WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La finance islamique : réglementation et financement des PME dans la zone UEMOA

( Télécharger le fichier original )
par MOUNKAILA Soumana Illiassou
Ecole Supérieure de Technologie et de Management de Dakar (ESTM) - Licence en Finance Comptabilité 2013
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2. Fonctionnement des banques islamiques

Le concept de banque en lui-même, relativement au rôle qu'elle joue dans le développement économique n'est pas remis en cause par l'islam contrairement aux idées reçues. C'est tout simplement le mode de financement de l'activité économique qui est réfuté par l'islam. Ainsi, les banques islamiques, tout en jouant le même rôle que les banques conventionnelles, utilisent d'autres techniques de financement. Une analyse du bilan de ces dernières permet de faire ressortir cette différence. Concrètement, concernant l'origine des fonds (passif du bilan), nous avons :

· Le capital qui est constitué par les actionnaires.

· Les comptes d'épargne et courants : constitués par les déposants sous la forme de prêts sans intérêts (Khard Hassan). La banque peut utiliser ces fonds mais à charge pour elle de les restituer à la demande des déposants. Ces comptes ne sont évidemment pas rémunérés.

· Les comptes d'investissement : Il s'agit des comptes destinés aux déposants désireux de fructifier leur épargne. La banque islamique ne rémunérant pas sur la base d'intérêts, ces déposants doivent eux aussi accepter les principes de la finance islamique notamment celui du partage des pertes et des profits. Ainsi ils déposent leur épargne sur la base d'un contrat de Moudaraba : Les déposants amènent le capital, la banque fournit le travail, s'il y a bénéfice les parties le partagent selon un ratio convenu à l'avance, alors que le capital supporte les pertes.

· Pour finir, l'on retrouve les autres éléments constituant le passif des banques conventionnelles (trésorerie passive, soldes débiteurs dans les autres institutions financières...etc.).

Ainsi, les banques islamiques ont, en ce qui concerne l'origine de leur fonds, plusieurs sources de financement. Pour ce qui est des emplois, les banques islamiques utilisent les contrats que nous avons mentionnés plus haut pour financer l'économie et réaliser des bénéfices qui serviront entre autre à rémunérer les titulaires des comptes d'investissement. Certains de ces instruments sont plus utilisés que d'autres.

39

Licence 3 Finance - Comptabilité Année académique 2013 - 2014

La finance islamique : Réglementation et financement des PME dans l'espace UEMOA

SOUMANA ILLIASSOU Mounkaila

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net