WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La finance islamique : réglementation et financement des PME dans la zone UEMOA

( Télécharger le fichier original )
par MOUNKAILA Soumana Illiassou
Ecole Supérieure de Technologie et de Management de Dakar (ESTM) - Licence en Finance Comptabilité 2013
  

précédent sommaire suivant

Section II : Notions sur la finance islamique.

1. Les sources de la finance islamique

1.1. Sources primaires

Les sources primaires se subdivisent en deux (2). Il s'agit du Coran et de la Sunna :

· Coran : Le droit islamique est d'abord issu du Coran, texte qui aborde tous les comportements de la vie du fidèle dans une approche à la fois globale et détaillée. Sur plus de six mille versets, six cents environ contiennent des règles de droit, ceux qui sont spécifiquement relatifs à l'économie et à la finance n'étant qu'une dizaine (Guéranger, 2009). Ce sont des textes pragmatiques abordant des cas d'espèces plutôt que des principes théologiques. Ils font appel à l'équité et au bon sens, à la faculté d'adaptation. La seconde source primaire (Sunna) vient pour apporter plus de détails sur la précédente.

· Sunna : La Sunna est un recueil des traditions établies à partir du comportement et des paroles (hadith) du Prophète Muhammad (PSL) et rapportées par ses compagnons. C'est aussi une source de la Charia en ce qu'elle fournit des réponses à des questions non abordées par le Coran.

1.2. Sources secondaires

Elles sont multiples et permettent de trouver des réponses aux questions sur lesquelles les

sources primaires ne se sont pas prononcées. Elles évoluent et s'adaptent selon le temps et l'espace permettant ainsi à la législation islamique d'être dynamique. Les plus importantes sont:

· L'Ijma : ce terme signifie littéralement « décider » ou « être déterminé à faire quelque chose ». Mais dans la terminologie du Fiqh, ce dernier désigne le consensus des savants musulmans après la mort du Prophète (PSL) sur une question de la Charia.

· Le Qiyas : veut dire littéralement « évaluer une chose d'après la valeur de son équivalent ». Il s'agit, dans le sens technique du raisonnement par analogie. Cette méthode consiste donc à rattacher une affaire pour laquelle il n'existe pas de jugement dans les trois (3) premières sources, à une affaire pour laquelle il existe un texte pour son jugement parce que les deux (2) affaires ont en commun la cause qui a motivé ce jugement.

· L'Istihsan : au sens littéral, Istihsan signifie « considérer quelque chose comme bien ». le sens technique quant à lui veut dire préférer un jugement exceptionnel à un jugement universel à cause d'une preuve qui lui est apparue et qui justifie cette préférence. Il ne s'agit pas de l'intégralité des sources secondaires. Mais la plus part des principes en

27

Licence 3 Finance - Comptabilité Année académique 2013 - 2014

La finance islamique : Réglementation et financement des PME dans l'espace UEMOA

SOUMANA ILLIASSOU Mounkaila

finance islamique sont tirés de ces dernières, majorées évidemment des sources primaires.

précédent sommaire suivant