WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L?industrie musicale : crise ou révolution ? impact des nouveaux modes de consommation de la musique


par Maxime Varloteaux
Université de Reims Champagne-Ardenne - Master 1 Management parcours Marketing 2010
  

précédent sommaire suivant

III - L'évolution du comportement du consommateur

Les consommateurs d'aujourd'hui sont très difficilement prévisibles, les modes de consommation évoluant en fonctions des tendances sociétales et des progrès technologiques. Ces deux facteurs influencent directement le consommateur dans sa façon d'acquérir et d'écouter la musique.

L'émergence du web 2.0 a permis aux consommateurs d'agir directement sur le contenu d'un média, ainsi la communication n'est plus subie mais elle suit les envies des consommateurs. Cela a entrainé le développement de sites communautaires permettant aux internautes de se constituer un réseau et de personnaliser leur internet, de nombreux avantages en découlent : gain de temps, facilité d'utilisation, découverte d'artistes, écoute en ligne possible et gratuité. Le web 2.0 a ainsi réussi à offrir le besoin de liberté dans la consommation de musique que les individus recherchaient tant.

De nouvelles tendances de consommation qui se répercutent directement sur le secteur de la musique tout entier. Depuis l'essor des formats numériques, le Cd peine a séduire les consommateurs car il correspond de moins en moins aux attentes de ces derniers. La musique est passée d'une consommation de bien matériel à quelque chose d'immatériel, ce qui montre qu'on ne peut considérer la musique comme un « produit » quelconque étant donné qu'elle n'est reliée à aucun support.

La nouvelle génération curieuse et impatiente, souhaite tout écouter et tout de suite sans devoir se limiter à 2 ou 3 artistes. D'une logique de « je découvre, j'achète et je consomme » ; nous sommes passés à « je consomme puis je découvre ».

La tendance actuelle tend également vers l'individualisation de l'écoute de la musique, mode qui est apparu avec le baladeur qui permet à tout un chacun de posséder sur soit sa propre musique et de l'écouter de façon autonome.

Master 1 Management - Parcours Marketing

Un bouleversement des modes de consommation qui aboutit à une valorisation plus faible de la musique et entraine d'importantes conséquences économiques et qualitatives sur le secteur de la musique. Au niveau économique, on assiste à une réduction de l'exposition de la musique en magasin (de moins en moins de linéaires), le disque est entré dans une spirale déflationniste (son prix moyen à baissé de 6% en 18 ans) et cela est d'autant plus inquiétant lorsque l'on sait que le Cd est le seul bien culturel dans cette situation27. Sur le plan de la production musicale, le nombre d'artistes signés a chuté (-60% entre 2007 et 2008) ainsi que le nombre d'albums produits.

L'acte d'achat peut s'opérer de 4 manières différentes : par apprentissage, par affection, par routine ou alors par hédonisme. Chacune des manières reflétant un degré d'implication différent et propre à chaque consommateur, elle se caractérise par un processus dans l'acte de consommation : dans le cas de l'apprentissage, c'est la connaissance d'un artiste qui va nous le faire apprécier et ensuite nous inciter à l'acheter . Le schéma qui suit résume parfaitement ces processus.

Les cheminements de la réponse par D.Vaughan (1986) : APPREHENSION

NI P L I C A T I O N

INTELLECTUELLE EMOTIONNELLE

APPRENTISSAGE

lcarn>feel>do

AFFECTIVITE feel>learn>do

ou feel>do>learn

ROUTINE do>learn>feel

 

HEDONISME do>fee1>leam

Maxime Varloteaux - Mémoire de recherche - 48

27 Selon le rapport annuel de la SNEP

Maxime Varloteaux - Mémoire de recherche - 49

Master 1 Management - Parcours Marketing

Si le téléchargement illégal a connu un important succès lors de l'apparition des premières plateformes permettant de le pratiquer, l'enquête questionnaire réalisée a permis de révéler que les individus semblent prendre petit à petit conscience des effets néfastes qu'il apporte ; ainsi, 70% de ceux qui utilisent les plateformes légales le font car ils pensent qu'il est juste de rémunérer le travail des artistes à sa juste valeur, payer pour posséder leur musique est donc le minimum que les gens puissent faire pour soutenir les artistes. 20% des téléchargeurs légaux le font par peur de sanctions en cas d'utilisation des méthodes illégales, les 10% restant utilisent ce système pour sa simplicité, pour l'abondance de l'offre et pour la qualité jugée supérieure à l'offre illégale.

« Je respecte le travail des artistes d'une part et celui de tout ceux qui contribuent à la création des disques. Et puis je pense que ça encourage les artistes à donner des concerts. Le respect des droits d'auteur me pousse à "consommer" de la musique légalement, car un album prend beaucoup de temps à être réalisé » confie une des interrogées.

Le proverbe « bien mal acquis ne profite jamais » semble donc entrer dans les moeurs pour la consommation de musique.

Master 1 Management - Parcours Marketing

précédent sommaire suivant