôle à jouer.

· Rôle de l'ONG en tant qu'interface entre les donateurs et les populations bénéficiaires du programme

Dans le cas qui nous intéresse, l'ONG BEFEN assure :

ü l'approvisionnement en médicaments dans le CREN ;

ü la supervision des activités sur le terrain ;

ü la formation des agents de santé sur les modalités de prise en charge.

Pour résumer :

« L'agent de santé gère et nous on coordonne les activités (...). On n'est pas trop actifs pour ce qui est des contacts permanents avec les mères comme les agents de santé. » (A., Responsable des CRENAS BEFEN).

· Rôle de l'agent de santé en tant qu'interface entre l'ONG et les populations bénéficiaires du programme

En tant que médiateur, l'agent de santé a aussi plusieurs tâches à remplir. Il lui revient ainsi d'assurer :

ü le dépistage des enfants présentés au CREN ;

ü le traitement des enfants et la distribution des éléments nutritifs ;

ü la gestion des stocks de vivres et médicaments destinés à la prise en charge ;

ü la production des rapports d'activités pour l'ONG et le district, etc.

Alors, dans quelle mesure, chacun arrive-t-il à remplir son rôle et quels types de rapports se dégagent de là ?

Dans la pratique, toutes ces tâches constituent pour les agents :

« ...une surcharge, nous on peut dire. C'est une surcharge de travail parce qu'au début, il n'y avait pas cette panoplie d'enfants à prendre en charge mais maintenant, avec cette période de pic où les admissions sont importantes, ça devient de plus en plus compliqué (...) et il faille, selon les phases, surveiller sans relâche ! » (I.M.L, Assistant nutritionnel BEFEN).

De ces propos, il se dégage l'idée que les activités de prise en charge des enfants diffèrent d'une phase à une autre.

« A chaque phase, il y a des activités spécifiques. Par exemple, nous ici aux soins intensifs, on n'utilise pas le plumpy'nut, le lait F100 non plus...sauf quelques cas rares que sont les cas spéciaux (enfants de moins de 6 mois et/ou inférieurs à 3 kilogrammes). » (I.M.L, Assistant nutritionnel BEFEN).

Rappelons que tous les agents ont des responsabilités propres et isolées afin de mener un travail d'équipe dans l'excellence.

« Euh...chacun a son rôle ! Qui assistant nutritionnel, qui infirmier, qui médecin... Par exemple : à l'admission, le rôle de l'assistant nutritionnel c'est...pratiquement l'accueil, les mesures anthropométriques, la dotation etc. Il transmet le dossier à l'infirmier qui fait quelques examens à l'enfant et à son tour, il passe le dossier au médecin qui le consulte pour sa part. Après la visite, l'assistant nutritionnel accompagne la maman jusque dans la phase où le médecin l'a aiguillée... Voila ! C'est comme ça, chacun a des responsabilités et des limites dans son profil de poste. » (I.M.L, Assistant nutritionnel BEFEN).

Ce qui crée un cadre de collaboration entre les agents allégeant ainsi les difficultés dans la prise en charge et intensifiant de bons résultats. Pour résumer :

« Nous, en tant qu'agents de l'ONG, notre principale tâche, c'est d'être des médiateurs entre l'ONG BEFEN et les populations destinataires du programme. Euh... c'est en ce sens que toutes les modalités de prise en charge nous viennent comme des ordres à exécuter. Nous n'inventons ni ne décidons de comment ou qui prendre en charge. Tout vient des responsables qui, eux-mêmes héritent du protocole national de prise en charge. Grosso modo, c'est l'application stricte du protocole national qui régit nos activités... » (H.A, infirmier BEFEN).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net