WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'éco-responsabilité des événements sportifs

( Télécharger le fichier original )
par Mael Besson
Institut de Management de l'Université de Savoie - Master de Gestion 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

111. L'éco responsabilité dans les grandes composantes organisationnelles d'un événement

Il n'existe pas d'ouvrage sur le thème de l'éco-événement concrètement, nous prendrons donc comme plan la découpe de l'organisation d'un événement sportif de Desbordes Niichel développé dans « Organiser un événement sportif ». Puis point par point nous utiliserons les différents guides pratiques sur les thèmes des différentes parties. Nous nous attacherons à expliquer en quoi une démarche « éco-responsable » change certaines composantes organisationnelles. Nous ne redéfinirons pas chaque composante.

111.1 Conception

Intégrer l'éco-responsabilité dans un événement sportif doit être décidé au moment de la conception de celui-ci. D'abord parce que réduire les impactes d'un événement implique un surcoût des moyens nécessaires. L'organisateur doit avoir une réelle volonté dans cette démarche et doit être prêt à y attribuer des moyens.

Ensuite parce que cela demande une organisation et un mode de réflexion particulier. Il faut penser ou repenser la manifestation de manière « propre », point par point et il faut se questionner à chaque fois sur la pertinence de la solution employée. Cela exige un investissement en temps non négligeable. Dans cette logique, certain choix des caractéristiques de l'événement peuvent avoir une incidence sur l'éco-responsabilité de celui- ci. Par exemple choisir un lieu proche d'un bassin de population, desservie par un réseau de transports en commun adapté réduit de manière significative l'impact écologique de celui-ci. Le choix du concept (sport non polluant), le choix des partenaires (partenaires écoresponsables), le type de communication... sont des choix ayant une incidence sur l'emprunte écologique de l'environnement.

Agenda 21

Pour aller plus loin dans une démarche d'éco-responsabilité, l'organisateur peut prendre en compte les trois sphères du développement durable. La rédaction d'un Agenda 21 de l'événement est alors possible. Cela permet d'avoir un document de référence qui reprend les points à respecter au sein de l'organisation. Une mise en avant des engagements environnementaux pris au travers de cet agenda peut être bénéfique auprès des financeurs de l'événement.

Voici un exemple d'Agenda 21 issu à la fois de l'ouvrage de Didier Pereira3 et de l'agenda 21 du SUN Festival4.

3 « Tout pour réussir une manifestation sportive durable » Didier Pereira, 2005

4 « Agenda 21 Sun Festival Bourgogne » Degardin Pierre Laurent et Besson Nial, 2006

Sphère sociale :

1. Dispositions en matière d'organisation de l'événement

Afin d'arriver à mettre en place une manifestation qui s'intègre dans les principes du développement durable, l'organisation ne peut se faire de manière isolée. Il est important d'intégrer les acteurs du territoire dans l'organisation de l'évènement, pour que, d'une part, ils s'approprient l'évènement et d'autre part, qu'ils participent à la mise en place de celui-ci. La mise en place d'un comité de pilotage et d'un comité technique intégrant des acteurs locaux (élus...) pertinents (associations environnementales) en adéquation avec les valeurs de la manifestation et du développement durable est une bonne chose.

2. Dispositions en matière de promotion

Il s'agit d'afficher et de promouvoir son attachement au développement durable, autant de la part des sportifs et des dirigeants que des partenaires.

3. Dispositions en matière d'information et de communication

Mettre en place un système d'information sur les démarches entreprises pour le développement durable au sein de l'événement. Mettre en place une communication de l'événement éco-responsable.

4. Dispositions en matière d'évaluation des réalisations

Une gestion éco-responsable d'un événement passe par une bonne évaluation des besoins, des attentes et des objectifs afin d'éviter tout gaspillage de matières, d'énergies et de temps. Il est donc important de mettre en place un dispositif d'évaluation de la manifestation afin d'observer si les objectifs fixés ont été atteint ou non.

5. Dispositions en matière d'accessibilité pour tous

Il est important, sur un point de vue social, de pouvoir rendre accessible l'événement à toute classe sociale. Cela passe par des réductions tarifaires du droit d'entrée.

6. Dispositions en matière de sécurité

Lors d'une manifestation la sécurité doit faire l'objet de toutes les attentions. Il est important de répondre aux exigences matérielles et morales pendant toute la durée de l'évènement.

7. Dispositions en matière d'hygiène et de santé des participants

Mettre tout en place, informer et rendre accessible tout les services utiles à la manifestation en facilitant l'accès à l'hygiène et à la santé des participants (accès aux douches, informations santé, hydratation...)

8. Dispositions en matière de lutte contre le dopage Informer et contrôler les participants sur les problèmes de dopage.

9. Dispositions en matière d'accessibilité des handicapés

L'accueil d'un événement aux personnes atteintes d'une déficience motrice, sensorielle ou mentale nécessite des adaptations matérielles, une accessibilité du site et d'autres aménagements indispensables. Pour rendre accessible une manifestation à tous et en particulier aux personnes handicapées, six points doivent être traités : la réglementation des activités sportives, la formation spécifique des encadrants, un matériel adapté, l'adaptation des lieux de pratique, la signalétique et informations, et la communication. Ces six points sont reproductibles à tout types de structures accueillant du public.

10. Valorisation des bénévoles

Les bénévoles ont souvent un rôle important dans l'organisation des événements sportifs. Il est important de les remercier par une des actions de valorisation.

11. Dispositions en matière de présence féminine et de jeunes dans la manifestation ainsi que dans le comité d'organisation.

12. Dispositions en matière de lutte contre la violence et les incivilités

13. Dispositions en matière de lutte contre les discriminations

14. Dispositions en matière de prévention de sécurité routière

15. Dispositions en matière de solidarité internationale

Il est possible de faire la promotion ou d'associer une action humanitaire ou solidaire à l'événement. Cela permet d'apporter des fonds utiles pour celle-ci.

Sphère environnementale

16. Dispositions en matière de formation des cadres et des bénévoles

Mise en place d'actions de sensibilisation au respect de l'environnement. Mise en place de formations de gestion éco-responsables d'événements.

17. Dispositions en matière de protection de l'environnement

Mise en place d'une organisation avec le plus faible impact écologique possible. Sensibilise les participants aux problèmes environnementaux, valoriser les bonnes pratiques, sanctionne le non respect de l'environnement.

18. Dispositions en matière de déchets et de propreté

L'événementiel peut être source de grande quantités de déchets. De plus, celui-ci peut se dérouler dans un site naturel où les infrastructures de collecte de déchets sont inexistantes. Il est important de mettre en place un système de gestion et de retraitement des déchets efficace.

19. Dispositions en matière d'utilisation des moyens de transport collectifs et des modes de déplacements propres

Le transport des participants est un poste gourmand en énergie fossile. Il est important de proposer, ou du moins de faciliter l'utilisation des transports en commun. Il est important de rajouter à ce point les transports utiles pour acheminer le matériel de sa zone de production au lieu de son utilisation (gobelets en amidon de maïs importés du Japon).

Sphère économique

20. Dispositions en matière de mise en oeuvre de nouveaux modes de consommation Promotion et mise en place d'une consommation issue du commerce équitable et/ou responsable. Utiliser les produits alternatifs (tee shirt en coton bio, Label Max Havelaar...)

21. Dispositions en matière d'achats et de relations avec les fournisseurs

Consommer local est un des meilleur moyen de réduire son impact écologique par le faible transport utile. D'autres critères de choix de fournisseurs peuvent être pris en comptent : démarches environnementales, conditions de fabrication et matières premières du matériel.

22. Dispositions en matière de développement touristique durable des territoires Même si un événement est par définition ponctuel, les retombées, notamment touristique sur le territoire peuvent se manifester sur le long terme. Il est important de mettre en avant les atouts touristiques du territoire lors de la manifestation.

23. Dispositions en matière de création d'emplois

Créer un emploi à partir d'un événement n'est pas chose aisée, mais maintenir ou apporte une vie économique dans un territoire grâce à un événement permet de créer des emplois.

Cet exemple d'agenda 21 montre qu'un événement ponctuel peut s'inscrire dans un projet de développement durable concret. Il montre également l'importance de définir l'orientation écoresponsable de l'événement dès sa conception.

111.1 .1 Stratégie marketing (positionnement / innovation)

La stratégie marketing d'un événement est primordiale dans le sens où c'est le nombre d'entrées et les impacts médiatiques qui vont déterminer les moyens de l'événement. La définition de la stratégie marketing s'élabore grâce à une double analyse public / concurrence. Nous assistons, en ce moment, à une attention plus forte de la part des consommateurs ou du public aux questions environnementales même si cela ne se répercute pas forcement sur leurs comportements. Encore aucune étude ne montre un lien de causalité entre l'éco-responsabilité d'un événement et sa fréquentation mais nous pouvons penser que cela peut avoir un certain effet sur le capital sympathie de l'événement. Desbordes insiste sur l'importance de l'innovation dans la conception d'un événement sportif essentiellement à des fins marketing. L'innovation accentue l'aspect « exceptionnel, inédit » de l'événement. Le fait de rendre un événement « éco-responsable » est une innovation en soit et a des retombés en terme d'image. Force est de constater que plusieurs événements s'engagent dans cette voie ne serrait-ce que pour se distinguer de l'offre ambiante. Si ce lien de causalité se démontrait réel, et qu'une grande partie des organisateurs adopteraient le concept d' « éco-événement », l'effet de distinction disparaîtrait alors et deviendrait un élément de base.

111.1 .2 Evaluation des possibilités et des besoins inhérents

L'évaluation de la faisabilité ainsi que l'élaboration du budget prévisionnel de l'événement doit évidement se faire en prenant en compte les aspects d« éco-responsabilité ». Comme évoqué précédemment, une telle démarche exige certains moyens. A noter que bien souvent le surcoût financier d'une solution « alternative » peut se traduire par une économie sur une autre ligne budgétaire. Il peut s'avérer même que la mise en place d'une solution « alternative » soit plus avantageuse économiquement. Dans le cadre de ma mission consultante j'ai pu apporter à l'Ultra Trail du Niont Blanc des solutions « alternatives » et économiques. A titre d'exemple : la consommation en grand nombre de matériels de restaurations en plastique jetable pour les coureurs. La solution trouvée est la mise en place de partenariats avec certaines communes afin d'utiliser les cantines, la vaisselle et les laves vaisselles de collectivités des écoles, collèges et lycées. Hormis l'effet d'image « écoresponsable », l'économie financière est réelle du fait de la suppression d'achat de vaisselle jetable. De plus, les communes mettent gratuitement leurs équipements à disposition, comptant sur un retour d'image et d'animation.

L'évaluation de la faisabilité technique et financière de chaque solution doit se faire de manière pertinente. En effet il faut considérer l'ensemble de la chaîne de vie du produit. Rien ne sert d'utiliser du papier écologique si celui-ci vient de chine par avion. Est également à considérer le temps et la mobilisation des moyens humains utiles à sa mise en place. Cette phase d'élaboration de la faisabilité de « l'éco-événement » est difficile d'autant plus que les solutions « alternatives » sont souvent mal connues.

111.1.3 Mise en place du comité de pilotage

Toute organisation a une structure représentée par un organigramme et un fonctionnement. « Cet organigramme est composé d'un comité de pilotage réunissant les principaux partenaires et/ou prestataires et divisant le travail en différents sous-systèmes, à savoir des commissions ou des directions opérationnelles »5. Le comité de pilotage suit la réalisation opérationnelle du projet, de son lancement jusqu'à sa clôture. Il peut donc être pertinent d'y intégrer des personnes ressources en termes « d'éco-responsabilité » afin d'y insuffler ce mode de réflexion. Cette personne peut représenter un organisme comme l'ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) ou la DIREN (Direction Régionale de l'Environnement). Cela a un effet très positif en termes d'image de pouvoir annoncer que l'événement est organisé en partenariat avec ces organismes.

5 Gresser, Bessy

111.2 Les grandes fonctions préparatoires

111.2.1 Administration

Cette partie de l'organisation que Desbordes divise en trois postes, le secrétariat, la comptabilité et la billetterie, est une des clés de voute de l'événement et doit montrer l'exemple en thermes d'éco-responsabilité. Dans un événement, elle est l'organe en relation avec la quasi totalité des parties prenantes. Il est donc très important qu'elle soit irréprochable. Pour aller plus loin dans notre réflexion, nous élargirons la définition de Desbordes en prenant compte dans l'administration, la gestion des locaux et les méthodes de travail. Les recommandations qui suivent sont des recommandations générales qui rentrent de plus en plus dans des tendances de gestion administrative. Elles ne changent pas fondamentalement l'organisation interne de l'événement.

La première source de pollution que l'on imagine dans cette fonction est la consommation de papier. Nous ne traiterons pas de la communication externe à l'événement étant donné qu'un chapitre y est dédié. Ensuite nous verrons la consommation de l'eau, l'énergie et le bâtiment. Nous nous appuierons sur le « Guide méthodologique pour la mise en place d'une démarche éco-responsable des administration » du Ministère de la jeunesse, des Sports et de la vie associative.

Le papier

Entre 70 et 85 kg par an : Voilà la quantité moyenne de papier jetée par une personne travaillant dans un bureau. L'augmentation de la demande entraine un déboisement accru et parfois irréversible dans l'hémisphère Sud. La consommation de pâte à papier provenant de « forêts spécialisées », réduit la qualité des variétés présentes et met en péril la biodiversité. Produire du papier, n'est pas que synonyme de déboisement : c'est aussi consommer de l'énergie et générer des pollutions chimiques. En fabriquant de la pâte à papiers, dont les caractéristiques sont plus proches du produit final que la matière première brute, le recyclage permet de réduire jusqu'à 50% des consommations d'eau et d'énergie à la condition que celui-ci ne vienne pas par avion d'un pays lointain6.

Diminution de la consommation

Avant de réfléchir au choix du papier recyclé, de nombreuses solutions existent pour diminuer la consommation de papier. La meilleure façon de ne pas polluer est de ne pas consommer.

La mise en ligne du maximum d'informations (plans, inscriptions ...) permet d'économiser de grande quantité de papier et par la même occasion d'économiser financièrement. L'envoie des courriers ou informations par courrier électronique ou SMS génère également des économies du même type. Seul bémol, les destinataires des courriers doivent être sensibilisés et ne pas imprimer ces informations sans nécessité. D'autre reflexe comme celui d'imprimer ou photocopier en recto-verso, distribuer les documents par clé USB ou CD permettent aussi de

6 « Guide méthodologique pour la mise en place d'une démarche éco-responsable des administration » du Ministère de la jeunesse, des Sports et de la vie associative.

diminuer la consommation. Une sensibilisation de ce type est souvent utile et efficace dans les bureaux. L'organisation de la billetterie peut aussi être plus ou moins génératrice de déchets. Si un questionnaire est mit en place il est préférable de faire la saisie des informations directement sur informatique plutôt qu'une distribution sur papier avec un faible retour.

Récupération et recyclage du papier

Pour recycler il faut d'abord récupérer et donc trier. Le mieux est de trier à la source même, c'est-à-dire au moment où le déchet est produit. Cela demande encore une fois que l'usager sache comment le faire et est les moyens de le faire. La mise en place de poubelles de tri du papier accompagné d'une sensibilisation s'avèrent efficaces. Exemple : la mise en place du tri du papier à l'Université de Bourgogne dans plusieurs centaines de bureaux administratifs a été très bien accueillie en partie grâce au don d'une poubelle spécifique accompagnée d'une sensibilisation. La qualité du papier récolté, utile à un recyclage efficace, s'avère très bonne.

Par la suite il est aussi important de bien choisir la filière de retraitement en fonction de la consommation et de la qualité des déchets (organisme de collecte ou dépôts dans un collecteur municipal).

Le choix du papier

Le choix du papier doit se faire, comme tout produit, en prenant en compte l'ensemble de la chaîne de production et d'acheminement. La production de papier recyclé reste moins coûteuse en énergie que celle du papier non recyclé (12 watt par feuille contre 20 watt). Les critères de choix du papier sont développés dans le chapitre de la communication.

L'eau

« L'eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels sont d'intérêt général. »'

Pendant longtemps, l'eau a été considérée comme une source inépuisable. Aujourd'hui, chacun est conscient que ce n'est pas le cas. Au 20ème siècle, la consommation d'eau dans le monde a été multipliée par 7, alors que cette ressource a considérablement diminué. D'ici 20 ans, les deux tiers de la planète seront en situation de pénurie. L'eau est donc une matière première rare et de plus en plus coûteuse : son prix a augmenté de 56% en 10 ans. L'eau représente environs 5% des couts de fonctionnement d'un bâtiment. Or, on estime que réaliser entre 15 et 40% d'économie est simple et ne nécessite pas d'investissement lourd.8

7 Loi du 3 janvier 1992

8 « Guide méthodologique pour la mise en place d'une démarche éco-responsable des administration » du Niinistère de la jeunesse, des Sports et de la vie associative.

Une démarche de réduction de la consommation de l'eau d'un bâtiment passe d'abord par une phase de diagnostic :

1. Analyse de l'évolution (augmentation, baisse) de la consommation sur les dernières années.

2. Analyse du nombre de litre consommé. On estime la consommation moyenne d'un agent à 15 litres par personne et par jour ouvrables, et à 20 litres par repas.

3. Identifier les sources de surconsommation éventuelle. (fuites, habitude des consommateurs, système non adapté).

Ensuite une phase d'action doit être mise en place.

1. Sensibiliser les consommateurs avec des objectifs afin de changer les habitudes et promouvoir les bonnes conduites.

2. Repérer les fuites. Elles peuvent être sources d'un très grand gaspillage et donc de dépenses inutiles. Pour les détecter, le plus simple est d'effectuer un suivi journalier : relever le compteur avant et après les heures de bureau (nettoyage des locaux inclus). Si la consommation est anormale la nuit c'est qu'il y a surement une fuite.

3. L'entretient des installations et de la robinetterie évite une surconsommation. Effectuer une maintenance régulière et préventive permet de réduire les consommations jusqu'à 20%.

Plusieurs équipements ou solutions ont un coût modeste au regard du retour sur investissement généré par les économies d'eau :

· Les réducteurs de pression qui limite les débits trop fort et donc inutile.

· Des robinets performants avec mousseurs pour réduire le débit.

· Robinet à bouton poussoirs ou temporisés, qui évitent le phénomène du filet d'eau qui coule en permanence.

· Les mitigeurs limitent le temps de recherche de la bonne température de l'eau et génèrent une économie de 10%.

· Les chasses d'eau dissymétriques, dont le double réservoir de 3 à 6 litres diminue considérablement l'utilisation d'eau et économise plusieurs dizaines de m3 par an et par chasse.

· Une climatisation à condenseur à air ne consomme pas d'eau, une climatisation avec condenseur à eau pulsée ne consomme que 5 à 10% d'eau par rapport aux climatisations à eau perdue.

L'énergie

L'éclairage et appareil bureautique

La mesure la plus simple est de remplacer les ampoules classiques par des ampoules à basse consommation (ampoules fluo contact ou à diodes). D'autres gestes simples peuvent diminuer la consommation d'électricité :

· Placer le bureau près de la fenêtre, pour optimiser l'éclairage naturel.

· Proscrire les lampes halogènes qui ne sont pas à basse tension.

· Eteindre systématiquement la lumière dans les pièces inoccupées, et tout le matériel électrique le soir. Un ordinateur consomme entre 20 et 60W en mode veille. Un ordinateur en veille avec son écran, son imprimante et un scanner consomme autant qu'une ampoule de 65W laissée en permanence allumée.

· Optimiser les écrans de veille des ordinateurs.

· Ne pas laisser les chargeurs de batteries branchés.

Le chauffage

Il est d'abord important de bien régler le chauffage en fonction des besoins. Les thermostats ou autres régulateurs permettent de réguler la température des locaux ou de couper automatiquement le chauffage la nuit ou lorsque les locaux ne sont pas utilisés. Une bonne isolation des locaux permet aussi d'effectuer de grosse économie. Ensuite, il existe plusieurs systèmes de chauffage : chaudière à gaz, à bois, chauffage électrique, géothermie... L'hiver, couper le chauffage au moment d'aérer la pièce. L'été, préférer l'aération et la ventilation à la climatisation.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy